Le chef de Tsahal défend l’avocat général de l’armée après une menace
Rechercher

Le chef de Tsahal défend l’avocat général de l’armée après une menace

Un extrémiste de droite juif condamné a déclaré sur Twitter que Sharon Afek aurait dû se trouver à la place du soldat abattu Barel Shmueli

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L'Avocat général des armées, le général de division Sharon Afek, prend la parole lors d'une conférence à Tel Aviv, le 25 avril 2017. (Roy Alima/Flash90)
L'Avocat général des armées, le général de division Sharon Afek, prend la parole lors d'une conférence à Tel Aviv, le 25 avril 2017. (Roy Alima/Flash90)

Le chef de Tsahal Aviv Kohavi a défendu l’avocat général militaire sortant Sharon Afek après qu’un extrémiste de droite a appelé à le tuer.

La menace a été proférée dans le cadre d’une querelle publique sur la réponse de l’armée à une émeute le long de la frontière de Gaza, dans laquelle un garde-frontière a été abattu par un tireur palestinien à bout portant.

« Je veux vous donner de la force face à – et ce n’est pas la première fois – des remarques personnelles et offensantes. Vous êtes un formidable avocat, vous êtes un formidable juriste, vous êtes un homme éthique, et vous êtes un extraordinaire avocat général militaire », a dit Kohavi, s’exprimant lors d’un événement marquant la fin du mandat d’Afek dans ce rôle.

« Ces choses sont marginales, elles ne sont pas pertinentes, vous êtes à un niveau éthique et humanitaire beaucoup plus élevé, et nous sommes avec vous », dit-il.

Plus tôt dans la journée, l’extrémiste de droite juif condamné Baruch Marzel a publié une photo d’Afek sur Twitter, disant qu’il devrait être tué pour avoir « abandonné l’âme des soldats de Tsahal. »

« Cet homme fou, dégoûtant et déconnecté aurait dû se trouver derrière le trou dans le mur à Gaza et être touché par ce qui était destiné à nos soldats », a écrit Marzel, en faisant référence à la position de sniper où l’officier de la police des frontières, Barel Shmueli, a été abattu d’une balle dans la tête.

Baruch Marzel lors d’une session du comité central des élections de la Knesset, le 12 février 2015 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...