L’Autriche met en garde Israël contre l’annexion
Rechercher

L’Autriche met en garde Israël contre l’annexion

Cet avertissement est survenu malgré le blocage antérieur par l'Autriche d'une déclaration sur le sujet mise au point par l'Union européenne

Une vue de l'implantation de Maale Efraim en Cisjordanie sur les collines de la vallée du Jourdain, le 18 février 2020. (Crédit : AP/Ariel Schalit)
Une vue de l'implantation de Maale Efraim en Cisjordanie sur les collines de la vallée du Jourdain, le 18 février 2020. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

L’Autriche a mis en garde l’Etat juif vendredi contre ses projets d’annexion de certains secteurs de Cisjordanie, disant que cette dernière viendrait violer le droit international.

Ce communiqué est survenu malgré le blocage antérieur par l’Autriche d’une déclaration sur le sujet mise au point par l’Union européenne (UE). L’Autriche avait également présenté son soutien à Jérusalem, au début de l’année, avec l’adoption d’une résolution à l’unanimité qui appelait à la condamnation du mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) contre Israël.

« L’annexion unilatérale du territoire contrevient à la loi internationale ainsi qu’à de nombreuses résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies depuis 1967 », a commenté le ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg auprès du journal Die Press, selon le quotidien Haaretz.

« Il n’y a aucun doute possible sur le positionnement autrichien concernant l’annexion », a dit Schallenberg, ajoutant qu’il avait clairement précisé ce positionnement auprès du ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi.

Le ministre autrichien des Affaires étrangères Alexander Schallenberg s’exprime devant les médias à son arrivée à une réunion des ministres des Affaires étrangères européens à Bruxelles, le 20 janvier 2020 (Crédit : AP Photo/Virginia Mayo)

Un accord de coalition qui a permis la mise en place du nouveau gouvernement israélien d’unité veut commencer, dès le 1er juillet, à mettre en oeuvre le plan de paix américain du président Donald Trump.

Ce plan, rejeté par les Palestiniens, donne le feu vert de Washington à l’annexion par Israël des implantations juives et de la Vallée du Jourdain, un secteur qui s’étend le long de la frontière avec la Jordanie. Les Palestiniens clament que ce plan de paix annihile toute perspective de solution à deux Etats au conflit qui les oppose à l’Etat juif depuis des décennies.

Un communiqué sur le sujet, le 18 mai, a été émis au nom du chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, en l’absence d’un consensus sur la question entre les 27 états-membres de l’Union européenne.

Selon plusieurs sources, l’Autriche, la Hongrie et d’autres pays avaient estimé que le moment n’était pas venu d’émettre de communiqués dans ce dossier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...