Lauder déconcerté par le verdict de la cour allemande sur le NPD
Rechercher

Lauder déconcerté par le verdict de la cour allemande sur le NPD

Le président du Congrès juif mondial a déploré la décision de la cour constitutionnelle allemande, qui juge que le parti d'extrême-droite n'est pas une menace pour le pays

Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, le 28 mars 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, le 28 mars 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Ronald Lauder, le président du Congrès juif mondial a déclaré mardi que le verdict de la cour constitutionnelle allemande, qui a refusé d’interdire le parti d’extrême-droite NPD, était « décevant » et « déconcertant ».

Fondé en 1964, le NPD « partage des caractéristiques essentielles » avec la doctrine nazie et « veut déstabiliser et mettre à bas l’ordre libéral-démocratique », avait argumenté le Bundesrat dans sa demande d’interdiction.

Ce parti est aussi considéré par l’essentiel de la classe politique allemande comme un réceptacle pour des groupuscules néo-nazis tentés par la violence antisémite et xénophobe.

Réagissant au verdict de la cour allemande, Lauder a déclaré que « malheureusement, ce verdict permet au NPD de poursuivre ses activités destructrices et anti-démocratiques et de propager plus d’antisémitisme et de haine raciste. Ceci envoie un mauvais signal, d’autant que la cour a bien précisé que le NPD cherche effectivement à renverser l’ordre démocratique, et partage beaucoup de ses objectifs avec le parti nazi d’Hitler. »

A demonstration of members of the far-right German NPD party last year (photo credit: CC BY-SA Ubiquit23, Flickr)
Une manifestation des membres du parti d’extrême-droite allemand NPD en 2012. (Crédit : Ubiquit23/CC BY-SA/Flickr)

« Et pourtant, les juges ne partagent pas l’opinion des partisans d’une interdiction, selon lesquels le NPD est à présent dans une position où il peut accomplir ces objectifs, a poursuivi Lauder. Cependant, nous ne devons jamais oublier le peu de temps qu’il a fallu à Hitler et à son parti pour détruire la démocratie allemande, assassiner six millions de juifs et plonger tout le continent européen dans le chaos. »

« La situation aujourd’hui peut être différente, mais il n’y a absolument aucune raison d’être complaisant. L’Allemagne doit continuer à combattre vigoureusement le mouvement néo-nazi », a-t-il conclu.

« Les demandes du plaignant sont rejetées […]. A l’unanimité, la deuxième chambre a estimé que certes le NPD a des objectifs anticonstitutionnels, mais il n’y a actuellement pas d’éléments concrets de poids laissant penser que l’action [du parti] puisse être couronnée de succès », a indiqué mardi le président de la cour allemande, Andreas Vosskuhle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...