Le chef d’état-major rencontre des rabbins pour parler de la place de la femme dans l’armée
Rechercher

Le chef d’état-major rencontre des rabbins pour parler de la place de la femme dans l’armée

Un des responsables présents a affirmé qu’Eizenkot était à l’écoute, mais que des divergences subsistent

Le chef d'état-major de l'armée israélienne Gadi Eizenkot, le 13 juillet 2016. (Crédit :  porte-parole de l'armée israélienne)
Le chef d'état-major de l'armée israélienne Gadi Eizenkot, le 13 juillet 2016. (Crédit : porte-parole de l'armée israélienne)

Mercredi, le chef d’état-major Gadi Eizenkot a rencontré une délégation de rabbins sionistes pour discuter de la question sensible de l’inclusion de la femme dans l’armée, sujet au cœur de récentes controverses.

Selon Haaretz, les rabbins ont évoqué leurs inquiétudes sur les unités qui incluent des femmes, et Eizenkot leur a expliqué la logique – et la nécessité – d’une armée mixte.

Rabbi Yaaqov Medan a affirmé que la réunion s’est tenue dans une atmosphère positive. Il a indiqué qu’aucune décision n’a été prise et a souligné qu’il y a « des divergences non-négligeables » entre les parties mais a ajouté qu’Eizenkot était à l’écoute et compréhensif.

« Le chef d’état-major cherche vraiment à nous comprendre.  Pour que nous, et pas seulement nous, pour que tout le monde de sente bien et se sente faire partie intégrante de l’armée israélienne », a déclaré Medan.

Le débat sur la parité au sein de l’armée a été relancé ces derniers mois, après qu’un programme de l’armée a autorisé les femmes à servir dans des unités de Corps blindés pour la première fois dans l’histoire du pays.

Cette annonce a suscité le rejet de la part d’ancien officiers haut-gradés et de groupes religieux.

La question de la place dans la femme est problématique pour les soldats religieux, qui estiment que la proximité avec les femmes contrevient à leurs principes religieux.

La semaine dernière, la Deuxième chaîne a relayé les propos du rabbin Yigal Levinstein, qui codirige un programme préparatoire pré-militaire. Il avait déclaré que les femmes juives qui servent dans l’armée « ressortent non-juives ». Il avait également dit que l’armée les rendait « folles » et que personne ne voudrait épouser une soldate.

Le rabbin avait ensuite présenté ses excuses sur le ton adopté, mais a refusé de retirer ses propos.

Ce qui lui a valu des critiques de l’ensemble de l’échiquier politique, à quelques exceptions près.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...