L’avion ayant atterri à Ben Gurion n’est plus le bienvenu au Liban
Rechercher

L’avion ayant atterri à Ben Gurion n’est plus le bienvenu au Liban

Le ministre libanais des Transports a déclaré que l’avion « Wings Of Lebanon » ne sera plus autorisé à revenir après son vol à Tel Aviv

Un avion avec le logo Wings of Lebanon (Crédit : CC BY-SA Maarten Visser, Flickr)
Un avion avec le logo Wings of Lebanon (Crédit : CC BY-SA Maarten Visser, Flickr)

Un avion de ligne exploité par une compagnie libanaise qui a effectué un vol en Israël par le biais d’une société turque plus tôt cette semaine ne sera plus jamais autorisé à toucher à nouveau le sol libanais, a annoncé un ministre du gouvernement au Liban jeudi.

Le Boeing 737 a été vu mercredi sur le tarmac de l’aéroport international Ben-Gurion d’Israël portant le nom et les couleurs de la compagnie aérienne WIngs of Lebanon, une scène inhabituelle dans la mesure où Israël et le Liban sont des ennemis.

L’avion a été utilisé par Turkish Tailwinds Airlines, qui est le propriétaire de l’avion mais qui avait loué à Wings of Lebanon. L’avion avait été renvoyé en Turquie pour des travaux d’entretien et a été ensuite mis en service pendant quelques jours par Tailwind Airlines sur un service régulier entre Antalya et Tel-Aviv avant son retour prévu au Liban.

Le ministre libanais des Travaux publics et des Transports, Ghazi Zeaiter, a déclaré que l’incident était un « crime que nous rejetons totalement », a signalé Bloomberg jeudi.

Zeiter a annoncé qu’il y aura une enquête complète sur les circonstances et que l’avion ne sera pas autorisé à revenir au Liban.

Il a été soutenu par Fadi Hasan, le directeur de l’aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth, qui a publié une déclaration disant que l’autorité de l’aviation civile libanaise avait déjà pris les « mesures nécessaires » avec la compagnie aérienne libanaise et que l’avion ne sera plus reçu à l’aéroport de Beyrouth.

En outre, ils ont demandé à la société turque de retirer le logo de la compagnie aérienne libanaise de l’avion, a précisé le site de Ynet.

Hasan a souligné que ni les autorités libanaises ni ou la compagnie aérienne libanaise n’étaient responsables de ce qui était arrivé.

Mercredi, Wings of Lebanon a publié une déclaration accusant Tailwind Airlines d’être responsable de l’incident et dénonçant l’utilisation non autorisée de l’avion, le service de presse d’Etat libanais, National News.

« Cette question constitue une intrusion dans les procédures précédemment convenues entre les deux compagnies », a dénoncé Wings of Lebanon. « Toute collaboration ou communication avec l’ennemi israélien est une ligne rouge pour Wings of Lebanon et de son personnel ainsi que pour le reste des compagnies aériennes libanaises ».

L’arrivée de l’avion en Israël a déclenché des rumeurs d’une possible visite de dignitaires libanais ou d’une réunion secrète, que Ynet avait auparavant rapporté.

« Je me suis frotté les yeux et je pensais que je rêvais », a déclaré un employé de l’aéroport. « Je ne pouvais pas comprendre ce qui se passait. Je regardais les passagers mais tout semblait tout à fait normal. Alors j’ai compris que rien de dramatique se passait ».

Tailwind Airlines exploite sept avions et avait loué le Boeing 737 vu mercredi à AerCap depuis janvier 2015. Tailwind, à son tour, avait sous-loué l’avion à Wings of Lebanon depuis 2016.

L’avion est retourné à Antalya mercredi après-midi sur son vol régulier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...