Le cabinet du Premier ministre d’alternance devrait être approuvé dimanche
Rechercher

Le cabinet du Premier ministre d’alternance devrait être approuvé dimanche

Les ministères de l'Eau, de l'Enseignement supérieur et du Numérique national devraient être approuvés à cette occasion, sur fond de critique de la taille du gouvernement

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, à la Knesset, le 17 mai 2020, après la prestation de serment du nouveau gouvernement. (Alex Kolomoisky/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, à la Knesset, le 17 mai 2020, après la prestation de serment du nouveau gouvernement. (Alex Kolomoisky/POOL)

Le gouvernement doit approuver une décision controversée de créer un nouveau cabinet pour le ministre de la Défense et Premier ministre d’alternance Benny Gantz dimanche, a rapporté la Douzième chaîne jeudi.

Le bureau sera au service de Gantz au cours des 18 prochains mois, et après la rotation prévue des Premiers ministres dans le cadre de l’accord de coalition entre le Likud et Kakhol lavan, reviendra à Benjamin Netanyahu lorsqu’il terminera son mandat de Premier ministre et deviendra lui-même chef de gouvernement d’alternance.

Le poste devait initialement être approuvé dimanche dernier, mais le vote a été reporté sans raison.

La Douzième chaîne a indiqué que d’autres ministères seraient également approuvés dimanche, notamment ceux de l’Eau, de l’Enseignement supérieur, du Numérique et celui de la Promotion et de l’autonomie des communautés.

La réunion du cabinet du nouveau gouvernement organisée salle Chagall, à la Knesset de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Crédit : ABIR SULTAN / POOL / AFP)

Le gouvernement a été largement critiqué pour sa grande taille – près de la moitié des députés de la coalition sont ministres – et pour le fait qu’il a fallu en créer afin de distribuer suffisamment de portefeuilles ministériels, dont beaucoup sont considérés comme des faveurs politiques.

Les ministères supplémentaires coûtent à l’État des centaines de millions de shekels alors que l’économie est mise à mal par l’épidémie et que plus d’un million de personnes sont actuellement au chômage.

Le seul coût des bureaux, du personnel et des voitures du nombre record de ministres de la coalition est estimé à environ 700 millions de shekels (180 millions d’euros).

La loi dite « norvégienne » qui a été adoptée par le Comité ministériel pour la législation en début de semaine, permettra – si elle est adoptée – à tout député nommé à un poste ministériel de démissionner temporairement de la Knesset, permettant ainsi au prochain candidat sur la liste du parti d’entrer au Parlement à sa place.

Si 30 nouveaux députés sont ajoutés à la liste en vertu de la loi, le coût supplémentaire pourrait s’élever à plus de 40 millions de shekels par an, soit 120 millions de shekels supplémentaires pour l’ensemble du cabinet.

Lorsque la nouvelle de la création d’un cabinet pour le Premier ministre d’alternance a été annoncée la semaine dernière, le député de Yesh Atid Yair Lapid, le chef de l’opposition, a attaqué Gantz et Netanyahu pour leurs dépenses gouvernementales excessives.

« Que nous apporte le gouvernement des déconnectés cette semaine ? », a interrogé le parlementaire. « Pas d’allocations de chômage pour les indépendants, pas de subventions pour les entreprises qui ont sombré, mais un bureau pour le Premier ministre d’alternance. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...