Le brouillard à Tel Aviv est un symptôme du réchauffement climatique – Expert
Rechercher

Le brouillard à Tel Aviv est un symptôme du réchauffement climatique – Expert

Un spécialiste du climat explique que le phénomène est causé par la hausse des températures au pôle Nord, qui perturbe le climat mondial

  • Un brouillard matinal recouvre la ville israélienne de Tel Aviv, au bord de la Méditerranée, le 4 janvier 2021. (MENAHEM KAHANA / AFP)
    Un brouillard matinal recouvre la ville israélienne de Tel Aviv, au bord de la Méditerranée, le 4 janvier 2021. (MENAHEM KAHANA / AFP)
  • Deux piétons marchent sur la plage tôt le 6 janvier 2021, dans la ville côtière de Netanya, au milieu du brouillard matinal lors de la première semaine de la nouvelle année. (JACK GUEZ / AFP)
    Deux piétons marchent sur la plage tôt le 6 janvier 2021, dans la ville côtière de Netanya, au milieu du brouillard matinal lors de la première semaine de la nouvelle année. (JACK GUEZ / AFP)
  • Un homme pêche dans le brouillard matinal dans la ville côtière de Netanya, le 6 janvier 2021. (JACK GUEZ / AFP)
    Un homme pêche dans le brouillard matinal dans la ville côtière de Netanya, le 6 janvier 2021. (JACK GUEZ / AFP)

Pour la quatrième matinée consécutive, un épais brouillard s’est abattu sur les zones côtières d’Israël mercredi, recouvrant les villes et réduisant la visibilité des conducteurs. Selon un expert météorologique, le phénomène est dû à une période inhabituellement chaude et sèche de stabilité atmosphérique.

Le brouillard recouvrait la plaine côtière centrale et méridionale, le centre-sud d’Israël et le nord-est de la région désertique du Néguev. Il était particulièrement épais dans la région de Tel Aviv.

Le phénomène météorologique, dont l’impact s’est fait sentir pour la première fois en Israël dimanche, est plus fréquent le matin et peut persister jusqu’à midi.

Amit Savir, du service météorologique israélien, a déclaré à Kan News que le brouillard était le résultat d’une période sèche au milieu de l’hiver.

Un brouillard matinal recouvre la ville de Tel Aviv, au bord de la Méditerranée, le 4 janvier 2021. (MENAHEM KAHANA / AFP)

« Il y a en ce moment un manque de pluie inhabituel, accompagné d’air chaud qui emprisonne l’humidité en dessous et ne permet pas à la fine couche d’humidité adjacente au sol de se dissiper », a expliqué M. Savir. « Il est inhabituel d’avoir trois semaines sans pluie au milieu de l’hiver, avec un temps printanier. Un tel phénomène se produit tous les deux ou trois ans. »

L’expert climatique Amir Givati a également déclaré à la radio de l’armée qu’un tel brouillard pouvait apparaître au début ou à la fin de l’hiver, mais qu’il est inhabituel qu’il vienne au milieu de la saison.

Un homme promène son chien sur la plage dans le brouillard matinal dans la ville côtière de Netanya, le 6 janvier 2021. (JACK GUEZ / AFP)

Une récente vague de sécheresse en Israël a fait suite à un automne particulièrement humide. Les fortes pluies suivies d’une période sèche hors saison sont un symptôme du réchauffement climatique, a déclaré M. Givati.

Il a expliqué que cette année, le pôle Nord a connu des conditions particulièrement chaudes, limitant le souffle d’air froid qu’il envoie habituellement vers le sud en hiver et perturbant les schémas météorologiques.

« C’est un peu inquiétant », a-t-il dit.

Néanmoins, les conditions actuelles, très sèches et stables, devraient finalement commencer à se dégrader d’ici la semaine prochaine, lorsque d’autres conditions hivernales devraient faire leur retour, a-t-il prédit.

Une vue d’ensemble prise le 6 janvier 2021 montre des bâtiments en silhouette dans le ciel de la ville côtière de Netanya au milieu du brouillard matinal de la première semaine de la nouvelle année. (JACK GUEZ / AFP)

Lundi, le brouillard épais a cloué au sol les avions à l’aéroport Ben Gurion, certains vols qui devaient atterrir à Tel Aviv ayant été redirigés.

Ces conditions météorologiques sont différentes de la brume jaune causée par la poussière dans l’air, qui flotte parfois, notamment lors des deux tempêtes de sable qui ont recouvert le pays en 2015 et qui ont été les pires depuis la création de l’Israël moderne en 1948.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...