Le cabinet approuve un nouveau sentier de randonnée à travers la Cisjordanie
Rechercher

Le cabinet approuve un nouveau sentier de randonnée à travers la Cisjordanie

Il "n'y a rien qui lie davantage à l'amour du pays natal que de marcher à travers les versets de la Bible," a déclaré Netanyahu

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Une route aux abords du Kibbutz Beeri, qui fait partie du sentier national israélien de randonnée (Crédit :  Chen Leopold/Flash90)
Une route aux abords du Kibbutz Beeri, qui fait partie du sentier national israélien de randonnée (Crédit : Chen Leopold/Flash90)

Le cabinet a voté dimanche en faveur d’un projet de 8,2 millions de dollars qui permettra de créer un nouveau tracé pour un sentier de randonnée qui traversera la Cisjordanie.

Tandis que le plan autorisé par le gouvernement se réfère à ce nouveau chemin de randonnée en indiquant qu’il « traversera Israël de long en large », un porte-parole du ministre du Tourisme Yariv Levin, qui a présenté ce projet, a confirmé que l’intention était que ce nouveau tracé s’élargisse au-delà de la Ligne verte.

Il viendra s’ajouter à l’actuel Sentier national d’Israël, inauguré en 1995, qui ne s’aventure pas en Cisjordanie.

« Ce chemin permettra aux touristes de découvrir les paysages et les sites d’Israël et amènera les randonneurs partout dans le pays, notamment dans la périphérie, en apportant, par conséquent, des contributions économiques significatives à ces zones », a commenté Levin dans une déclaration séparée qui ne mentionnait pas le parcours spécifique choisi pour le sentier de randonnée.

Il a toutefois rappelé dans une autre allocution que « le nouveau tracé (du Sentier national d’Israël) passera par la Vieille Ville de Jérusalem ou Shilo (nord de la Cisjordanie), des lieux chargés d’histoire juive ».

Dans sa propre déclaration saluant l’initiative, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait allusion au circuit emprunté par le futur chemin, disant qu’il « n’y a rien qui lie davantage à l’amour du pays natal que de marcher à travers les versets de la Bible ».

Il s’est par ailleurs réjoui d’une décision « qui s’imposait sur le plan du potentiel touristique ».

Le ministre israélien du Tourisme Yariv Levin, à droite, lors d’une réunion du comité de la Knesset de Jérusalem le 6 juin 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les organisations pro-implantations ont, de la même manière, fait l’éloge de la décision prise par le cabinet. « Le moment est venu où il faut que le Sentier national israélien reflète le territoire de la terre d’Israël », a déclaré le directeur de l’école de terrain de Kfar Etzion, Yaron Rosenthal, qui a fait pression en faveur de ce projet.

Rosenthal a expliqué qu’il s’attendait à ce que ce nouveau circuit traverse Jérusalem-est et le plateau du Golan, en plus d’implantations variées à travers la Cisjordanie.

Alon Lifshitz-Cohen, de l’ONG de planification Bimkom, a minimisé l’autorisation délivrée dimanche. « Selon la décision prise par le gouvernement, on ne parle pas du tout de la Cisjordanie mais seulement des secteurs qui se trouvent au sein de l’état d’Israël », a-t-il dit, ajoutant qu’il existe d’ores et déjà un réseau étendu de chemins balisés pour les randonneurs à travers toute la Cisjordanie.

Les habitants d’implantations déplorent depuis longtemps que le sentier national israélien original ne traverse pas la Ligne verte, contournant la Cisjordanie plutôt que de la sectionner transversalement.

Le magazine National Geographic a nommé il y a cinq ans l’actuel sentier national de randonnée israélien comme étant l’un des meilleurs du monde. Ce chemin, long de près de mille kilomètres depuis le sud jusqu’au nord d’Israël, fait partie des 20 meilleures randonnées au classement des circuits les plus épiques.

Il est intégralement situé dans les frontières d’Israël reconnues par la communauté internationale.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...