Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

Le cabinet de Netanyahu dément les rumeurs selon lesquelles il simulerait la grippe pour esquiver une réunion

Des rumeurs circulent sur les réseaux sociaux suite à l'annulation par le Premier ministre de tous ses rendez-vous, dimanche

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une séance plénière de la Knesset, le 19 février 2024. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une séance plénière de la Knesset, le 19 février 2024. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Le cabinet du Premier ministre a publié une déclaration pour démentir les « rumeurs » qui circulent au sujet du Premier ministre Benjamin Netanyahu et particulièrement celles diffusées en ligne selon lesquelles il prétendait avoir la grippe pour échapper aux réunions du gouvernement.

Selon le communiqué publié lundi soir, son cabinet « s’inscrit résolument en faux avec » ces informations avant d’expliquer que le Premier ministre a « contracté la grippe », à l’instar de nombreux employés de son cabinet.

Le cabinet du Premier ministre avait annoncé samedi que Netanyahu ne prendrait par part au Conseil des ministres de dimanche en raison de sa grippe.

Par la suite, des messages ont circulé sur les réseaux sociaux pour spéculer sur les raisons de cette indisponibilité, certains suggérant que le Premier ministre tentait d’esquiver le débat sur les mesures de sécurité à prendre sur le mont du Temple pour le Ramadan et d’autres qu’il avait pris un jour de congé pour fêter son 33e anniversaire de mariage avec son épouse Sara.

Certains se sont par ailleurs interrogés sur l’identité de la personne en charge des affaires lorsque que le Premier ministre était malade.

« Le Premier ministre Netanyahu continue de prendre des décisions, tenir des consultations, conduire la guerre et gérer toutes les affaires de l’État », explique le communiqué de lundi, ajoutant que le Premier ministre avait été examiné par son médecin, le Dr Tzvi Herman Berkovitz, qui a déclaré qu’il était en bonne santé.

Lundi, un responsable israélien a déclaré au Times of Israël que Netanyahu avait annulé tous ses rendez-vous et était rentré chez lui pour soigner sa grippe.

La santé du Premier ministre est suivie de près depuis juillet dernier, date à laquelle il a subi une intervention chirurgicale destinée à lui implanter un stimulateur cardiaque après un malaise à son domicile de Césarée. Ce n’est qu’après l’opération que la maladie cardiaque chronique dont souffre Netanyahu – « un blocage cardiaque transitoire » – a été révélée au grand public. La maladie aurait été diagnostiquée 20 ans plus tôt.

En juillet dernier, l’état de santé du Premier ministre, âgé de 74 ans, a alimenté bien des conversations et questionnements sur la gravité de la situation et le fait qu’elle ait été dissimulée au grand public.

Des protocoles exigent que les Premiers ministres publient un rapport annuel de santé, mais Netanyahu n’en a publié aucun entre 2016 et fin 2023, jusqu’à la sortie d’un rapport le donnant en bonne santé. Il n’a à aucun moment été possible de l’obliger à publier ces informations dans la mesure où les protocoles ne relèvent pas de la loi.

En février, la Cour Suprême a rejeté la requête de deux anciens hauts responsables de l’armée demandant que Netanyahu soit déclaré inapte à ses fonctions au motif qu’il portait atteinte à la sécurité nationale en faisant primer ses affaires personnelles sur la guerre contre le Hamas à Gaza, commencée le 7 octobre lorsque des milliers de terroristes du Hamas ont envahi le sud d’Israël, tué près de 1 200 personnes et fait 253 otages. Leur demande invoquait par ailleurs le fait que le Premier ministre n’avait pas révélé les motifs qui l’avaient conduit à l’hôpital en juillet.

« Les nombreuses actions et omissions qui se sont produites avant et depuis le massacre du 7 octobre montrent que les intérêts et considérations qui motivent Netanyahu sont ‘personnels, limités, inappropriés et distincts de ceux de l’État, de sa population, des otages et de leurs familles’ », peut-on lire dans le quotidien israélien Haaretz, qui reprend les termes de la demande.

Dans leur refus écrit, les juges avaient expliqué que la requête était prématurée, car déposée trois semaines seulement après que les pétitionnaires aient demandé à Netanyahu de répondre à leurs accusations, ce qui ne lui avait pas laissé le « temps » d’examiner et répondre aux accusations.

Ils avaient ajouté que le contexte militaire rendait « inacceptable » leur demande de réponse rapide, ajoutant même que cette demande de « déclaration de santé complète et détaillée » était infaisable dans les très brefs délais requis par les signataires du recours.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.