Le chauffeur de Yair Netanyahu condamné pour l’avoir enregistré à son insu
Rechercher

Le chauffeur de Yair Netanyahu condamné pour l’avoir enregistré à son insu

Roi Rozen devra verser 30 000 shekels au fils du Premier ministre pour l'avoir enregistré avec des amis au cours d'une nuit passée dans des clubs de strip-tease à Tel Aviv

Yair Netanyahu, fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors d'un événement électoral à Tel Aviv, le 18 septembre 2019.(Gili Yaari/Flash90)
Yair Netanyahu, fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors d'un événement électoral à Tel Aviv, le 18 septembre 2019.(Gili Yaari/Flash90)

Dimanche, le tribunal de Tel Aviv a validé un accord à l’amiable dans lequel Yair Netanyahu recevra 30 000 shekels (environ 7 600 euros) de la part de son ancien chauffeur. Celui-ci l’avait enregistré alors que le fils du Premier ministre tenait des propos désobligeants sur des femmes lors d’une nuit d’excès passée dans plusieurs boites de strip-tease de Tel Aviv.

Selon les termes de l’accord, l’ancien chauffeur Roi Rozen devra également s’excuser publiquement auprès de Yair Netanyahu.

« Dans le cadre de mon travail, j’ai enregistré ce qui se disait dans le véhicule, a écrit Rozen. Je n’avais pas l’intention de nuire à Yair Netanyahu, qui m’a traité dans l’ensemble avec amitié et respect. Je regrette qu’il ait eu à souffrir en conséquence de la mauvaise publicité suscitée par cette affaire et que sa vie privée n’ait pas été respectée ».

Selon l’accord, Rozen devra payer la somme dans les 21 jours.

(De gauche à droite) Avner, Sara, Benjamin et Yair Netanyahu en vacances sur le Plateau du Golan, le 23 avril 2019. (Crédit : Bureau du Premier ministre)

Yair Netanyahu avait initialement entamé une procédure judiciaire pour obtenir un million de shekels (254 000 euros) en poursuivant Rozen pour diffamation, non-respect de la vie privée et manquement à ses obligations professionnelles. Il affirmait que l’enregistrement avait été fait illégalement par le chauffeur qui cherchait à obtenir des gains financiers. L’entreprise de sécurité Modiin Ezrachi a également attaqué Rozen en justice, lui réclamant 250 000 shekels (63 500 euros) en raison de ces enregistrements.

Ces derniers réalisés il y a quatre ans concernaient des conversations entre Yair Netanyahu, alors âgé de 25 ans, Nir Maimon, le fils du magnat du gaz Koby Maimon, et Roman Abramov, un ami du jeune fils de Netanyahu.

Dans l’enregistrement, diffusé par Hadashot TV, on peut entendre Yair et ses amis parler des milliers de shekels qu’ils avaient dépensés pour des danses privées cette soirée-là. Dans des propos tenus alors qu’il semblait en état d’ébriété, le jeune Netanyahu semble proposer à ses amis les faveurs sexuelles d’une femme avec qui il avait des relations sexuelles en échange d’argent.

Enfin, alors qu’ils attendent devant un club de strip-tease, il demande à Maimon de « le dépanner » en lui prêtant de l’argent pour les strip-teaseuses afin de le remercier d’un accord de régulation polémique sur la distribution de gaz, d’une valeur de plusieurs milliards, qui a été défendu par Benjamin Netanyahu et qui a bénéficié au père de son ami.

Reconnaissant apparemment la nature explosive de leurs commentaires, même s’ils avaient été prononcés sur le ton de la plaisanterie, on peut entendre le groupe de jeunes dire au garde de sécurité payé par l’Etat qu’il pourrait être « assassiné » s’il en parlait à quiconque.

Dans d’autres extraits de l’enregistrement, on peut entendre Yair Netanyahu, Maimon et Abramov parler à plusieurs reprises des femmes qu’ils ont rencontrées au cours de la soirée, dont des prostituées et des strip-teaseuses. « Je vais lui envoyer un message, et elle viendra comme un paquet livré », plaisante Yair Netanyahu au sujet d’une serveuse.

« Tu sais combien de numéros de strip-teaseuses j’ai dans mon téléphone ? ajoute alors Abramov. « Mon téléphone est rempli à moitié de numéros de strip-teaseuses ».

A un moment, Abramov dit à Netanyahu et Maimon qu’ils se « comportent comme des idiots », alors qu’ils se trouvent devant une boite de strip-tease. « Si vous étiez photographiés, vous savez à quoi vous ressembleriez ? », leur demande-t-il, citant le Pussycat comme l’un des lieux visités pendant la soirée.

Plus tard, Maimon se vante d’avoir « claqué »  3 000 shekels (761 euros) en strip-tease cette nuit-là. Abramov a dit qu’il avait dépensé environ 2 000 shekels (500 euros) pour « deux ou trois » danses privées.

Yair Netanahu parle également d’une femme avec laquelle il aurait entretenu une relation, selon Hadashot TV. « Si vous voulez, je peux vous organiser quelque chose avec une **** », dit-il à son sujet, dans des commentaires que la chaîne a censurés à cause de leur nature blessante. Il ajoute qu’il pourrait prendre une commission pour l’avoir prostituée.

La boîte de nuit Pussycat Dolls à Tel Aviv, le 3 octobre 2017. (Andrew Tobin/JTA)

Hadashot a déclaré que les conversations avaient eu lieu dans un véhicule blindé fourni par le Bureau du Premier ministre et conduit par un chauffeur payé par l’Etat. Un agent du Shin Bet était aussi présent avec le groupe pendant toute la nuit.

On peut entendre Netanyahu et Abramov plaisanter qu’il y aurait des « conséquences graves », si le garde venait un jour à perdre son travail.

« S’il se fait virer, dit Abramov, nous devrions l’assassiner ».

« Sois prudent quand tu démissionnes, lui disent-ils. Tu pourrais mourir ».

A la fin de la soirée, Yair Netanyahu et Abramov ont été déposés à la maison du milliardaire James Packer, notait le reportage.

Les enregistrements ont été diffusés par Hadashot malgré les pressions du Bureau du Premier ministre pour bloquer leur diffusion. Le Bureau du Premier ministre avait affirmé que les enregistrements avaient pour but de nuire à Netanyahu.

Dans une démarche rare à l’époque, Yair Netanyahu avait publié son propre communiqué réagissant au reportage, le qualifiant de « biaisé et honteux », et affirmant que les enregistrements avaient été obtenus illégalement.

« Dans cette conversation tard la nuit, sous l’effet de l’alcool, j’ai dit des choses stupides sur les femmes et d’autres choses stupides que j’aurais mieux fait de ne pas dire, a-t-il dit. Ces paroles ne représentent pas qui je suis, et les valeurs avec lesquelles j’ai été éduqué ou les principes auxquels je crois. Je regrette d’avoir prononcé ces propos et je m’excuse si j’ai blessé quiconque ».

Yair Netanyahu a été au centre d’un certain nombre de scandales au fil des ans, notamment pour des commentaires sur les réseaux sociaux. Il a fait l’objet de controverses pour des publications où il s’en prend souvent à ses détracteurs ou ceux de sa famille.

Yair et sa mère, Sara, ont été considérés comme des suspects dans des enquêtes criminelles contre le Premier ministre et ont été entendus dans le cadre de ses enquêtes, même si les procureurs ont finalement décidé de clore leur dossier. Dans des retranscriptions des auditions de police publiées la semaine dernière, Yair accuse des politiciens, des officiers et d’autres personnalités de viol et de meurtre. Il compare aussi la police aux Nazis, tout en niant tout méfait.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...