Le choix de la chanson israélienne pour l’Eurovision déçoit certains
Rechercher

Le choix de la chanson israélienne pour l’Eurovision déçoit certains

Interprété par Kobi Marimi, le titre 'Home' s'adapte bien à son style lyrique - mais manque du punch et de la présence nécessaire pour l'emporter

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Kobi Marimi a remporté la sixième saison de « La nouvelle star » au mois de février – et avec, la chance de représenter Israël au concours de l’Eurovision qui aura lieu au mois de mai. Il chantera chez lui – puisque c’est Tel Aviv qui accueille l’édition de cette année après la victoire remportée par Netta Barzilai à Lisbonne en 2018. Malheureusement, il chantera également un titre appelé « Home » – une chanson lente et laborieuse dont les mots sont difficiles à comprendre, qui ne chatouille pas vraiment la corde sensible et n’offre pas véritablement l’espoir, cette année, d’une répétition de la victoire israélienne de l’an dernier.

Ce titre a été choisi entre plus de 200 et il avait été à l’origine écrit avec un ton plus pop, plus aiguisé, par et pour la chanteuse Inbar Weitzman, de son nom de scène Lukah. Elle l’a réécrit avec le musicien Ohad Shragai pour l’Eurovision.

Et il a été choisi. Ce qui est étonnant.

C’est vrai, il y a quelque chose dans les notes de piano et dans les choeurs qui s’adapte parfaitement bien au style lyrique et virtuose qui a permis à Marimi de devenir le représentant d’Israël.

Malheureusement, la mélodie est ringarde, et seulement encouragée par des paroles manquant franchement d’imagination.

[Intro]
Oh-oh-oh-oh-oh-oh-oh-ooh

[Verse 1]
Piégé dans ce moment jusqu’à ce que mon coeur s’arrête
J’ai couru pieds-nus jusqu’à la crête de la montagne
Rien ne vient aussi facilement qu’il disparaît
Je peux toucher l’eau quand il neige

[Chorus]
Je sens le soleil sur ma peau
Et je suis quelqu’un, je suis quelqu’un
Tu m’as arraché le coeur, je l’ai repris
Et cela a fait quelqu’un de moi, je suis quelqu’un
Et maintenant j’ai fini, je reviens chez moi

[Verse 2]
J’écoutais comment ils parlaient
Comptant les minutes s’écouler dans ce compte à rebours

[Chorus]
Je sens le soleil sur ma peau
Et je suis quelqu’un, je suis quelqu’un
Tu m’as arraché le coeur, je l’ai repris
Et cela a fait de moi quelqu’un, je suis quelqu’un
Et maintenant j’ai fini, je reviens chez moi

Quand Marimi avait gagné le concours télévisé, les juges avaient été sidérés, électrisés par son style virtuose, sa dose de pathos, ses costumes et ses performances mises en scène de manière élaborée.

Ils avaient tous noté la nécessité de trouver pour Marimi un titre taillé sur mesure pour l’Eurovision, qui saurait s’adapter à ses talents particuliers qui lui avaient rapidement valu le surnom de Freddie Mercury israélien.

Mais tandis que Marimi sait transmettre parfois la gamme vocale extraordinaire du chanteur de Queen – qui connaît actuellement un regain de popularité posthume grâce au film « Bohemian Rhapsody » – il n’a pas véritablement la même flamboyance sur scène que ce dernier.

Marimi a fait de son mieux lors de la télé-réalité en utilisant sa formation d’acteur pour mieux occuper la scène et séduire le public.

Et il fait la même chose dans la vidéo officielle de « Home », vêtu dans un autre costard pour l’occasion dans un clip arty en noir et blanc de trois minutes – tentant probablement d’imiter de manière répétée les visages aperçus dans la vidéo de « Bohemian Rhapsody » de Queen.

Il a récemment déclaré dans une interview accordée à la chaîne Kan qu’il n’avait guère cru vivre un jour le conte de fées qui se sera finalement réalisé.

Dans les paroles de sa chanson : « Cela a fait quelqu’un de moi, je suis quelqu’un ».

Tandis qu’une grande partie de son public israélien le porte aux nues, un grand nombre ne semble pas pour autant adorer la chanson.

La page Facebook de Marimi a été rapidement remplie de critiques sur la mélodie – les fans la qualifiant de nulle, de ridicule, de décevante et de mauvais choix pour l’Eurovision.

« Une voix comme celle de Kobi et son talents sont gâchés pour une chanson nuuuuuulle ‘ », écrit ainsi un critique sur internet.

« Cette chanson ne convient pas pour l’Eurovision, plutôt pour des journées de commémoration », déplore un autre.

Et pourtant, Marimi affirme qu’il a « adoré la chanson dès qu’il l’a écoutée ». Il a dit à la Treizième chaîne lundi : « Elle m’émeut à nouveau à chaque fois. A chaque fois, je lui trouve plus de sens ».

Et il n’est pas gêné par les réactions mitigées. « Une chanson faite pour l’Eurovision, ça n’existe pas », dit-il. « Chaque année, on tente de viser un tel modèle de chanson mais il y a toujours quelqu’un qui vient créer la surprise » – comme Barzilai l’a fait l’année dernière. « On a simplement besoin d’une bonne chanson et de l’artiste qui saura la transmettre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...