Le chef des opérations iraniennes à l’étranger veut « effacer l’entité sioniste »
Rechercher

Le chef des opérations iraniennes à l’étranger veut « effacer l’entité sioniste »

Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods, appelle à la vengeance à l'occasion du dixième anniversaire de l'assassinat du chef terroriste du Hezbollah, Imad Mughniyeh

Le commandant des forces Al-Qods des Gardiens de la Révolution islamique, Qassem Soleimani (Crédit : YouTube/BBC Newsnight)
Le commandant des forces Al-Qods des Gardiens de la Révolution islamique, Qassem Soleimani (Crédit : YouTube/BBC Newsnight)

Le haut responsable iranien responsable de la coordination de l’activité militaire au nom de la République islamique au Liban, en Syrie et en Irak a menacé jeudi de « détruire » l’Etat d’Israël.

S’exprimant lors d’une cérémonie à Téhéran pour marquer le dixième anniversaire de l’assassinat – attribué au Mossad et à la CIA – d’Imad Mughniyeh, chef des opérations mondiales du groupe terroriste libanais Hezbollah, soutenu par l’Iran, le général Qassem Soleimani a déclaré que la punition pour avoir répandu le sang de Mughniyeh sera d’ « effacer l’entité sioniste ».

Son appel à la vengeance est intervenu à la suite de nouvelles tensions à la frontière israélo-syrienne après qu’un drone iranien a pénétré dans le nord d’Israël depuis la Syrie samedi matin et a été abattu par un hélicoptère d’attaque.

L’armée de l’air israélienne a riposté contre des cibles iraniennes en Syrie, mais un avion de combat israélien a été abattu par les forces syriennes à son retour en Israël, déclenchant un deuxième round de frappes israéliennes, visant spécifiquement les défenses aériennes syriennes.

Mughniyeh a été tué dans une explosion de voiture piégée à Damas le 12 février 2008. En 2015, son fils Jihad, un commandant du Hezbollah, a été assassiné dans un raid aérien qui a également été attribué à Israël. Soleimani, un média iranien a rapporté, qu’Israël vivait dans une peur palpable grâce à Imad Mughniyeh et d’autres « martyrs » au Liban, en Irak et en Palestine.

Imad Mughniyeh, commandant du Hezbollah tué en 2008. (Crédit : CC BY-SA, Wikimedia Commons)

Il a également affirmé que Mughniyeh était celui qui avait « forcé » l’armée israélienne à se retirer du Sud-Liban en 2000 et l’a félicité d’avoir « fortifié la bande de Gaza », où le groupe terroriste du Hamas exerce son influence. La mort de Mughniyeh a choqué le monde, a-t-il dit, mais « a abouti au soulèvement islamique » contre Israël. Le Hezbollah et le Hamas reçoivent tous deux un financement et un soutien de la part de Téhéran.

La Force Al Qods est la branche des Gardiens de la Révolution iranienne responsable des opérations militaires et clandestines en dehors de la République islamique. Dernièrement, Israël a émis plusieurs avertissements sévères sur l’implication croissante de l’Iran le long de sa frontière en Syrie et au Liban.

Mercredi, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’ONU, Nikki Haley, a qualifié la présence du drone en Israël d' »avertissement » au monde concernant les efforts iraniens pour consolider sa présence en Syrie. « L’Iran et le Hezbollah prévoient de rester en Syrie », a-t-elle déclaré.

Les débris du drone iranien abattu par les forces aériennes israéliennes après avoir pénétré dans l’espace aérien israélien le 10 février 2018. (Forces de défense israéliennes)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...