Le chef de l’opposition critique les nouvelles mesures de confinement
Rechercher

Le chef de l’opposition critique les nouvelles mesures de confinement

Yair Lapid a critiqué le gouvernement pour avoir adopté ces restrictions, estimant que ses responsables ont "déraillé"

Des gens portant un masque de protection passent devant une affiche à Ramat Gan, à proximité de Tel Aviv, el 16 juillet 2020. (AP Photo/Oded Balilty)
Des gens portant un masque de protection passent devant une affiche à Ramat Gan, à proximité de Tel Aviv, el 16 juillet 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Vendredi, le chef de l’opposition Yair Lapid s’en est pris au gouvernement après la série de nouvelles mesures de confinement imposées pour limiter l’augmentation record de nouvelles infections au coronavirus. Les ministres du cabinet ont approuvé les mesures dans la nuit. Elles entreront en vigueur à 17h.

Parmi les nouvelles restrictions imposées : des limitations imposées sur les rassemblements, les restaurants ne pourront plus proposer de service sur place et la majorité des commerces seront fermés le week-end. La fermeture des plages et les restrictions de déplacement débuteront seulement dans une semaine.

« Un pays tout entier essaie de comprendre les directives pour le weekend et n’y arrive pas. Un pays tout entier essaie de comprendre pourquoi certaines décisions sont prises au milieu de la nuit, sans aucune donnée, et n’y arrive pas. Un pays tout entier essaie de comprendre pourquoi [les ministres] ignorent les médecins et les économistes, qui disent que c’est le chaos complet, et n’y arrive pas », a écrit sur Twitter Lapid, qui dirige le parti Yesh Atid.

Il a ajouté : « Le gouvernement a déraillé. Il a perdu la confiance du public. »

Lapid a affirmé que pour lutter efficacement contre l’épidémie, il fallait nommer un officiel en charge de la gestion de la réponse d’Israël au virus, une proposition largement soutenue mais que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et que le ministre de la Santé Yuli Edelstein rejettent. Lapid a également afirmé que « des données organisées, une stratégie et des explications claires au public sont nécessaires ».

Le député Yair Lapid de Kakhol lavan s’exprime lors de la conférence de presse de « Maariv » à Herzliya, le 26 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Hagai Levine, chef de l’Association israélienne des Médecins de la Santé publique, a critiqué le gouvernement pour avoir imposé ces restrictions, « sans aucune base épidémiologique », et pour avoir pris la décision de fermer les plages à partir de la semaine prochaine. Il a noté que les virus allait probablement se propager dans les espaces fermés plutôt que dans les espaces ouverts.

« La sécurité nationale est aussi la santé mentale et économique », a déclaré Levine, épidémiologiste à l’Ecole de santé publique Hadassah, à la chaîne publique Kan. « Un confinement à domicile peut conduire à l’effet inverse et augmenter [le nombre] d’infections. »

Tout en soulignant que les Israéliens devraient prendre des précautions contre le virus qui vont au-delà des directives du ministère de la Santé, il a fustigé ce qu’il a qualifié de « démarche agressive, opaque et détachée » pour contenir l’épidémie. Concernant une décision potentielle de fermer les écoles d’été et d’autres programmes éducatifs, Levine a noté que les jeunes enfants étaient moins susceptibles de contracter le virus et de le propager que d’autres.

« Je pensais que nous avions tiré des leçons de la première vague, mais il semble que ce n’est pas l’échelon professionnel qui prenne les décisions. Si le public a le sentiment que les décisions sont arbitraires, ils ne les suivra pas », a-t-il averti.

Parallèlement, la Douzième chaîne a rapporté que, lors de la réunion nocturne du cabinet, qui a été organisée sur l’application de visio-conférence Zoom, des ministres ont regretté l’absence de données plus spécifiques sur les infections. Même si Netanyahu a reconnu ce manque, il a semblé rejeter les préoccupations des ministres.

« Il est vrai qu’il n’y a aucune information épidémiologique nous montrant où les infections ont lieu en fonction des secteurs [de l’économie]… mais seulement par zones », a-t-il déclaré selon une citation. « Je demande de ne pas en tenir compte. Nous utiliserons notre bon sens pour prendre des décisions, parce que nous avons besoin de prendre des mesures urgentes pour gérer la situation. »

Il aurait aussi critiqué des fuites des réunions, alors que des médias ont publié des citations des ministres en temps réel et des photos d’écrans montrant les ministres pendant l’appel.

La femme du ministre du Tourisme Asaf Zamir a elle partagé une vidéo dans laquelle on peut entendre Netanyahu dire : « Il y a des dilemmes importants, mais je suis d’accord que nous avons plus ou moins épuisé la question pour le moment. »

Lors de la réunion, certains ministres ont également rejeté l’idée de fermeture des écoles. Un communiqué du bureau de Netanyahu a ensuite précisé que lui et le ministre de la Défense, Benny Gantz, allaient décider au cours du weekend s’il fallait les fermer ou non.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...