Le centre de détention pour demandeurs d’asile est plein, selon les autorités
Rechercher

Le centre de détention pour demandeurs d’asile est plein, selon les autorités

Plus de 3 300 migrants illégaux sont actuellement incarcérés dans le complexe de Holot ; L'autorité de l'Immigration doit décider d'une nouvelle politique dans les prochains jours

Des migrants africains devant le centre de détention de Holot, le 17 février 2014. (Crédit : Flash90)
Des migrants africains devant le centre de détention de Holot, le 17 février 2014. (Crédit : Flash90)

Le centre de détention de Holot pour migrants et demandeurs d’asile qui sont entrés clandestinement en Israël a atteint sa pleine capacité, a déclaré mardi l’administration pénitentiaire d’Israël.
 
Plus de 3 300 demandeurs d’asile et migrants sont actuellement incarcérés dans le centre de détention dans le sud d’Israël, où les détenus sont tenus de pointer le matin et le soir, mais sont libres de s’absenter pendant la journée.

Selon l’administration pénitentiaire d’Israël, l’Autorité de l’immigration devra décider dans les prochains jours comment traiter les demandeurs d’asile qui ont été convoqués à Holot.

En août dernier, la Haute Cour de justice avait ordonné au gouvernement de libérer les migrants clandestins détenus depuis plus d’un an sur le site, dans une décision qui a touché 1 178 demandeurs d’asile.

Plus tôt ce mois-ci, le site Ynet a rapporté que le ministre de l’Intérieur d’alors, Silvan Shalom, envisageait un plan pour agrandir le centre. Cependant, suite à la récente décision de Shalom de quitter la vie politique sur fond des nombreuses allégations de harcèlement sexuel portées contre lui, le plan doit recevoir l’approbation du Premier ministre.

Des migrants clandestins africains portent leurs biens après leur libération du centre de détention de Holot dans le désert du Néguev en Israël, le 25 août, 2015. (Crédit photo: Menahem Kahana / AFP)
Des migrants clandestins africains portent leurs biens après leur libération du centre de détention de Holot dans le désert du Néguev en Israël, le 25 août, 2015. (Crédit photo: Menahem Kahana / AFP)

Les chiffres officiels montrent qu’environ 47 000 immigrants illégaux séjournent en Israël, la quasi-totalité d’Erythrée et du Soudan.

La plupart de ceux qui ne sont pas détenus vivent dans des quartiers pauvres au sud de Tel-Aviv, où il y a eu plusieurs manifestations contre leur présence.

Israël lutte depuis 2006 pour établir et mettre en œuvre un cadre juridique clair pour faire face à l’afflux important de migrants, entraînant des politiques de l’immigration ad hoc confuses et souvent contradictoires.

L’afflux a considérablement ralenti ces derniers temps, depuis qu’Israël a bouclé plus efficacement sa frontière avec l’Egypte.

La grande majorité des migrants africains vivant en Israël réclament le statut de demandeur d’asile, mais l’État n’a reconnu que moins d’1 % des demandes et, depuis 2009, moins de 0,15 % – le taux le plus bas dans le monde occidental.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...