L’attaquant présumé d’Ariel n’avait pas d’antécédents terroristes – Responsable
Rechercher

L’attaquant présumé d’Ariel n’avait pas d’antécédents terroristes – Responsable

Le nom de l'auteur présumé de la fusillade a été confirmé : Il s'appelle Omar Abu Laila et est originaire du village de Zawiya, en Cisjordanie. Il n'a pas été vu depuis 24 heures

Les soldats de l'armée israélienne sur les lieux d'une fusillade aux abords du carrefour d'Ariel dans le nord de la Cisjordanie, le 17 mars 2019 (Crédit : BLev Hadashot)
Les soldats de l'armée israélienne sur les lieux d'une fusillade aux abords du carrefour d'Ariel dans le nord de la Cisjordanie, le 17 mars 2019 (Crédit : BLev Hadashot)

Un jeune palestinien soupçonné d’avoir commis une fusillade et une attaque au couteau dimanche dans le nord de la Cisjordanie ne présente aucun antécédent d’activité terroriste, a fait savoir un responsable de la sécurité israélienne lundi.

Selon les autorités israéliennes, Omar Abu Laila, 18 ans, a poignardé un soldat et il est parvenu à se saisir de son arme dans la matinée de dimanche, avant d’ouvrir le feu sur les véhicules en circulation. La mort du soldat Gal Keidan, âgé de 19 ans, a été prononcée sur les lieux de l’attaque et le rabbin Achiad Ettinger, 47 ans, frappé par une balle tirée par le terroriste alors qu’il passait dans sa voiture, est décédé lundi.

Le responsable de la sécurité a donné l’identité du terroriste présumé : il s’agit d’Omar Abu Laila, originaire de Zawiya – un village palestinien du nord de la Cisjordanie, situé à proximité de la Ligne verte.

Après s’être rendu en voiture à un autre carrefour et avoir une fois encore ouvert le feu sur un soldat, qui a été grièvement blessé, Abu Laila s’est enfui à Bruqin, un village palestinien où les forces de sécurité le poursuivent, a fait savoir un porte-parole de l’armée.

Elles étaient encore à la recherche du suspect dans l’après-midi de lundi, ont annoncé les militaires.

Zawiya, village palestinien du nord de la Cisjordanie (Capture d’écran : Nahawand)

Lundi matin, les forces israéliennes de sécurité ont effectué un raid à Zawiya et elles ont arrêté des membres de la famille d’Abu Laila qui ont été interrogés, a ajouté le responsable de la sécurité, notant que certains d’entre eux avaient été ultérieurement libérés. Il s’est refusé à préciser les liens de parenté unissant les personnes appréhendées à Abu Laila, même si, selon des informations parues dans la presse, le père et le frère du jeune homme auraient été questionnés.

Le maire de Zawiya Naim Shakir a expliqué au Times of Israel que personne, dans le village, n’avait vu Abu Laila au cours des dernières 24 heures.

Il y a actuellement peu d’informations au sujet du terroriste présumé, qui était étudiant de première année à l’université ouverte d’Al-Quds et qui ne semble n’entretenir aucun lien avec des groupes terroristes palestiniens organisés.

« C’est un garçon ordinaire qui vient d’une famille défavorisée », a commenté Shakir lors d’un entretien téléphonique. « Je ne crois pas qu’il soit simplement capable de commettre une telle opération et je pense qu’il faut vraiment que des preuves soient apportées avant que lui – ou un autre – ne soit accusé ».

Shakir a ajouté que le père d’Abu Laila travaille dans le secteur de la construction en Israël et que sa mère est femme au foyer.

Au cours des quatre dernières années, un certain nombre d’adolescents palestiniens sans implication connue dans des activités terroristes ont commis des attaques au couteau, à la voiture-bélier et des fusillades en Cisjordanie et à Jérusalem, que des responsables de la sécurité ont qualifié de série d’attentats perpétrés par des « loups solitaires ».

Les officiels israéliens blâment les incessantes incitations à la violence palestiniennes pour un grand nombre de ces attaques terroristes.

Une page Facebook appartenant à un homonyme d’Abu Laila et originaire du même secteur ne contient aucune référence aux groupes terroristes au cours de ces dernières années. Un post publié récemment affirme soutenir le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Si cette page appartient au suspect n’a pu être confirmé.

Il n’a pas été possible de recueillir d’éventuelles réactions de la famille d’Abu Laila.

Le maire de Zawiya a précisé que les membres de la famille refusaient de s’exprimer devant les médias, y-compris les médias palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...