Rechercher

Le Centre Wiesenthal alerte Berlin avant l’anniversaire de la Nuit de Cristal

Le directeur critique la lenteur de la réaction de la police à la fusillade meurtrière et exhorte l'Allemagne à renforcer la sécurité avant l'anniversaire du pogrom nazi

Des jeunes élèves et d'autres personnes amenés pour regarder brûler le mobilier de synagogues lors de la Nuit de Cristal à Mosbach, en Allemagne. (Crédit : Autorisation)
Des jeunes élèves et d'autres personnes amenés pour regarder brûler le mobilier de synagogues lors de la Nuit de Cristal à Mosbach, en Allemagne. (Crédit : Autorisation)

Le Centre Simon Wiesenthal a averti mercredi les autorités allemandes que l’attentat meurtrier de Yom Kippour contre une synagogue de la ville de Halle pourrait être le précurseur d’autres attentats lors du prochain anniversaire de la Nuit de Cristal.

Dans une lettre adressée au ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer, Shimon Samuels, directeur du Centre pour les relations internationales, a noté que la synagogue de Halle était l’une de celles détruites lors du pogrom organisé par les nazis en Allemagne et en Autriche où 91 Juifs furent tués, 30 000 furent arrêtés, 1 400 synagogues furent incendiées et de nombreuses habitations et commerces furent vandalisés.

Le 10 novembre 1938, le « Pogrom d’État de la Nuit de Cristal » a vu la destruction de la synagogue locale, l’envoi de 200 hommes à Buchenwald et l’anéantissement de 800 ans de la vie juive de Halle », écrit Samuels, notant que la communauté juive dans la ville remonte au 12e siècle.

« Il est bien connu que les terroristes d’extrême droite et les terroristes islamistes agissent souvent pour marquer des anniversaires », a-t-il dit. « Si c’est le cas, c’est peut-être un précurseur de la Nuit de Cristal [anniversaire]. »

L’attaquant allemand de la synagogue, identifié par les médias comme étant le néo-nazi Stephan Balliet lors de son assaut à Halle. (Crédit : capture d’écran)

Au moins deux personnes ont été tuées par balle lors de l’attaque antisémite de mercredi. Le tireur a été identifié par les médias allemands comme étant le néonazi Stephan Balliet, 27 ans. L’homme a filmé l’agression et posté une vidéo de 35 minutes en ligne.

Après avoir échoué à pénétrer dans la synagogue, il a abattu un passant dans la rue, puis un homme dans un restaurant de kebab, avant d’être blessé et arrêté par la police.

Samuels a souligné le temps que le tueur a pris pour se rendre à plusieurs reprises à son véhicule et sortir de nouvelles armes à feu et munitions, disant que cela indiquait un « vide policier ».

« La réaction tardive des autorités dans un cas évident de terrorisme antisémite exige une enquête officielle », a écrit Samuels. « La commémoration de la Nuit de Cristal du mois prochain nécessitera une alerte nationale maximale. »

La chancelière allemande Angela Merkel a condamné la fusillade meurtrière, ajoutant une expression de « solidarité pour tous les Juifs en ce jour saint de Yom Kippour ». La chancelière a ensuite assisté à une veillée à la synagogue principale de Berlin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que « l’attaque terroriste contre la communauté de Halle en Allemagne à Yom Kippour est une nouvelle expression de la recrudescence de l’antisémitisme en Europe ».

« J’exhorte les autorités allemandes à continuer d’agir résolument contre le phénomène de l’antisémitisme », a tweeté Netanyahu.

Le dirigeant religieux Max Privorotzki, qui se trouvait dans la synagogue de Halle, a raconté au Stuttgarter Zeitung les minutes déchirantes de l’assaut contre le site religieux.

Un homme armé tire dans une rue de Halle, en Allemagne, après une fusillade devant une synagogue dans la même ville, faisant deux morts. (Crédit : capture d’écran / Andreas Splett / ATV-Studio Halle / AFP)

« Nous avons vu à travers la caméra de notre synagogue qu’un agresseur lourdement armé portant un casque d’acier et un fusil essayait d’ouvrir notre porte », a-t-il dit.

« L’homme avait l’air d’appartenir aux forces spéciales. Mais nos portes ont tenu bon », a déclaré M. Privorotzki.

« Nous avons barricadé nos portes de l’intérieur et attendu la police », a-t-il dit, ajoutant « qu’entre-temps, nous avons poursuivi notre office religieux ».

Entre 70 et 80 personnes se trouvaient dans la synagogue en ce jour où les Juifs du monde entier marquaient l’un des jours les plus saints du calendrier juif, a ajouté Privorotzki.

L’Allemagne a été en état d’alerte élevé à la suite de plusieurs attentats au cours des dernières années, dont certains revendiqués par le groupe de l’État islamique, ainsi que de complots néonazis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...