Le chef de Tsahal promet une réponse « sévère » aux menaces du Hezbollah
Rechercher

Le chef de Tsahal promet une réponse « sévère » aux menaces du Hezbollah

Un haut-fonctionnaire israélien confirmerait la frappe aérienne sur des livraisons de missiles russes sophistiqués à destination de la milice libanaise

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d'état-major de Tsahal, Gabi Eizenkott, fait le salut militaire lors d'une cérémonie de pose de drapeau au cimetière militaire du Mont Herzl, à Jérusalem, le 19 avril 2015. (Crédit photo: Hadas Parush / Flash90)
Le chef d'état-major de Tsahal, Gabi Eizenkott, fait le salut militaire lors d'une cérémonie de pose de drapeau au cimetière militaire du Mont Herzl, à Jérusalem, le 19 avril 2015. (Crédit photo: Hadas Parush / Flash90)

En réponse à la menace d’une attaque imminente d’Israël par le Hezbollah, le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant général Gadi Eizenkot, a promis des représailles rapides et des « résultats sévères. »

Eizenkot a averti la milice libanaise soutenue par l’Iran que « nous sommes prêts à faire face à tous les défis. »

Ses commentaires suivaient un discours dimanche soir du dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a juré de venger la frappe aérienne attribuée à l’armée israélienne qui a tué le terroriste Samir Kuntar la semaine dernière.

« Les représailles pour l’assassinat de Samir viendront inévitablement », quelles que soient les « conséquences », a déclaré Nasrallah dans un long discours télévisé, une semaine après la mort de Kuntar, selon la traduction du site d’information libanais Naharnet.

Dans son discours lundi, Eizenkot a reconnu qu’Israël faisait actuellement face à une « réalité défensive complexe », mais a ajouté que l’armée israélienne était préparée à contrer toutes les menaces.

Le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, parle de la mort du terroriste Samir Kuntar, attribuée à Israël, pendant un discours télévisé depuis Beyrouth, le 21 décembre 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, parle de la mort du terroriste Samir Kuntar, attribuée à Israël, pendant un discours télévisé depuis Beyrouth, le 21 décembre 2015. (Crédit : capture d’écran YouTube)

« Même de l’autre côté de nos frontières, face aux menaces dans le nord, nous sommes prêts à faire face à tous les défis. Et comme nous l’avons prouvé dans le passé, nous savons comment trouver ceux qui nous souhaitent du mal. Nos ennemis savent que s’ils essaient de déranger la sécurité d’Israël, ils feront face à des résultats sévères », a déclaré le chef de l’armée pendant une cérémonie célébrant les unités d’élites de l’armée pour 2015, à Gelilot, dans la région de Tel Aviv.

Kuntar avait choqué les Israéliens en 1979 quand il avait tué Danny Haran, 31 ans, devant sa fille de quatre ans, Einat, avant de la tuer en écrasant sa tête avec la crosse de son fusil, pendant un raid terroriste sur la ville israélienne de Nahariya, au nord du pays. Pendant l’attaque, l’épouse de Danny, Smadar, se cachait avec leur seconde fille. Mais pendant qu’elle essayait d’empêcher la petite fille de faire du bruit en couvrant sa bouche, elle avait accidentellement étouffé la petite fille de deux ans.

Kuntar avait été libéré en 2008 dans le cadre d’un échange contre les corps de deux soldats israéliens retenus par le Hezbollah.

Eizenkot n’a pas nommé le groupe terroriste, ne faisant allusion à lui que comme une menace dans le nord. L’armée israélienne n’a pas revendiqué la frappe aérienne qui a tué Kuntar, bien que les officiels israéliens aient approuvé son résultat, affirmant que le terroriste prévoyait de nouvelles attaques contre l’Etat juif.

La frappe contre Kuntar, qui a également tué huit autres agents, était l’opération la plus récente d’une série d’actions d’attribuées à Israël au Liban et en Syrie ces dernières années.

Bien que les officiels reconnaissent rarement la portée de ses actions en Syrie, ou admettent des frappes spécifiques, un fonctionnaire aurait confirmé lundi que l’armée de l’air israélienne a détruit une livraison syrienne de missiles russes sophistiqués destinés au Hezbollah.

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Dore Gold, à Jérusalem le 1er juin 2015. (Crédit : AFP / Thomas Coex)
Le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Dore Gold, à Jérusalem le 1er juin 2015. (Crédit : AFP / Thomas Coex)

« Nous ne permettrons pas de telles choses, aurait déclaré le directeur du ministère des Affaires Etrangères, Dore Gold, dans un entretien avec le journal saoudien Elaph. Israël ne permettra pas de dommages à sa souveraineté et n’autorisera pas des armes anti-aériennes russes, des missiles SA-22, qui peuvent menacer notre suprématie aérienne, à être transférées au Liban. »

Peu après la publication de l’article d’Elaph, le ministère des Affaires Etrangères a nié la confirmation de la frappe par Gold.

« Dans l’entretien avec le journal saoudien, Dori Gold a clarifié qu’Israël n’autorisera pas un transfert d’armes qui pourraient changer la donne au Hezbollah et ne les laissera pas être tirées depuis la Syrie », a déclaré le ministère dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...