Le corps d’une femme retrouvé dans une voiture incendiée après une explosion
Rechercher

Le corps d’une femme retrouvé dans une voiture incendiée après une explosion

Dans un incident séparé à Jérusalem-Est, un jeune homme a été abattu et un autre grièvement blessé

Une voiture en feu à l'entrée de Sajur, le 8 septembre 2021. (Capture d'écran vidéo)
Une voiture en feu à l'entrée de Sajur, le 8 septembre 2021. (Capture d'écran vidéo)

Le corps sans vie d’une femme a été retrouvé mercredi soir dans une voiture incendiée à proximité de la ville de Sajur, dans le nord du pays, ont rapporté des responsables.

Les médecins du Magen David Adom avaient initialement déclaré qu’il était impossible de déterminer le sexe et l’âge de la victime en raison de la « nature des lésions ».

« Après les opérations de lutte contre l’incendie, et lorsqu’il a été possible de s’approcher de la scène, nous avons identifié à l’intérieur du véhicule une victime inconsciente, sans signes vitaux, avec des blessures graves sur toutes les parties du corps, et nous n’avons eu d’autre choix que de prononcer son décès », a déclaré un médecin du MDA.

Emmené à l’Institut médico-légal d’Abu Kabir à Tel Aviv jeudi matin, le corps a été identifié comme celui d’une femme, a rapporté la Douzième chaîne.

L’incendie du véhicule aurait apparemment démarré suite à une explosion due à une bombe placée à côté.

La police a déclaré enquêter sur l’incident en tant que meurtre présumé et qu’elle tentait de déterminer un éventuel lien avec une autre explosion survenue mercredi près d’un club de tennis de la ville.

Par ailleurs, jeudi matin, deux jeunes hommes ont été abattus, dont l’un mortellement, dans le camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est.

MDA a déclaré que ses médecins avaient ausculté les deux hommes – tous deux âgés d’environ 18 ans – au poste de contrôle du camp. L’un ne présentait aucun signes vitaux et a été emmené par le Croissant-Rouge palestinien, tandis que le second a été évacué par des médecins de MDA vers l’hôpital Hadassah du Mont Scopus à Jérusalem dans un état grave et instable.

La police enquête également sur ces faits survenus à Jérusalem-Est.

Selon l’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives, 69 Arabes israéliens ont été tués dans des homicides présumés cette année. Les villes et villages arabes ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, et le crime organisé est considéré comme étant le principal moteur. 13 autres Palestiniens ont été tués au sein des frontières du territoire israélien.

En 2020, 96 Arabes israéliens ont été tués dans des violences similaires, soit de loin le bilan annuel le plus élevé de mémoire récente.

Les Arabes israéliens accusent la police qui, selon eux, ne sévit pas contre les puissantes organisations criminelles et ignore largement ces violences, qui vont des querelles familiales aux conflits entre clans mafieux, en passant par la violence contre les femmes.

Selon un rapport de la Knesset datant de 2020, quelque 400 000 armes circuleraient illégalement en Israël, dont la grande majorité dans les communautés arabes.

En juillet, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que la violence et la criminalité dans les communautés arabes israéliennes étaient une « calamité nationale ». Il rencontrait alors de hauts responsables du gouvernement et de la police dans le but de formuler un plan national pour s’attaquer au fléau.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...