Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Le couloir Philadelphi et la route côtière de Gaza ouvertes à l’acheminement de l’aide

L'État affirme que l'aide vers le sud de Gaza est possible malgré l'opération Rafah ; "des affirmations déconnectées de la réalité", selon un groupe de défense des droits

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Des camions transportant de l'aide humanitaire photographiés du côté israélien du poste-frontière de Kerem Shalom avec la bande de Gaza dans le sud d'Israël le 28 mai 2024. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Des camions transportant de l'aide humanitaire photographiés du côté israélien du poste-frontière de Kerem Shalom avec la bande de Gaza dans le sud d'Israël le 28 mai 2024. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Le corridor dit de « Philadelphi » le long de la frontière sud de Gaza avec l’Égypte et la route côtière al-Rashid qui traverse la bande de Gaza sont toutes deux ouvertes à l’acheminement de l’aide humanitaire, a déclaré l’État en réponse aux préoccupations exprimées dans des recours déposés devant la Haute Cour de justice d’Israël, selon lesquelles l’opération de l’armée israélienne à Rafah réduira considérablement l’accès à la nourriture, à l’eau et aux soins médicaux pour les habitants de Gaza.

L’État a déclaré dans un document supplémentaire déposé à la fin de la semaine dernière que les agences de l’ONU et les organisations d’aide humanitaire étaient en mesure de distribuer de l’aide en utilisant la route Philadelphi, qui longe la frontière sud de Gaza avec l’Égypte, et la route al-Rashid, qui va vers le nord à partir de l’extrémité sud-ouest de l’enclave.

Les groupes de défense des droits de l’Homme qui ont saisi la Cour, ainsi que les agences onusiennes opérant à Gaza, ont affirmé que la distribution de l’aide dans le sud de la bande de Gaza était pratiquement impossible à l’heure actuelle en raison de l’opération menée par Tsahal à Rafah. Ils affirment également que l’opération entraîne une nouvelle détérioration de la situation humanitaire déjà grave dans la région.

Gisha, l’une des organisations israéliennes ayant saisi la Haute Cour, a toutefois rejeté l’affirmation de l’État, affirmant que le personnel des agences d’aide humanitaire a déclaré à maintes reprises qu’il n’était pas possible de voyager en toute sécurité le long des routes en raison d’une coordination insuffisante avec les autorités israéliennes et du danger encouru par leurs employés.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), qui est une agence onusienne clé impliquée dans les efforts d’aide à Gaza et qui suit la situation humanitaire sur place, a déclaré que l’accès à Kerem Shalom depuis Gaza était « peu sûr et restreint » et que le flux d’aide à Gaza avait chuté de deux tiers depuis le 7 mai et le début de l’opération à Rafah.

L’insistance de l’État sur le fait que la distribution est possible se fait alors qu’Israël est soumis à d’intenses pressions juridiques de la part de la Cour internationale de justice (CIJ) et de la Cour pénale internationale (CPI), toutes deux basées à La Haye.

Karim Khan, procureur-général de la Cour pénale internationale (à gauche), annonçant qu’il demande aux juges de la CPI de délivrer des mandats d’arrêt contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant, ainsi que contre les dirigeants du Hamas Yahya Sinwar, Mohammed Deïf et Ismaïl Haniyeh ; le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononçant une allocution vidéo, le 20 mai 2024. (Crédit : CPI ; Capture d’écran/GPO)

La CIJ s’inquiète du fait que les conditions de vie à Gaza pourraient violer l’interdiction, prévue par la Convention des Nations unies sur le génocide – émise après l’extermination de 6 millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale -, de créer des conditions de vie visant à détruire la vie civile, et la CPI accuse Israël d’utiliser la famine comme arme de guerre.

Le recours a été déposé en mars, demandant à la Haute Cour d’ordonner au gouvernement d’augmenter l’aide humanitaire à Gaza. La Cour a déjà tenu deux audiences sur ce recours, et a demandé plusieurs soumissions supplémentaires de la part de l’État.

Outre les affirmations concernant les voies d’acheminement vers Gaza, l’État a également déclaré dans son dernier document que les usines de dessalement des eaux et les puits sont entièrement alimentés dans le sud et le centre de Gaza et bien approvisionnés dans le nord ; il a affirmé que l’approvisionnement en eau pour toutes les zones du territoire est supérieur aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les situations d’urgence ; et que le port d’Ashdod est entièrement ouvert pour l’acheminement de l’aide humanitaire vers Gaza.

Le 13 mai, Gisha ainsi que les organisations HaMoked, Physicians for Human Rights, ACRI et Adalah ont déposé une mise à jour auprès de la Haute Cour compte tenu des nouveaux développements sur le terrain à Gaza, en particulier le début de l’opération militaire à Rafah, la fermeture subséquente du passage de marchandises de Rafah entre l’Égypte et Gaza, et la brève fermeture de Kerem Shalom à la suite d’une attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas dans les environs au cours de laquelle quatre soldats israéliens ont été tués.

Citant l’OCHA et le Programme alimentaire mondial (PAM), les organisations ont affirmé qu’il était impossible d’atteindre en toute sécurité le côté gazaoui du poste-frontière Kerem Shalom et les entrepôts de la région pour distribuer l’aide acheminée.

La question de la distribution de l’aide est devenue un point de désaccord majeur entre Israël, l’ONU et les organisations d’aide, les premiers affirmant à maintes reprises que la distribution est possible malgré les hostilités et qu’elle nécessite simplement une coordination avec Tsahal, tandis que les secondes affirment que les conditions dans l’enclave déchirée par la guerre rendent une telle activité extrêmement difficile.

« Il convient de préciser que les camions peuvent circuler de Kerem Shalom à Rafah Ouest le long de la route située à la frontière entre la bande de Gaza et l’Égypte du côté gazaoui [le corridor Philadelphi], en coordination avec l’armée et dans le but de protéger les convois d’aide », a écrit l’État dans sa réponse à la Haute Cour, déposée à la fin de la semaine dernière.

« Après cela, à partir de la zone ouest de Rafah, les organisations d’aide peuvent se déplacer librement, même sans coordination préalable avec Tsahal, y compris sur la route al-Rashid [la route côtière] en direction du nord et se rendre dans la zone humanitaire [al-Muwasi].

Un garçon sur un balcon avec une vue sur la fumée qui s’élève à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 mai 2024. (Crédit : Eyad Baba/AFP)

L’État a également noté que l’aide peut être acheminée par les points de passage de marchandises du nord et être déplacée vers le sud en direction d’al-Muwasi, dans le sud-ouest de Gaza.

Le document complémentaire indique également que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné des instructions pour continuer à augmenter l’aide humanitaire à Gaza lors d’une réunion du cabinet de sécurité le 16 mai.

En outre, elle souligne qu’il y a eu cinq attaques à la roquette et au mortier en direction de la « zone de Kerem Shalom » entre le 5 et le 12 mai. L’attaque du 5 mai a tué quatre soldats israéliens.

Le rapport de l’État a également fourni des informations actualisées sur le nombre de camions d’aide qui sont entrés dans la bande de Gaza, y compris des augmentations significatives du nombre de camions passant par les points de passage du nord de la bande de Gaza.

L’ONU et les organisations d’aide internationale ont déclaré que l’insécurité alimentaire était à son comble dans le nord de la bande de Gaza, allant même jusqu’à affirmer qu’une famine sévissait dans la région, bien que ces rapports soient fondés sur une petite quantité de données et qu’Israël conteste l’exactitude et la méthodologie de ces évaluations.

Quelque 386 camions sont entrés dans le nord de la bande de Gaza entre le 12 et le 18 mai, selon les déclarations de l’État, et 207 entre le 19 et le 22 mai, contre 90 camions à la mi-mars.

En mai, l’aide est passée par les points de passage Erez, Erez Est et Erez Ouest, ces deux derniers ayant été récemment construits et exploités par Israël à la suite de la guerre actuelle contre le Hamas.

Au total, 1 586 camions sont entrés à Gaza entre le 19 et le 22 mai et 1 107 entre le 12 et le 18 mai.

Image de ce que le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) déclare être des lots d’aide provenant de 650 camions d’aide humanitaire attendant d’être collectés et expédiés par l’ONU et les agences d’aide après avoir été transférés à Gaza, 21 mai 2024. (Crédit : COGAT)

Les récentes mises à jour de l’OCHA sur la situation humanitaire indiquent qu’il n’y a eu que 2 424 « chargements de camions entrants » d’aide humanitaire qui sont entrés à Gaza entre le 1er et le 26 mai, bien que l’agence onusienne compte les chargements de camions d’aide livrés à l’intérieur de Gaza, et non le nombre de camions qui passent par les différents points de passage.

L’État a également informé la Cour que l’oléoduc Nahal Oz, qui fournit de l’eau potable au nord de Gaza, était « entièrement ouvert » depuis le 1er mai et que l’oléoduc Bani Soheila, qui dessert la région de Khan Younès, était également « entièrement ouvert » depuis le 5 mai.

Selon la soumission, il y a maintenant assez d’eau dans le nord de Gaza pour fournir 160 litres d’eau pour tous les usages par personne et par jour, 38 litres par personne et par jour dans le centre de Gaza, et 32 litres par personne et par jour dans la zone humanitaire, à Khan Younès et à Rafah.

L’OMS estime qu’il faut entre 50 et 100 litres d’eau par personne et par jour pour répondre aux besoins de première nécessité, bien que ce chiffre comprenne l’eau nécessaire au nettoyage des maisons et à la lessive, et que 15 litres d’eau par personne et par jour puissent suffire en cas d’urgence.

L’organisation mentionne également la création de plusieurs hôpitaux de campagne dans le sud de la bande de Gaza afin d’améliorer l’accès aux soins médicaux et réfute les allégations du recours selon lesquelles les autorisations pour la fourniture d’équipements médicaux auraient subi d’importants retards.

« Les répondants [de l’État] continuent de faciliter et de permettre l’entrée de nourriture et d’aide humanitaire dans la bande de Gaza afin d’améliorer la réponse humanitaire à la population civile dans la bande de Gaza, en travaillant en coopération avec les organisations d’aide internationale et d’autres parties, et tout en investissant des intrants et des ressources dans le développement de l’infrastructure pertinente et en promouvant des solutions ad hoc pour ouvrir les goulots d’étranglement [dans la fourniture de l’aide] », a affirmé l’État dans sa soumission.

L’OCHA et Gisha ont rejeté l’exactitude de cette description.

« L’accès à Kerem Shalom depuis l’intérieur de Gaza n’est pas sûr et est limité. En mai, une mission humanitaire sur trois coordonnée avec les autorités israéliennes dans le sud de la bande de Gaza a été soit entravée après une approbation initiale, soit interdite d’accès. Cela inclut les missions de collecte de fournitures à Kerem Shalom », a déclaré Andrea De Domenico, chef du bureau de l’OCHA pour les Territoires palestiniens.

« En conséquence, le flux déjà faible de fournitures humanitaires à Gaza a chuté de 67 % depuis le 7 mai, laissant les gens sans les produits de base nécessaires à leur vie et à leur dignité. »

Gisha a également qualifié les affirmations de l’État de « déconnectées de la réalité sur le terrain des conditions de vie choquantes et intolérables » et a affirmé qu’il y avait un « manque d’accès suffisant à la nourriture, à l’eau, aux abris et aux services de santé, ainsi que la propagation de la faim », en réponse à une demande de commentaires.

« Les travailleurs humanitaires soulignent à répétition qu’il n’est pas possible de se déplacer en toute sécurité et de façon continue vers et depuis les points de passage, notamment en raison du manque de coordination et des dangers encourus par le personnel. »

« Dans la pratique, les difficultés logistiques se sont encore accrues depuis l’intensification de l’attaque israélienne dans la région de Rafah. Comme nous l’avons encore vu ces derniers jours, aucun endroit de la bande de Gaza n’est à l’abri d’une attaque, ce qui nuit gravement à l’accès à l’aide », ajoute le communiqué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.