Le chef du Pentagone assure la « supériorité militaire » de l’Etat hébreu
Rechercher

Le chef du Pentagone assure la « supériorité militaire » de l’Etat hébreu

Pour la troisième fois en un mois, Benny Gantz à rencontré Mark Esper pour discuter de la vente de matériel militaire de pointe aux Emirats arabes unis

Le ministre de la Défense Benny Gantz, à droite, et de hauts responsables israéliens de la défense rencontrent le secrétaire américain à la défense Mark Esper, à gauche, et son personnel au quartier général militaire de Tel-Aviv le 29 octobre 2020. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Benny Gantz, à droite, et de hauts responsables israéliens de la défense rencontrent le secrétaire américain à la défense Mark Esper, à gauche, et son personnel au quartier général militaire de Tel-Aviv le 29 octobre 2020. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre américain de la Défense Mark Esper a mené jeudi une série de rencontres en Israël pour assurer la « supériorité militaire » de l’Etat hébreu au Moyen-Orient dans la foulée d’accords de normalisation des relations avec plusieurs pays arabes.

Le chef du Pentagone a été accueilli par son homologue israélien Benny Gantz à son arrivée à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv, où il a assisté à une présentation du bouclier antimissile israélien « Dôme de fer » dont les Etats-Unis ont acheté deux batteries, selon un journaliste de l’AFP.

Cette visite intervient à moins de cinq jours de l’élection présidentielle américaine et une semaine après le déplacement à Washington de M. Gantz pour discuter de la vente de matériel militaire de pointe, dont des avions de combat américains F-35, aux Emirats arabes unis. Ces derniers viennent de normaliser leurs relations avec Israël.

Depuis les années 1960, les Etats-Unis maintiennent une politique dite du « Qualitative military edge » (QME) ou « avantage militaire qualitatif », selon laquelle Washington s’assure qu’Israël dispose du meilleur équipement militaire dans sa région.

Le ministre de la Défense Benny Gantz accueille le secrétaire américain à la Défense Mark Esper en Israël à l’aéroport international Ben Gurion, le 29 octobre 2020. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la défense)

Après la visite de M. Gantz à Washington, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait indiqué qu’Israël « n’allait pas s’opposer » à la vente de matériel de pointe aux Emirats car les Etats-Unis allaient s’assurer de « maintenir » l’avantage militaire d’Israël.

Esper et Gantz avaient prévu de discuter de « la supériorité militaire » d’Israël dans la région, avait indiqué à l’AFP une source proche du dossier, avant la rencontre.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, à gauche, et le secrétaire américain à la Défense Mark Esper, au centre, pendant une démonstration de la batterie de missiles Iron Dome à l’aéroport international Ben Gurion par le lieutenant Tova Winick de l’armée de l’air israélienne, le 29 octobre 2020. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la défense)

« Au moment où la région change et que nous faisons un grand pas en avant (…) Israël aura les outils dont il a besoin pour affronter les forces déstabilisatrices et agressives et devenir un allié encore plus efficace des Etats-Unis », a dit M. Gantz à M. Esper, selon un communiqué du ministère israélien de la Défense.

D’après le Yediot Aharonot, quotidien le plus vendu en Israël, l’armée israélienne – dont le chef d’état-major Aviv Kochavi a aussi rencontré M. Esper – a fait une série de demandes aux Etats-Unis pour s’assurer de son « avantage » militaire dans la foulée des accords de normalisation.

Les Etats-Unis ont approuvé « l’ensemble » de la liste israélienne qui comprenait un nouvel escadron de F-35, des derniers modèles de F-15, des hélicoptères V-22 pouvant mener des missions spéciales à longue portée et des bombes « intelligentes », écrit le journal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...