Le compte Instagram de la présidence syrienne bloqué
Rechercher

Le compte Instagram de la présidence syrienne bloqué

Selon la présidence, cette décision "délibérée" de fermer ses chaînes et ses comptes sur les réseaux sociaux entre dans le cadre du "siège grandissant" imposé depuis 2011

L'application Instagram sur smartphone. (Crédit : Pixabay)
L'application Instagram sur smartphone. (Crédit : Pixabay)

La présidence syrienne a annoncé mardi que son compte Instagram avait été bloqué, une semaine après la fermeture par le réseau social de plusieurs comptes de commandants des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique iranienne, en raison des sanctions américaines.

La présidence syrienne a indiqué dans un communiqué publié sur d’autres réseaux sociaux que son compte Instagram avait été bloqué « sans avertissement préalable ni justification logique ».

YouTube avait précédemment bloqué la chaîne de la présidence à plusieurs reprises, est-il précisé dans le communiqué.

Selon la présidence, cette décision « délibérée » de fermer les chaînes officielles du gouvernement syrien et ses comptes sur les réseaux sociaux entre dans le cadre du « siège grandissant » imposé à la Syrie depuis le début du conflit en 2011.

La présidence a prévenu que d’autres mesures similaires pourraient suivre celle d’Instagram dans le cadre d’une « soft war », littéralement « guerre douce », menée contre le pays, maintenant que « le conflit militaire s’atténue ».

L’AFP n’a pas pu accéder mardi au précédent compte. Un nouveau compte a été créé, selon le communiqué.

Instagram n’a pas expliqué la raison de cette décision mais un porte-parole du réseau social avait affirmé la semaine dernière à l’AFP que la mise en conformité avec la législation américaine sur les sanctions avait poussé la plateforme de partage de photos à bloquer plusieurs comptes des Gardiens de la Révolution iraniens.

« Nous travaillons avec les autorités gouvernementales d’une manière adéquate pour nous assurer que nous respectons nos obligations légales, notamment celles relatives à la récente désignation » par Washington des Gardiens iraniens comme « organisation terroriste étrangère », avait ajouté le porte-parole, sans apporter plus de précisions.

Après s’être retirés en mai 2018 de l’accord censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, les Etats-Unis ont rétabli en novembre de dures sanctions économiques contre l’Iran.

Depuis 2011, les Etats-Unis et l’Union européenne imposent par ailleurs de nombreuses sanctions à l’encontre de responsables syriens.

Les comptes de la présidence syrienne sur les réseaux sociaux sont particulièrement actifs depuis le début du conflit et sont devenus une plateforme privilégiée pour la publication de communiqués et de déclarations attribuées au président syrien Bachar al-Assad et à sa femme Asma.

Déclenché par la répression de manifestions pro-démocratie avant de se complexifier, le conflit en Syrie a fait plus de 370 000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...