L’avocat Yossi Ashkenazi rejoint l’équipe de défense de Netanyahu
Rechercher

L’avocat Yossi Ashkenazi rejoint l’équipe de défense de Netanyahu

L'avocat remplace Navot Tel-Zur, qui a quitté l'équipe de défense à cause d'un différend sur ses honoraires

L'avocat Yossi Ashkenazi (Crédit: HFN)
L'avocat Yossi Ashkenazi (Crédit: HFN)

Jeudi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui risque d’être inculpé de plusieurs charges criminelles, a ajouté l’avocat Yossi Ashkenazi à son équipe de défense.

Ashkenazi, un associé important du cabinet Herzog, Fox & Neeman, va rejoindre l’avocat de Netanyahu Amit Hadid. Selon Haaretz, il se concentrera sur les affaires 2000 et 4000 qui pèsent contre le Premier ministre.

En mai, l’un des avocat de Netanyahu, Navot Tel-Zur, a quitté l’équipe de défense dans les affaires qui visent le Premier ministre, après des désaccords sur l’absence de versements d’honoraires.

L’équipe de défense de Netanyahu a été bloquée dans une bataille judiciaire avec le Comité des autorisations du Bureau du contrôleur de l’Etat sur sa demande de faire financer sa défense avec l’aide de financiers étrangers. Le comité a déjà rejeté sa demande à trois reprises. Le comité a statué qu’il n’était pas convenable que des bienfaiteurs non-israéliens paient pour les frais juridiques du Premier ministre dans une affaire criminelle où il aurait reçu des présents illégaux de la part de riches individus d’Israël et de l’étranger.

Il a finalement été révélé que le contrôleur de l’Etat avait approuvé la demande comme un prêt, malgré les décisions du comité.

Le Procureur général Avichai Mandelblit a fixé aux 2 et 3 octobre les audiences en vue d’une éventuelle inculpation dans les trois affaires criminelles qui visent Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 14 juillet 2019. (Photo par RONEN ZVULUN / POOL / AFP)

En février, après une audience, le procureur général a annoncé son intention d’inculper Netanyahu pour fraude et abus de confiance dans trois affaires qui pèsent contre lui, et pour corruption dans l’une d’entre elle.

Dans l’affaire 1000, Netanyahu est accusé d’avoir reçu des présents et des avantages de la part de bienfaiteurs milliardaires, dont le producteur hollywoodien né en Israël Arnon Milchan, en échange de faveurs.

Dans l’affaire 2000, il est accusé de s’être accordé avec le propriétaire du journal Yedioth Ahronoth Arnon Moses pour affaiblir un quotidien rival en échange d’une couverture plus favorable de la part du Yedioth.

Et dans l’affaire 4000, largement perçue comme la plus sérieuse contre le Premier ministre, Netanyahu est accusé d’avoir promu des décisions régulatrices qui ont profité à Shaul Elovitz, l’actionnaire majoritaire du géant de télécommunications Bezeq, à hauteur de centaines de millions de dollars, en échange d’une couverture positive par son site d’information Walla.

Netanyahu, qui a nié toute malversation et qui se dit être victime d’une chasse aux sorcières politiques, pourrait chercher à faire passer une loi qui le protégerait de toutes poursuites. Il pourrait également chercher un soutien de la Knesset visant à obtenir l’immunité, suivi d’une législation qui retirerait l’autorité de la Cour suprême à rétorquer des décisions de la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...