L’Australie nomme un nouvel envoyé en Israël
Rechercher

L’Australie nomme un nouvel envoyé en Israël

Après quatre ans à la tête de l'ambassade à Tel Aviv, Dave Sharma devrait retourner à Canberra à la mi-juin

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull à New York, le 21 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull à New York, le 21 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

A la tête de l’ambassade de son pays à Tel Aviv depuis presque quatre ans, le représentant officiel de l’Australie en Israël Dave Sharma devrait retourner à Canberra dans les mois qui viennent, a annoncé le ministère australien des Affaires étrangères mercredi. C’est le diplomate Chris Cannan qui prendra la relève à ce poste.

Sharma, considéré comme l’un des ambassadeurs étrangers les plus pro-israéliens au sein de l’état juif, avait également suscité l’ire des Palestiniens pour avoir pris pendant son mandat des positions considérées comme trop alignées sur celles de Jérusalem, en rencontrant notamment un ministre à Jérusalem-Est.

« Je remercie l’ambassadeur sortant Dave Sharma pour sa contribution remarquable à l’avancée des relations entretenues par l’Australie et Israël depuis 2013,” a déclaré la ministre des Affaires étrangères Julie Bishop dans un communiqué.

Vantant ce qu’elle a qualifié de « relation chaleureuse » entre Israël et l’Australie, Bishop a salué un certain nombre de projets qui ont été dirigés par Sharma durant son mandat d’ambassadeur, dont celui de la « piste d’atterrissage » où des entrepreneurs et des investisseurs australiens peuvent utiliser des espaces de bureau et de services pour établir des connexions commerciales avec Israël, ainsi qu’un accord portant sur les services aériens qui a été défini au mois de février.

L'ambassadeur australien Dave Sharma (Crédit : Autorisation)
L’ambassadeur australien Dave Sharma (Crédit : Autorisation)

En juin 2014, le gouvernement australien avait annoncé qu’il ne ferait plus référence à Jérusalem-Est en tant que « territoire occupé », expliquant que la phrase était lourde de sens et qu’elle ne contribuait pas à apaiser le dialogue au sujet de ce secteur disputé.

Un mois plus tôt, Sharma avait suscité la controverse en rencontrant le ministre du Logement Uri Ariel dans le bureau de ce dernier, à Jérusalem-est.

La majorité des envoyés évitent de rencontrer des responsables israéliens dans des lieux situés au-delà de la Ligne verte, cette initiative risquant d’être perçue comme une approbation tacite des revendications israéliennes sur ce territoire. Outré après la démarche de Sharma, le négociateur de la paix côté palestinien Saeb Erekat avait écrit une lettre furieuse à Bishop, qui avait fuité auprès de Haaretz le jour même de son envoi.

Sharma, qui avait été nommé en 2013 par Bob Carr, ministre des Affaires étrangères de l’époque, terminera officiellement son mandat à la mi-juin, a-t-il écrit sur Twitter, recommandant aux Israéliens de faire en sorte que son successeur « se sente bien accueilli ».

Chris Cannan est un haut-diplomate de carrière travaillant au sein du Département des Affaires étrangères et du Commerce (DFAT) australien. Il y était secrétaire-adjoint de la branche chargée du développement mondial.

Cannan a occupé un certain nombre de postes au sein du ministère. Il a été ainsi, entre autres, chef du protocole, secrétaire-adjoint de la branche des personnels, de celle de l’Environnement et de la division chargée de l’Europe du nord, du sud et de l’est. Il a déjà officié à l’étranger pour le DFAT à Vienne et à Manille, et avec le Peace Monitoring Group.

Raoul Wootliff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...