Dotan s’excuse d’avoir dit que les arabes ne devraient pas utiliser les piscines juives
Rechercher

Dotan s’excuse d’avoir dit que les arabes ne devraient pas utiliser les piscines juives

Le chef du conseil de Basse Galilée dit que sa “langue a pu fourcher” quand il a critiqué l’hygiène arabe et regrette si quelqu’un s’est “senti offensé”

Moti Dotan, président du conseil régional de Basse Galilée, le 7 février 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Moti Dotan, président du conseil régional de Basse Galilée, le 7 février 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Un dirigeant de Galilée s’est excusé sur Facebook « à quiconque s’est senti offensé » quand il a déclaré que les arabes ne devraient pas nager dans les piscines juives.

Moti Dotan, président du conseil régional de Basse Galilée, a écrit vendredi qu’il « est possible que » ses remarques de la veille sur la radio Kol Hai aient été « mal comprises » et que « ma langue a pu fourcher », a annoncé Haaretz.

« Mes chers amis juifs et arabes, a-t-il écrit. Hier, pendant une émission de radio, j’ai été interrogé sur la population homogène qui se rend dans les piscines des villes du conseil. Dans ma réponse, j’ai abordé les différences culturelles entre les populations et leur conduite à la piscine. Malheureusement, il est possible que j’aie été mal compris, et que ma langue ait pu fourcher. Dans tous les cas, je m’excuse auprès de quiconque s’est senti offensé. »

Interrogé en direct jeudi, Dotan, dont le conseil représente plusieurs kibboutz et villes juives de Galilée, a déclaré que « je ne hais pas les arabes, mais je ne les veux pas dans mes piscines. Je ne vais pas dans leurs piscines non plus. Si j’y allais dans un maillot de bain osé, ou emmenais des filles en bikini avec moi, ce qui se passerait est clair… donc, ils devraient rester dans leurs piscines et [nous] devrions rester dans les nôtres. »

Affirmant que ses opinions reflétaient des « différences culturelles » et non pas du racisme, il a cité des normes d’habillement différentes et une « culture hygiénique ».

Illustration d'une piscine (Crédit : Roni Schutzer/Flash90)
Illustration d’une piscine (Crédit : Roni Schutzer/Flash90)

Dans son post publié vendredi sur Facebook, Dotan a noté qu’il est une « personne sociable » qui vit en paix avec « la variété de populations de notre région ».

« C’est une différence culturelle, pas du racisme », avait déclaré Dotan jeudi. « Dans la culture non juive, dans la [culture] arabe, ils vont à la piscine avec leurs vêtements, et essaient de définir des manières de s’habiller comme ça ou dans le même genre, et donc, cela ne nous convient pas. La culture hygiénique n’est pas la même que la nôtre. Pourquoi cela est-il du racisme ? »

Dotan a noté qu’aucun juif ne nageait dans une piscine privée arabe près du kibboutz Beit Rimon, l’une des communautés juives représentées par son conseil. Les villes et villages arabes voisins sont représentés par un autre conseil régional.

Dotan, fils de deux survivants de l’Holocauste, a déclaré à la radio qu’il était « très bon pour les relations avec les arabes de la région, ils connaissent mes opinions », et a souligné que beaucoup d’entre eux le respectaient pour son honnêteté.

Le député Youssef Jabareen, de la Liste arabe unie, a appelé le procureur général Avichai Mandelblit à examiner les déclarations publiques de Dotan et a demandé la démission immédiate du président du conseil.

« Les remarques du président du conseil régional de Basse Galilée sont de l’incitation au racisme, a déclaré Jabareen dans un communiqué. En plus d’être moralement inacceptables, elles constituent un délit pénal et je demande au procureur général d’ouvrir une enquête pénale. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...