Rechercher
Témoignage

L’Autriche rend hommage aux Juifs à l’origine de l’âge d’or d’Hollywood

En collaboration avec l'Academy Museum of Motion Pictures et d'autres organismes, le consulat autrichien organise un symposium et une série de films jusqu'au 31 janvier

  • Billy Wilder, au centre, avec Peter Lorre et d'autres réfugiés d'Europe centrale à Hollywood, vers le milieu des années 30. (Crédit : Avec l'aimable autorisation de la Deutsche Kinemathek)
    Billy Wilder, au centre, avec Peter Lorre et d'autres réfugiés d'Europe centrale à Hollywood, vers le milieu des années 30. (Crédit : Avec l'aimable autorisation de la Deutsche Kinemathek)
  • Lauréats de "Casablanca" : un Michael Curtiz endormi, Jack Warner (qui parle, comme d'habitude), Hal Wallis (avec son prix Thalberg), l'un des hôtes de l'événement, Jack Benny, et le scénariste Howard Koch. (Crédit : autorisation/collection de l'auteur)
    Lauréats de "Casablanca" : un Michael Curtiz endormi, Jack Warner (qui parle, comme d'habitude), Hal Wallis (avec son prix Thalberg), l'un des hôtes de l'événement, Jack Benny, et le scénariste Howard Koch. (Crédit : autorisation/collection de l'auteur)
  • L'arrière-grand-père de l'auteur, Sol Wurtzel, 3e à partir de la gauche, et l'arrière-grand-mère Marian, 5e à partir de la gauche, célébrant à Vienne avec le Dr Paul Koretz et d'autres cadres du studio Fox et dirigeants de l'industrie cinématographique autrichienne vers 1927. (Crédit : autorisation)
    L'arrière-grand-père de l'auteur, Sol Wurtzel, 3e à partir de la gauche, et l'arrière-grand-mère Marian, 5e à partir de la gauche, célébrant à Vienne avec le Dr Paul Koretz et d'autres cadres du studio Fox et dirigeants de l'industrie cinématographique autrichienne vers 1927. (Crédit : autorisation)
  • Les co-organisateurs du symposium et de la série de films Vienna in Hollywood, du musée Academy, du consulat général d'Autriche à Los Angeles et de l'université de Californie du Sud. De gauche à droite : Eduardo Sánchez, Paul Lerner, Michaela Ullmann, le consul général d'Autriche Michael Postl, Doris Berger, Regina Range, Simone Bliss. (Crédit : photo : David Auner)
    Les co-organisateurs du symposium et de la série de films Vienna in Hollywood, du musée Academy, du consulat général d'Autriche à Los Angeles et de l'université de Californie du Sud. De gauche à droite : Eduardo Sánchez, Paul Lerner, Michaela Ullmann, le consul général d'Autriche Michael Postl, Doris Berger, Regina Range, Simone Bliss. (Crédit : photo : David Auner)

LOS ANGELES – Lorsque le gouvernement autrichien a co-parrainé « Vienna in Hollywood », un symposium unique en son genre visant à reconnaître le grand nombre d’artistes et de professionnels juifs qui ont contribué à façonner l’âge d’or d’Hollywood, j’avais une bonne raison d’y assister : mon arrière-grand-père Sol Wurtzel était l’un des premiers producteurs d’Hollywood et a travaillé avec nombre de ces émigrés, dont l’acteur Peter Lorre et le Dr Paul Koretz, un éminent avocat viennois spécialisé dans le divertissement qui s’est enfui après l’Anschluss.

Le symposium, qui s’est déroulé les 10 et 11 décembre, était parrainé par le nouveau musée Academy Museum of Motion Pictures, l’université de Californie du Sud (USC) et l’institut Max Kade de Los Angeles.

Le musée de l’Académie a également lancé une série de films sur six semaines, intitulée « Vienne à Hollywood : Émigrés et exilés dans le système des studios ». Se déroulant jusqu’au 31 janvier 2022, la série explore le travail des artistes cinématographiques juifs d’origine autrichienne qui ont fui les persécutions nazies en Europe pour trouver refuge à Hollywood.

En assistant au symposium, j’ai trouvé curieux mais gratifiant que le gouvernement autrichien veuille maintenant attirer l’attention sur la purge des créateurs juifs dans son pays, une liste de noms connus comprenant les réalisateurs Billy Wilder, Erich von Stroheim et Otto Preminger, ainsi que les acteurs Hedy Lamarr, Peter Lorre et Paul Henreid, qui ont tous émigré à Hollywood dans les années 30 et 40.

Hedy Lamarr dans le film de 1941 ‘Ziegfeld Girl.’ (Crédit : autorisation Alexandra Dean)

Lorsque l’Allemagne nazie a annexé l’Autriche lors de l’Anschluss de 1938, Vienne est devenue le creuset de l’antisémitisme du Troisième Reich. Pendant 40 ans, l’Autriche s’est présentée comme la première victime du nazisme et a nié sa culpabilité dans la solution finale d’Hitler visant à exterminer les Juifs d’Europe. Avant l’Anschluss, la population juive d’Autriche comptait environ 190 000 personnes (3 % de la population totale). Après la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, il restait environ 4 000 Juifs. Environ un tiers des Juifs d’Autriche sont morts pendant la guerre et les autres, comme ceux qui ont trouvé le succès à Hollywood, se sont échappés. En 2019, un recensement de la communauté juive européenne a dénombré environ 20 000 Juifs en Autriche (0,1 % de la population). La communauté juive autrichienne reste petite mais se développe.

Au cours des trois dernières années, le gouvernement autrichien a pris des mesures pour reconnaître son histoire de collaboration nazie et d’antisémitisme.

En septembre 2019, le Parlement autrichien a ainsi approuvé à l’unanimité un amendement à ses lois sur la citoyenneté, conformément à son « effort continu de réconciliation avec tous ceux qui ont souffert sous le régime totalitaire nazi en Autriche. » Cet amendement permet aux descendants éligibles de familles juives de réclamer la citoyenneté autrichienne.

En janvier 2021, l’ambassade d’Autriche à Washington, DC, a annoncé une nouvelle stratégie nationale contre l’antisémitisme. Et le mois dernier, l’Autriche a admis sa complicité avec la Seconde Guerre mondiale en ouvrant un mémorial public énumérant les noms des 64 440 Juifs autrichiens tués pendant la Shoah.

Les co-organisateurs du symposium et de la série de films Vienna in Hollywood, du musée Academy, du consulat général d’Autriche à Los Angeles et de l’université de Californie du Sud. De gauche à droite : Eduardo Sánchez, Paul Lerner, Michaela Ullmann, le consul général d’Autriche Michael Postl, Doris Berger, Regina Range, Simone Bliss. (Crédit : photo : David Auner)

La participation de l’Autriche au symposium « Vienna in Hollywood » s’inscrit dans cette tendance à reconnaître et à renouveler l’histoire juive du pays.

« Nous ne pouvons à aucun moment oublier que beaucoup de ceux qui sont venus ont dû fuir ou faire face à une mort certaine de la part des nazis. Nous n’avons pas l’intention de nous approprier culturellement ces réfugiés juifs talentueux ou de les revendiquer en tant qu’Autrichiens, mais plutôt de mettre en lumière la manière dont Vienne a façonné ces professionnels du cinéma qui ont fait d’Hollywood ce qu’elle est aujourd’hui », a déclaré Andreas Launer, actuel ambassadeur d’Autriche en Malaisie.

Launer a conçu le concept de Vienne à Hollywood en 2017 alors qu’il était consul général à Los Angeles. Doris Berger, originaire d’Autriche et directrice principale des affaires de conservation de l’Academy Museum, a commencé à travailler avec Launer sur ce projet en 2018.

Le premier jour du symposium, l’exposé du présentateur Robert Dassanowsky sur le pacte de coproduction Hollywood-Vienne de 1936 a touché une corde sensible. Dassanowsky, professeur d’études cinématographiques à l’université du Colorado, a longuement parlé de Koretz, l’un des avocats les plus respectés de Vienne et le principal expert en matière de droits d’auteur internationaux dans l’industrie cinématographique avant la Seconde Guerre mondiale. Koretz et sa famille ont noué une amitié avec ma famille qui s’étend sur quatre générations.

L’arrière-grand-père de l’auteur, Sol Wurtzel, 3e à partir de la gauche, et l’arrière-grand-mère Marian, 5e à partir de la gauche, célébrant à Vienne avec le Dr Paul Koretz et d’autres cadres du studio Fox et dirigeants de l’industrie cinématographique autrichienne vers 1927. (Crédit : autorisation)

Mon arrière-grand-père, un chef de production des studios Fox, a rencontré Koretz pour la première fois à Vienne dans les années 1920, alors qu’il recherchait des talents européens et développait l’empreinte européenne de la Fox.

Koretz servait d’intermédiaire entre les grands centres cinématographiques européens de Vienne, Berlin et Paris et Hollywood. En 1936, il a travaillé avec les studios MGM et 20th Century Fox pour conclure un pacte de coproduction afin de sauver l’industrie cinématographique autrichienne de l’effondrement alors que l’Allemagne nazie monopolisait la production cinématographique européenne. Après l’invasion de l’Autriche par l’Allemagne en mars 1938, le pacte de coproduction devient une chimère.

Néanmoins, Koretz espérait rester dans la capitale autrichienne et poursuivre sa pratique lucrative du droit. Mais il se heurte à un obstacle insurmontable : il est juif. Mon arrière-grand-père a travaillé dans les coulisses pour obtenir des visas britanniques à la famille Koretz et lui éviter de devenir la proie des nazis. Il a réussi. La famille Koretz a fui Vienne pour Londres en 1938. Ils quittent l’Angleterre pour Hollywood en 1940 et construisent une maison d’inspiration autrichienne en bois et en stuc à Hollywood Hills. Koretz reste exilé à Hollywood jusqu’à sa mort en 1980.

En regardant « Casablanca », le film inaugural de la série Vienne à Hollywood, l’histoire de la fuite et de la perte de la famille Koretz m’est venue à l’esprit. Le film a été projeté dans le David Geffen Theater du musée. Doté d’un tapis rouge, de 1 000 sièges rouges et de rideaux en velours rouge, le théâtre lui-même évoque l’âge d’or d’Hollywood et son élégance d’inspiration européenne.

Un quintette de lauréats de « Casablanca » : un Michael Curtiz endormi, Jack Warner (qui parle, comme d’habitude), Hal Wallis (avec son prix Thalberg), l’un des hôtes de l’événement, Jack Benny, et le scénariste Howard Koch. (Crédit : autorisation/collection de l’auteur)

Le film emblématique de 1942, réalisé par Michael Curtiz, émigré juif des années 1920 d’origine hongroise, met en scène les acteurs Paul Henreid et Peter Lorre, tous deux juifs ayant fui les nazis dans les années 1930. Saisissant l’urgence d’échapper au fascisme, le film est parsemé d’humour noir, de romance tragique et d’un sentiment d’anarchie amorale.

« Ce n’est pas une coïncidence si un si grand nombre de ces talentueux artistes juifs du cinéma sont venus de Vienne et ont été influencés par sa culture. Vienne était une capitale cosmopolite, artistique et intellectuelle comme nulle part ailleurs en Europe, où la libre expression était encouragée », a déclaré M. Launer.

Après l’Anschluss, la perte par l’Autriche de sa classe créative juive est devenue le gain d’Hollywood, car les émigrés ont porté le cinéma hollywoodien vers de nouveaux sommets dans les années 1930 et 1940. M. Launer et le conservateur de l’Académie, M. Berger, ont tous deux reconnu l’importance de commémorer l’expulsion par l’Autriche de ses talents juifs.

J’espère que « Vienna in Hollywood » servira à mettre en lumière la quintessence viennoise de ces artistes et l’importance des villes ouvertes, démocratiques et cosmopolites pour promouvoir la croissance intellectuelle et créative », a déclaré M. Launer.

A LIRE : Ce que les journaux intimes du géant de la littérature Stefan Zweig nous apprennent

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...