Le camp Clinton refuse une position trop dure sur Israël au parti Démocrate
Rechercher

Le camp Clinton refuse une position trop dure sur Israël au parti Démocrate

L’affirmation par l’universitaire Cornel West que l’armée israélienne a ciblé des innocents dans Gaza a été applaudie lors d’un ressemblement à Orlando, mais la critique excessive d’Israël a été rejetée

La candidate démocrate Hillary Clinton à la Conférence de l'AIPAC 2016 à Washington, le 21 mars 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)
La candidate démocrate Hillary Clinton à la Conférence de l'AIPAC 2016 à Washington, le 21 mars 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)

Une tentative d’inclure une critique d’Israël pour « l’occupation et les implantations illégales » dans le programme Démocrate a été rejetée par les soutiens d’Hillary Clinton alors qu’un groupe de réflexion chargé de préparer les déclarations majeures de la candidate s’est réuni probablement pour la dernière fois à Orlando, en Floride.

La tentative concernait un des deux amendements visant à changer le discours du parti sur Israël, et les deux amendements ont été rejetés par les soutiens de la future candidate pendant que le parti tenait ce qui devait être le dernier jour de vote sur le programme du parti, samedi.

Rassemblés dans la salle de bal d’un hôtel à Orlando, les soutiens de Clinton et du Sénateur du Vermont Bernie Sanders se sont confrontés sur une grande variété de sujets y compris les accords internationaux de commerce, le salaire minimum, la santé publique et l’environnement.

La première version du programme, qui a été saluée par J Street et la Ligue Anti-Diffamation au cours des récentes semaines, appelait à une solution à deux états qui garantirait un foyer aux Palestiniens, posant, pour la première fois, la question en termes d’aspirations nationales palestiniennes tout comme en terme de besoins sécuritaires d’Israël.

Pourtant, un groupe d’activistes mené par des membres du comité nommé par Bernie Sanders, y compris l’activiste et universitaire Cornel West et le Président de l’Institut Arabe américain James Zogby, ont demandé de tenir un discours plus dur sur Israël que ce qui était écrit sur cette première version, avec un appel à « une fin de l’occupation et des implantations illégales ».

Avançant l’argument que le discours pourrait aider les Etats-Unis à représenter un « intermédiaire crédible de la paix », la déléguée indépendante Maya Berry a proposé l’amendement qui aurait ajouté l’expression à une phrase déjà présente, changeant le programme pour noter que « nous continuerons à travailler pour une solution à deux états au conflit israélo-palestinien, à reconnaître des frontières qui accordent aux Palestiniens la fin de l’occupation et des implantations illégales afin qu’ils puissent vivre avec souveraineté et dignité indépendante ».

West a décrit le conflit israélo-palestinien comme « une question de notre époque ».

« Elle a des implications spirituelles et morales, pas seulement pour la politique ou la prochaine élection, a-t-il déclaré. Pour la jeune génération, cela devient de plus en plus ce que le Vietnam était en 1960 et ce que l’Afrique du Sud était en 1980. Nous ne devons pas tolérer une once de haine antisémite, et jamais une once de haine anti-palestinienne, anti-arabe et anti-musulmane. Pouvons-nous suivre cette ligne ? »

« Parti Démocrate, vous êtes dans le déni depuis très longtemps. Les Palestiniens devraient être libres », s’est-il exclamé.

Steve Benjamin, le maire de Colombia en Caroline du Sud, un délégué de Clinton dans le comité, a répondu qu’ajouter la clause supplémentaire rendrait le travail de futurs négociateurs de la paix américains plus difficile.

« Au final, c’est aux dirigeants palestiniens et israéliens de prendre les décisions difficiles qui doivent être prises, a-t-il suggéré. Nous ne pouvons pas imposer des solutions spécifiques. Pour faire la paix et soutenir une solution équitable pour deux états, nous devons rejeter cet amendement et soutenir le texte de base du programme », a déclaré Benjamin.

Benjamin a avancé l’argument que les délégués « devraient être fiers que notre programme, du Parti Démocratique, soutienne pour la toute première fois le seul chemin viable vers deux états, des négociations bilatérales entre Israël et Palestine ».

L’amendement a été rejeté par un vote de 95 voix contre 73, et certains activistes ont quitté avec colère la salle de l’hôtel où la réunion se tenait. Lors de l’assemblée souvent houleuse, qui proposait plus d’une demi-douzaine de sessions sur plus de deux jours, des délégués ont interrompu le délégué Mark Stanley alors qu’il témoignait contre l’un de deux amendements.

Le discours sur Israël a entraîné une confrontation similaire le mois dernier, alors que des soutiens d’Hillary, qui a fini par obtenir la nomination Démocrate, ont rejeté un amendement mené par le soutien de Sanders, James Zogby, qui aurait appelé à accorder aux Palestiniens « une fin à l’occupation et aux implantations illégales », et aurait invité à un effort international pour reconstruire Gaza.

Zogby a déclaré, à ce moment, que Sanders avait aidé à définir la ligne du discours. Un amendement appelant à un effort international pour reconstruire Gaza a refait surface lors de la rencontre de samedi, à laquelle participait tout le comité et ses 187 membres, contrairement au comité plus limité de rédaction qui avait approuvé la première version.

West a pris le microphone lors du débat de samedi pour demander la reconnaissance de la souffrance à Gaza, accusant Israël d’avoir massacré des innocents dans la bande côtière.

« Quand on parle de Gaza, on parle d’un niveau incroyable de misère et de souffrance, et lors des attaques d’il y a quelques années [en 2014] plus de 2 000 personnes ont été tuées, 500 bébés ont été tués, et pas le moindre mot murmuré de la part de nos élites politiques », a-t-il accusé.

« Il faut être tout autant préoccupé du fait que nos frères et sœurs juifs aient à traiter avec le Hamas. Oui, le Hamas est responsable de la mort de personnes innocentes, et c’est un crime contre l’humanité, mais l’armée israélienne fait pareil quand elle tue des personnes innocentes de l’autre camp », s’est-il insurgé.

Les commentaires de West sur l’armée israélienne ont reçu de forts applaudissements de la part des activistes dans la pièce.

Le discours actuel réflète les positions de Clinton et préconise de travailler pour aboutir à une « solution à deux états du conflit israélo-palestinien » qui garantisse la sécurité d’Israël avec des frontières reconnues et « qui fournissent aux Palestiniens de l’indépendance, de la souveraineté et de la dignité ».

Les soutiens de l’amendement ont hué le comité après qu’il ait été rejeté samedi. CNN a cité un soutien qui a déclaré que le parti était « vendu à l’AIPAC ». Il a été accompagné à la sortie.

Les soutiens de Clinton et Sanders se sont également opposés sur la santé, le commerce et beaucoup d’autres questions. Tandis que les soutiens déçus de Sanders pourraient techniquement déposer un rapport minoritaire traitant des questions non réglées, il est peu probable qu’un tel rapport puisse réfléter le discours sur Israël, dont les soutiens de Sanders ont suggéré qu’il occupe la deuxième place dans les questions intérieures, particulières celle traitant de l’inégalité économique.

Le programme Démocratique incluera des mesures pour dissoudre des grandes banques, soutenir un salaire minimum de 15 dollars de l’heure et l’abolition de la peine de mort, parmi les positions défendues par Sanders.

Mais les Démocrates ont enterré d’autres demandes du camp Sanders, y compris un système unique d’assurance maladie, une taxe sur le carbone et un moratoire sur la fraction hydraulique.

Les dirigeants du parti Démoratique cherchent à rassembler les différentes factions en conflit avant la convention de nomination du parti, qui aura lieu à Philadelphia plus tard dans le mois. Sanders doit encore soutenir officiellement Clinton, et ses soutiens ont souvent crié son nom lors de moments animés dans la rencontre de samedi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...