Le Congrès force la Maison Blanche à nommer le responsable pour l’antisémitisme
Rechercher

Le Congrès force la Maison Blanche à nommer le responsable pour l’antisémitisme

La Chambre a adopté un projet de loi visant à pourvoir le poste de contrôleur vacant et oblige le président à présenter un candidat dans les 90 jours ; le Sénat devra approuver

Le soleil se lève derrière le Capitole avant le début de l'Investiture présidentielle américaine de Donald Trump le 20 janvier 2017 à Washington, DC. (Crédit : AFP / Joshua LOTT)
Le soleil se lève derrière le Capitole avant le début de l'Investiture présidentielle américaine de Donald Trump le 20 janvier 2017 à Washington, DC. (Crédit : AFP / Joshua LOTT)

La Chambre des représentants des États-Unis a approuvé jeudi un projet de loi visant à pourvoir le poste d’observateur de l’antisémitisme du gouvernement, qui est vacant depuis 20 mois, et à forcer l’administration à nommer un candidat pour ce poste.

L’observateur surveille et signale l’antisémitisme dans le monde entier et fait des recommandations aux gouvernements étrangers concernant les préoccupations des États-Unis en matière d’antisémitisme dans leurs pays.

La Loi de 2018 sur l’envoyé spécial chargé de surveiller et de combattre l’antisémitisme, adoptée par la Chambre des représentants, renforce le contrôle exercé par le Congrès sur ce poste et le fait passer de nomination présidentielle à nomination qui devra être ratifiée par le Sénat.

Elle élève également le rang de l’envoyé spécial au rang d’ambassadeur et précise qu’il relèvera directement du secrétaire d’État.

Le projet de loi stipule également que le président doit nommer un envoyé dans les 90 jours suivant son adoption.

Le poste a été créé en 2004, mais n’a pas été pourvu depuis janvier 2017, lorsque Donald Trump est devenu président, et le bureau a fermé en juillet de la même année. Depuis lors, des organisations juives et des parlementaires ont poussé l’administration Trump à pourvoir ce poste.

« Malheureusement, l’antisémitisme est en hausse dans le monde entier », a déclaré le représentant républicain de l’Illinois, Peter Roskam, coprésident du groupe de travail bipartite pour la lutte contre l’antisémitisme, dans un communiqué publié à la suite de l’adoption du projet de loi par la Chambre. « La Loi sur l’envoyé spécial bipartite chargé de surveiller et de combattre l’antisémitisme renforce le leadership de notre pays dans la lutte contre ce fléau en élevant le poste d’envoyé spécial chargé de surveiller et de combattre l’antisémitisme au rang d’ambassadeur et en assurant que l’envoyé spécial se consacre uniquement à cette tâche importante ».

« L’histoire nous enseigne que l’antisémitisme n’est vaincu que lorsqu’il est combattu directement. La Loi sur l’envoyé spécial chargé de surveiller et de combattre l’antisémitisme est un grand pas en avant dans la lutte du Congrès contre l’antisémitisme dans le monde. »

En mai, le secrétaire d’État Mike Pompeo s’était engagé à prendre des mesures pour nommer un envoyé, mais peu de progrès ont été signalés depuis.

Le président américain Donald Trump (G) s’entretient avec le secrétaire d’État Mike Pompeo (D), et le vice-président Mike Pence (C) lors d’une réunion avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, dans la salle du Cabinet de la Maison-Blanche à Washington, DC, le 17 mai 2018. (AFP PHOTO / NICHOLAS KAMM)

Le projet de loi a été parrainé par le représentant républicain Chris Smith du New Jersey, qui a aidé à rédiger la loi de 2004 qui a créé le poste.

La Ligue anti-diffamation s’est félicitée de l’adoption du nouveau projet de loi jeudi, affirmant qu’il « s’agit d’une priorité absolue pour l’ADL, tout comme le fait d’exhorter l’administration à choisir une personne qualifiée pour occuper sans délai le poste d’envoyé spécial du département d’État pour la surveillance et la lutte contre l’antisémitisme. ”

Après son adoption par la Chambre, le projet de loi sera maintenant présenté au Sénat en vue de son adoption.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...