« L’armée est pour tout le monde », rappelle l’armée israélienne
Rechercher

« L’armée est pour tout le monde », rappelle l’armée israélienne

Le rabbin Yigal Levinstein, qui a déclaré que les femmes qui effectuent leur service militaire finissent comme des "non juives", s'est excusé sur la forme, mais pas sur le fond de ses propos

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Moti Almoz, porte-parole de l'armée israélienne, pendant une conférence de presse, le 15 juin 2014. (Crédit : Flash90)
Moti Almoz, porte-parole de l'armée israélienne, pendant une conférence de presse, le 15 juin 2014. (Crédit : Flash90)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le général de division Moti Almoz, s’est associé à la kyrielle de responsables qui ont condamné les propos d’un directeur d’une école préparatoire à l’armée contre les femmes qui effectuent leur service militaire.

« Ces dernières heures, certains ont appelé à mettre fin à l’intégration des femmes au sein de l’armée israélienne », a écrit Almoz dans une publication Facebook peu après minuit, dans la nuit de mercredi à jeudi.

« Mon frère d’armes, tu te trompes. L’armée est pour tout le monde, hommes et femmes », a-t-il écrit.

Dans un enregistrement diffusé par la Deuxième chaîne mardi, le rabbin Yigal Levinstein, qui dirige une école religieuse qui prépare à l’armée dans l’implantation d’Eli en Cisjordanie, a déclaré devant plusieurs centaines d’étudiants dans l’implantation de Bnei Atzmon que le service militaire de l’armée israélienne « rend nos filles folles ».

« Ils les recrutent à l’armée, elles arrivent en tant que juives, mais au moment où elles sortent, elles ne sont plus juives, a-t-il dit. Pas au sens génétique du terme, mais leurs valeurs et leur sens des priorités ont été chamboulés et nous ne pouvons pas tolérer cela. »

Le rabbin Yigal Levinstein pendant la conférence "Sion et Jérusalem", en juillet 2016. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Le rabbin Yigal Levinstein pendant la conférence « Sion et Jérusalem », en juillet 2016. (Crédit : capture d’écran Youtube)

Levinstein a déclaré mercredi sur la Deuxième chaîne, en réponse au tollé, que ses propos moqueurs et narquois étaient « déplacés » et a affirmé qu’il regrettait d’avoir « blessé des gens avec ma façon de m’exprimer ».

Mais quand on lui a demandé s’il retirait ses propos, Levinstein a souligné que « l’approche féministe » de l’armée israélienne était « incompatible avec la loi juive » et qu’il ne « retirerait pas un seul mot de ce qu’il pense ».

Ce n’est pas la première fois que les paroles de Levinstein scandalisent le pays. L’an dernier, dans un discours, il a qualifié les personnes homosexuelles de « déviants ».

Almoz, qui dirige également le service des ressources humaines de l’armée, a décrit l’armée comme un melting pot dans lequel des « fils de sionistes religieux sont aux côtés de leurs frères laïcs, à tous les rangs de l’armée, et des soldates laïques et religieuses montent la garde pour protéger notre terre, les haredim, et les membres de toutes les autres religions. »

Les réactions aux propos tenus par Levinstein ont été globalement très critiques, et les députés de tous bords de l’échiquier politique les ont condamnés.

Le président de la Knesset a déclaré jeudi que s’il n’était pas d’accord avec le fonctionnement de l’armée, « il devrait faire ce qu’il a à faire, démissionner ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...