Le Contrôleur d’État met en évidence des bévues criminelles dans la gestion du transfert de l’usine d’ammoniac de Haïfa
Rechercher

Le Contrôleur d’État met en évidence des bévues criminelles dans la gestion du transfert de l’usine d’ammoniac de Haïfa

Un rapport remis au procureur général évoque un conflit d'intérêts ; le transfert aurait profité à Haïfa Chemicals plutôt qu'au public

Yossef Shapira, contrôleur de l'Etat, pendant la présentation d'un rapport de son bureau à la Knesset, le 1er novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Yossef Shapira, contrôleur de l'Etat, pendant la présentation d'un rapport de son bureau à la Knesset, le 1er novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans un rapport remis au procureur général Avichai Mandelblit, le bureau du Contrôleur d’État a déclaré que la gestion d’un emplacement alternatif pour l’usine d’ammoniac de Haïfa par des membres du gouvernement pourrait avoir illégalement aidé Haïfa Chemicals, la compagnie qui possède l’usine.

Le rapport indique que le processus décisionnel et la façon dont les diverses options ont été envisagées pour le transfert du site pourraient avoir été faits dans l’intérêt de Haïfa Chemicals, au détriment de l’intérêt du public.

Il a nommé spécifiquement le directeur général du ministère de la Protection de l’Environnement Israel Danziger comme personnage clef dans cette affaire.

Le bureau du Contrôleur affirme qu’il pourrait avoir agi contre les lois relatives aux conflits d’intérêts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...