Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Le chef des CGRI prévient que la vie d’Israël « sera abrégée » s’il attaque l’Iran

Après que David Barnea a menacé des Iraniens de haut rang, Hossein Salami a affirmé que les ennemis "sataniques" de la République islamique sont "affaiblis et déprimés"

Le commandant des Corps des Gardiens de la Révolution islamique, le général Hossein Salami, prenant la parole lors de la cérémonie funéraire de cinq membres des CGRI tués en Syrie, à Téhéran, en Iran, le 4 août 2022. (Crédit : Vahid SalemiAP Photo/Dossier)
Le commandant des Corps des Gardiens de la Révolution islamique, le général Hossein Salami, prenant la parole lors de la cérémonie funéraire de cinq membres des CGRI tués en Syrie, à Téhéran, en Iran, le 4 août 2022. (Crédit : Vahid SalemiAP Photo/Dossier)

Dans une supposée réponse aux récentes mises en garde du directeur de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, le chef des Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a déclaré jeudi que si Israël menaçait la sécurité de l’Iran, sa « vie serait abrégée ».

« Les sionistes sont aux prises avec de nombreux problèmes et les signes de leur déclin sont évidents. C’est pourquoi ils ont recours à une rhétorique vide et à des menaces d’assassinat de nos commandants », a déclaré le général de division Hossein Salami dans des propos repris par de nombreux médias iraniens, dont Tasnim et Press TV.

« Allez-y si vos précédentes opérations d’assassinat ont renforcé votre sécurité. Cependant, vous devez savoir que si vous proférez des menaces contre la sécurité [de l’Iran], nous aurons plus d’options et votre vie sera abrégée. »

Barnea a averti les dirigeants iraniens dimanche qu’ils paieraient un prix direct si des Israéliens ou des Juifs étaient blessés dans ce qu’il a qualifié de campagne terroriste iranienne en cours, considérablement intensifiée et organisée par l’État dans le monde entier.

Il a déclaré que cette campagne de terrorisme était menée conformément à une « directive politique du dirigeant » – une référence présumée au guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei – et a menacé les dirigeants iraniens de riposter.

« Heureusement pour l’Iran, leurs efforts de terrorisme ont été contrecarrés », a déclaré Barnea. « Pourquoi heureusement pour eux ? Parce que jusqu’à présent, nous n’avons atteint que les agents et ceux qui les ont envoyés. » Toutefois, si des Israéliens ou des Juifs sont blessés, a-t-il averti, la réponse d’Israël ira jusqu’à « l’échelon le plus élevé ».

Le directeur du Mossad, David Barnea, s’exprimant lors d’une conférence à l’Université Reichman, à Herzliya, le 10 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Jeudi, Salami a poursuivi en affirmant que les États-Unis étaient eux aussi en déclin et que « la guerre en Afghanistan, en Syrie, au Liban et en Irak a montré que l’option militaire n’était plus une solution pour eux ».

« Ils ne peuvent même pas soutenir pleinement le régime sioniste, et cette incapacité s’est transformée dans une certaine mesure en réticence », a-t-il déclaré.

Les médias iraniens, qui ont rapporté ces propos, ont noté l’apparente réticence du président américain Joe Biden à rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu depuis que ce dernier a repris ses fonctions à la fin de l’année dernière.

S’adressant aux « activistes du cyber-espace » du pays – apparemment des personnes impliquées dans la cyber-guerre -, Salami a déclaré que les ennemis de l’Iran « cherchent à ce que leurs valeurs sataniques l’emportent sur les valeurs divines. « Ils sont les soldats du diable et vous êtes les soldats d’Allah. »

« Aujourd’hui, les bandeaux du djihad brillent sur les fronts des jeunes de tous les pays islamiques, leurs pas sont fermes et leurs cœurs sont remplis de la lumière de la foi en la vérité d’une révolution glorieuse. Face à cette gloire et à cette grandeur, l’ennemi est inactif, marginalisé, inefficace, déprimé, inquiet et déçu. »

Dans ses remarques lors d’une conférence annuelle de l’Institut pour la politique anti-terroriste (ICT) à l’Université Reichman de Herzliya, Barnea a révélé que le Mossad et ses alliés de la communauté internationale du renseignement avaient déjoué 27 attaques iraniennes contre des Juifs et des Israéliens à l’étranger au cours de l’année écoulée. Il a également déclaré qu’Israël exigerait un prix « différent » de l’Iran si des Israéliens ou des Juifs étaient blessés, notamment en ciblant les « décideurs » à l’origine des attaques et en ripostant « au cœur de Téhéran ».

« Les escadrons qui ont été capturés, et les armes qui ont été saisies en même temps, avaient tous des cibles claires », a-t-il déclaré, notant que les tentatives avaient eu lieu « dans le monde entier, en Europe, en Afrique, en Extrême-Orient et en Amérique du Sud ».

« Tout cela sous la direction et l’orientation de l’Iran. Nous assistons à une augmentation significative des tentatives de nuire aux Juifs et aux Israéliens dans le monde entier, et nous travaillons en ce moment même à suivre les escadrons iraniens et mandataires pour les empêcher de tuer des Juifs et des Israéliens dans le monde entier », a déclaré Barnea.

Le Commandant de la Garde révolutionnaire iranienne, le Maj. Gén. Hossein Salami, à droite, devant le système de défense aérienne Khordad-3 lors d’une visite d’une exposition au musée de la Révolution islamique et de la Sainte Défense, à Téhéran, le 21 septembre 2019. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Il a ajouté que « le temps est venu d’exiger un prix de l’Iran d’une manière différente », avant de préciser : « Nuire aux Israéliens et aux Juifs de quelque manière que ce soit – par procuration, par des Iraniens ou par des armes iraniennes introduites clandestinement en Israël – conduira à des actions contre les Iraniens qui ont envoyé les terroristes et contre les décideurs, des opérateurs au sol aux commandants qui ont approuvé l’opération, jusqu’à l’échelon le plus élevé, et je suis très sérieux », a-t-il déclaré.

« Ces prix seront payés avec une grande précision dans les profondeurs de l’Iran, au cœur de Téhéran. »

Pendant ce temps, l’armée de l’air israélienne a organisé un exercice de frappe à longue portée en Grèce cette semaine, le dernier d’une série d’exercices visant à préparer l’armée à une frappe potentielle sur l’Iran et ses installations nucléaires.

L’armée israélienne a déclaré jeudi que l’exercice conjoint de deux jours avec l’armée de l’air hellénique comprenait des vols à longue portée, du ravitaillement en vol, des vols à basse altitude et l’utilisation de tirs réels.

Des avions de chasse de l’armée de l’air israélienne et de l’armée de l’air grecque survoleant la Grèce lors d’un exercice, le 13 septembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Au cours de l’exercice, des dizaines d’avions de chasse de l’armée de l’air israélienne, ainsi que des avions espions et des avions de ravitaillement, ont parcouru des milliers de kilomètres d’Israël à la Grèce et vice versa, a déclaré Tsahal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.