Rechercher
Analyse

Le coup d’État au Soudan risque de ralentir la normalisation avec Israël

Les chefs militaires qui ont poussé les liens avec Jérusalem sont maintenant aux commandes, et ont sans doute reçu l'aval de l'Égypte

Un manifestant soudanais portant un drapeau national passe devant des barrages routiers érigés par des manifestants dans une rue de la capitale Khartoum, le 26 octobre 2021. (Crédit : AFP)
Un manifestant soudanais portant un drapeau national passe devant des barrages routiers érigés par des manifestants dans une rue de la capitale Khartoum, le 26 octobre 2021. (Crédit : AFP)

Alors que les liens d’Israël avec les Emirats arabes unis, Bahreïn et, à bien des égards, le Maroc, progressaient rapidement, la normalisation avec Khartoum restait bloquée.

« Le Soudan a toujours été le plus compliqué dans le quatuor des accords d’Abraham », déclare Joshua Krasna, expert du Moyen-Orient au Centre Moshe Dayan de l’Université de Tel Aviv. « Trois pays ont normalisé leurs relations, et un a indiqué qu’il allait le faire deux ou trois fois, mais ne l’a jamais fait, du moins officiellement. »

Puis vint l’action de l’armée soudanaise cette semaine, prenant le pouvoir et arrêtant les dirigeants civils avec lesquels elle avait auparavant partagé le contrôle sous un gouvernement de transition.

Cette prise de pouvoir est intervenue après des semaines de tensions croissantes entre les dirigeants militaires et civils concernant le déroulement et le rythme de la transition du Soudan vers la démocratie. Elle menaçait de faire dérailler ce processus, qui a progressé par à-coups depuis le renversement de l’autocrate Omar al-Béchir, lors d’un soulèvement populaire il y a deux ans.

Mais avec l’armée aux commandes, les troubles ne devraient pas perturber de manière significative la tendance à long-terme vers l’amélioration des liens.

La direction militaire qui a pris le pouvoir est composée des mêmes responsables qui avaient été la force motrice de la normalisation avec Israël, entraînant avec eux un gouvernement civil réticent qui a maintenant été déposé par le coup d’État.

Le général soudanais Abdel Fattah al-Burhan s’exprime lors d’une conférence de presse au commandement général des forces armées à Khartoum, le 26 octobre 2021. (Crédit : Ashraf Shazly/AFP)

Mais si la mise en œuvre des déclarations de normalisation avançait lentement auparavant, on s’attend maintenant à ce qu’elle tombe encore plus bas dans l’agenda de Khartoum.

« Elle ne figure pas en tête de leurs priorités », a déclaré Haim Koren, ancien envoyé israélien en Égypte et au Sud-Soudan. « Ils ont une série de problèmes à régler ».

Le chemin vers Washington

Avant même qu’Israël et le Soudan n’acceptent de travailler à la normalisation de leurs relations en octobre dernier dans le cadre des accords d’Abraham, le gouvernement soudanais bicéphale envoyait des signes contradictoires à Israël.

Pendant des décennies, le Soudan de M. Béchir s’est opposé avec véhémence à tout contact avec Israël, et même si les chefs militaires se sont montrés plus enthousiastes à l’idée d’établir des liens pour sortir du statut de paria de Khartoum, la partie civile du gouvernement et une grande partie de la rue soudanaise ont continué à considérer la normalisation avec méfiance.

Comme elle l’a fait avec d’autres pays qui ont établi des liens dans le cadre des accords d’Abraham, l’administration de Donald Trump a fait pression sur les dirigeants soudanais pour qu’ils reconnaissent Israël en leur faisant miroiter des récompenses économiques et diplomatiques.

Le président américain Donald Trump s’entretient au téléphone avec les dirigeants du Soudan et d’Israël, tandis que le secrétaire d’État Mike Pompeo, à gauche, le conseiller principal de la Maison Blanche Jared Kushner et le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien, applaudissent dans le bureau ovale, le 23 octobre 2020. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)

Dans ce cas, la reconnaissance permettrait au Soudan de récolter les avantages économiques de son retrait de la liste américaine des États soutenant le terrorisme, ouvrant ainsi la porte à des liens avec Washington également.

« Les Américains les ont convaincus que le chemin vers Washington passe par Jérusalem », explique Koren.

Les militaires ont vu les avantages évidents de la normalisation et ont cherché à approfondir les contacts avec leurs homologues israéliens, tandis que le gouvernement civil a cherché à freiner le processus.

« Ce n’est un secret pour personne que ceux qui ont poussé à la normalisation étaient les dirigeants militaires et non les dirigeants civils », a déclaré Rina Bassist, rédactrice pour l’Afrique au radiodiffuseur public israélien KAN.

En février 2020, le chef du Conseil de souveraineté, le général Abdel Fattah al-Burhan, a rencontré secrètement le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, en Ouganda, sans en avertir ses homologues civils.

Lorsque la nouvelle de cette rencontre a été rendue publique, le Premier ministre Abdalla Hamdok – placé en état d’arrestation mais libéré mardi – a nié toute connaissance du voyage de Burhan.

Le nouveau Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok s’exprime lors d’une conférence de presse à Khartoum, au Soudan, mercredi 21 août 2019. (Crédit : AP)

En novembre de la même année, une délégation militaire israélienne a rendu visite à des commandants soudanais, un mois après que les États-Unis eurent annoncé que Khartoum avait l’intention de rejoindre les accords d’Abraham. Le gouvernement civil, qui ne semblait pas non plus être au courant de cette visite, a d’abord nié qu’elle avait eu lieu avant de la confirmer.

Les responsables de la sécurité ont continué à rencontrer des Israéliens cette année.

Au début du mois, une délégation de responsables soudanais de la sécurité s’est rendue en secret en Israël pour discuter des relations bilatérales, selon le réseau saoudien Al Arabiya. Les médias hébraïques ont également cité un article de presse arabe non spécifié selon lequel la délégation était dirigée par Mohamed Hamdan Dagalo, le puissant commandant des forces paramilitaires de soutien rapide, et comprenait également le responsable du fabricant de la défense du Soudan.

Pendant ce temps, la partie civile a montré peu d’intérêt pour l’établissement de relations avec Jérusalem. Lors d’une interview le mois dernier, le ministre soudanais des Affaires étrangères a minimisé ces liens et a déclaré qu’il n’y avait actuellement aucun projet d’établissement d’une ambassade israélienne à Khartoum.

« Israël n’a pas réussi à établir un véritable dialogue, un dialogue approfondi, avec les dirigeants civils, qui étaient censés gouverner le Soudan après les élections de juillet 2023 », a expliqué M. Bassist.

Le ministre soudanais de la Justice Nasredeen Abdulbari rencontre le vice-ministre des Affaires étrangères Idan Roll à Abu Dhabi le 13 octobre 2021. (Crédit : Ministère des affaires étrangères)

Néanmoins, la partie civile avait montré quelques signes indiquant que la normalisation ne serait finalement pas un problème. En avril, le cabinet soudanais a aboli une loi de boycott d’Israël vieille de 63 ans. Et le mois dernier, les autorités soudanaises ont saisi les actifs de sociétés liées au Hamas.

Plus dramatique encore, au début du mois, un haut fonctionnaire civil a montré qu’il était prêt à rencontrer des Israéliens et à se faire prendre en photo, lorsque le ministre soudanais de la Justice Nasredeen Abdulbari a rencontré le ministre des Affaires Régionales Issawi Frej et le vice-ministre des Affaires Etrangères Idan Roll lors d’une visite aux Émirats arabes unis.

Ce même ministre est maintenant en état d’arrestation aux mains des militaires.

Bien que son arrestation, et le coup d’État en général, n’aient rien à voir avec Israël, ils vont rendre le processus de normalisation, péniblement lent, encore plus lent.

« Avec ce type d’instabilité politique », a déclaré Mme Bassist, « il est difficile de voir comment ils peuvent avancer vers la normalisation, tout comme le Soudan ne peut pas avancer sur d’autres choses importantes. »

Non seulement l’agitation retardera la normalisation, mais elle peut également inquiéter Israël pour d’autres raisons.

« La stabilité autour de la mer Rouge et de l’Afrique de l’Est est extrêmement importante pour Israël, et il est important qu’il y ait un régime stable là-bas », a déclaré Koren, notant que les États-Unis et l’Europe étaient également préoccupés par la perspective de combats prolongés dans le pays.

Le président égyptien Abdel-Fatah al-Sisi arrive pour prendre la parole à l’Assemblée générale des Nations unies, le 24 septembre 2019 à New York. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

« En fin de compte, a-t-il dit, la stabilité intérieure du Soudan signifie la stabilité de la région, l’une des régions les plus importantes sur le plan stratégique dans le monde. »

Le Caire et le coup d’État

Israël est jusqu’à présent resté silencieux au sujet du Soudan, refusant de peser sur le dossier concernant le coup d’État ou ce qu’il pourrait signifier pour la normalisation.

Si l’administration Biden reste attachée aux accords d’Abraham, elle a également cherché à exprimer son mécontentement à l’égard des dirigeants militaires à la suite du coup d’État, en annonçant l’arrêt de l’aide d’urgence de 700 millions de dollars au Soudan et en demandant la libération de tous les responsables civils emprisonnés.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a indiqué qu’il s’était entretenu avec M. Hamdok mardi, peu après sa libération. Il s’agit du premier contact de haut niveau que les États-Unis ont eu avec le Soudan depuis le coup d’État et la suspension de l’aide. M. Blinken a souligné que les États-Unis soutenaient une transition vers la démocratie menée par des civils au Soudan, selon un communiqué du département d’État.

Des personnes brûlent des pneus lors d’une manifestation, le lendemain de la prise de pouvoir par les militaires à Khartoum, au Soudan, mardi 26 octobre 2021. Cette prise de pouvoir est intervenue après des semaines de tensions croissantes entre les dirigeants militaires et civils au sujet du déroulement et du rythme de la transition du Soudan vers la démocratie. (Crédit : AP Photo/Marwan Ali)

Mais l’Égypte et les Émirats arabes unis, qui sont censés jouer un rôle clé dans les efforts de normalisation, semblent soutenir au moins tacitement le coup d’État.

Burhan a été formé au collège militaire égyptien et a rendu de multiples visites depuis 2019 au dirigeant de facto des Émirats, le prince héritier d’Abu Dhabi, cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan.

Les deux pays ont évité de critiquer le coup d’État de lundi, appelant plutôt au calme et au dialogue.

« Il est connu que la partie militaire du gouvernement soudanais est fortement soutenue par les Émirats arabes unis et les Égyptiens », a noté M. Krasna, qui a fait valoir que le Caire exerce une telle influence au Soudan qu’il est possible que Burhan ait pris le pouvoir avec l’approbation tacite de l’Égypte.

« Si les Égyptiens ne jouent peut-être pas encore le rôle régional qu’ils peuvent s’attribuer, il est certain que concernant le Soudan, ils sont le poids lourd », a-t-il déclaré. « Il m’est difficile d’imaginer qu’ils seraient allés jusqu’au bout sans au moins prendre contact avec leur principal soutien, leur soutien financier d’une part et leur soutien politique d’autre part. »

Les États du Golfe sont les principaux donateurs du Soudan depuis que Burhan et Dagalo ont éloigné le Soudan de l’Iran, et des forces soudanaises ont été envoyées au Yémen pour combattre avec la coalition dirigée par l’Arabie saoudite contre les rebelles houthis alignés sur l’Iran.

« Il y a une préférence générale pour un leader militaire fort qui est très transactionnel. Cela correspond davantage aux intérêts du Golfe qu’à un gouvernement démocratique », a déclaré Cameron Hudson, ancien fonctionnaire du département d’État américain et expert du Soudan au centre africain de l’Atlantic Council.

Des milliers de manifestants pro-démocratie descendent dans la rue pour condamner une prise de pouvoir par des militaires à Khartoum, au Soudan, le 25 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Ashraf Idris)

« Ils ont peur de ce à quoi ressemble une réussite du Printemps arabe », a-t-il déclaré, en référence aux soulèvements de 2011 qui ont contribué à inspirer les protestations soudanaises.

Israël, qui s’est montré disposé à traiter avec les personnes en charge de la région par le passé, continuera probablement à rester en dehors de la mêlée, ne voyant pas l’intérêt de soutenir bruyamment l’un ou l’autre camp, surtout avec la normalisation toujours sur la table.

Mais si le coup d’État a mis le processus en veilleuse, on s’attend à ce qu’à un moment donné, les dirigeants soudanais disposent de la marge de manœuvre nécessaire pour faire progresser les liens avec Israël, avec le soutien de l’Égypte et des Émirats arabes unis.

« Je suppose qu’ils laissent un espace pour améliorer les relations et faire avancer les choses », a déclaré Koren, « mais nous devrons attendre un peu et voir comment les choses évoluent. »

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...