Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Le commandant des Gardiens de la révolution iranien met en garde les navires « ennemis »

22 nations ont accepté de participer à une coalition placée sous l'autorité des États-Unis pour sauvegarder le trafic maritime commercial dans la mer Rouge

Le commandement du Corps des gardiens de la révolution islamique iranien Hossein Salami pendant une cérémonie funéraire pendant le transfert des restes de 101 soldats iraniens retrouvés sur les anciens champs de bataille de la guerre Iran-Irak (1980-1988) à Téhéran, ler 17 décembre 2023. (Crédit : AFP)
Le commandement du Corps des gardiens de la révolution islamique iranien Hossein Salami pendant une cérémonie funéraire pendant le transfert des restes de 101 soldats iraniens retrouvés sur les anciens champs de bataille de la guerre Iran-Irak (1980-1988) à Téhéran, ler 17 décembre 2023. (Crédit : AFP)

Le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a juré d’atteindre « l’ennemi » partout où il se trouve alors que les tensions ne cessent de s’accroître sur les itinéraires de navigation commerciale où les alliés de Téhéran attaquent des bateaux.

« Aujourd’hui, nous sommes dans une bataille ouverte avec l’ennemi », a commenté le commandant des Gardiens de la révolution islamique, Hossein Salami, lors d’une cérémonie organisée à Bandar Abbas, une ville portuaire du sud du Golfe où la marine du CGRI a dévoilé un nouveau navire appelé « Abu Mahdi » ainsi que cent nouveaux lanceurs de missile.

Salami n’a pas nommé l’ennemi mais 22 nations ont accepté de participer à une coalition placée sous l’autorité des États-Unis pour sauvegarder le trafic maritime commercial dans la mer Rouge, qui fait actuellement l’objet d’agressions des rebelles houthis du Yémen, qui sont soutenus par l’Iran.

Des attaques qui ont commencé le 19 novembre en signe de soutien au Hamas dans sa guerre contre Israël – une guerre qui avait été entraînée par le massacre commis, le 7 octobre, par le groupe terroriste basé à Gaza.

En réponse, de nombreuses compagnies de transport maritime ont opté pour un itinéraire alternatif plus long et plus coûteux, faisant passer les bateaux par le Cap de Bonne espérance et non plus par le Canal de Suez, qui prend en charge environ 12 % du commerce mondial.

« Nous devons défendre nos intérêts nationaux, quels que soient leur étendue », a dit Salami dans un discours télévisé. « Ce qui portera assurément atteinte à l’ennemi quand nous le croiserons, qu’il soit proche ou lointain. Il doit rester à l’écart de ce secteur », a-t-il menacé.

La marine du Corps des Gardiens de la révolution, a-t-il ajouté, « a fait une avancée brillante dans ses pouvoirs offensifs et défensifs » dans le cadre de sa guerre contre les puissances navales du monde entier.

Illustration : Le navire de guerre iranien Alborz, au premier plan, s’apprêtant à quitter les eaux iraniennes, le 7 avril 2015. (Crédit : Mahdi Marizad/Agence de presse Fars/AP)

Selon les médias iraniens, le navire de guerre iranien Alborz est entré en mer Rouge, au début du mois, pour sécuriser les itinéraires de transport maritime.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.