Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Le COVID (long) reste un ensemble de symptômes sans remède unique

Les unités COVID et les dispensaires post-COVID des hôpitaux sont désormais fermés, alors 10 à 20 % de personnes souffrant du "COVID long" peinent à trouver de l'aide

Le brouillard cérébral, la perte de mémoire et le malaise ou la fatigue sont quelques-uns des principaux symptômes qui définissent le "COVID long". (Crédit : iStock)
Le brouillard cérébral, la perte de mémoire et le malaise ou la fatigue sont quelques-uns des principaux symptômes qui définissent le "COVID long". (Crédit : iStock)

Comme d’autres Israéliens, la journaliste Melanie Lidman suit les nouvelles concernant une augmentation relativement mineure des nouveaux cas de COVID et les recommandations du ministère de la Santé sur la manière d’éviter d’être infecté ou ré-infecté par la maladie.

Cependant, contrairement à la plupart d’entre nous, les effets de la pandémie qui s’est déclarée début 2020 ne sont pas derrière elle et sa vie n’est pas revenue à la normale.

Lidman, 38 ans, avait l’habitude d’être incroyablement physiquement active. Elle a couru deux marathons de Jérusalem, parcouru 15 000 kilomètres à vélo dans de nombreux pays, et adore faire de la randonnée et du yoga.

Mais maintenant que cette journaliste indépendante basée dans la région de Hadera (qui écrit souvent pour le Times of Israel) souffre d’un COVID dit « long », elle ne peut plus faire d’exercice.

« Maintenant, je m’entraîne quotidiennement avec l’aide d’un kinésithérapeute pour pouvoir marcher 10 minutes sans m’arrêter », explique Lidman.

Comme pour d’autres personnes atteintes de la maladie post-COVID aiguë, qui n’est pas encore totalement comprise, la vie de Lidman a été bouleversée par un ensemble de symptômes inquiétants.

Melanie Lidman en randonnée dans les montagnes du désert du Sinaï avant de tomber malade du COVID, puis du COVID long. (Autorisation)

« Il n’y a même pas encore d’accord complet sur la façon de définir le COVID long », a déclaré la professeure Ronit Calderon-Margalit, directrice de l’École de santé publique de l’Université hébraïque et de l’hôpital Hadassah. « Un article publié en mai [2023] dans le Journal of the American Medical Association a tenté de regrouper les symptômes présents plus de six mois ou plus après l’épisode aigu. Il s’est arrêté sur une liste de 12 symptômes clés qui, ensemble, définissent un COVID long avec une certaine forme de fiabilité et de validité, la prévalence de chacun d’entre eux différant d’une personne à l’autre. »

« Certains de ces symptômes sont le brouillard cérébral, la perte de mémoire, le malaise ou la fatigue, et les problèmes gastro-intestinaux », a-t-elle noté.

Selon la professeure Gili Regev-Yochay, directrice de l’unité de prévention et de contrôle des infections à l’hôpital Sheba, on estime qu’environ 10 % des personnes ayant souffert d’un COVID dans le monde souffrent d’un COVID long. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ce chiffre pourrait même atteindre 20 %. La maladie est plus fréquente chez les personnes qui ont été infectées plus d’une fois.

Calderon-Margalit a ajouté qu’une enquête menée par le Centre israélien de contrôle des maladies a révélé que 50 % des Israéliens ayant contracté le COVID avant que le variant Omicron ne devienne prédominant ont fait état d’un brouillard cérébral pendant au moins six mois après la période de la forme aiguë de la maladie.

La professeure Ronit Calderon-Margalit, directrice de l’école de santé publique de l’Université hébraïque et de l’hôpital Hadassah. (Crédit : Tal Margalit)

Bien que les médecins soient aujourd’hui en mesure de reconnaître et de diagnostiquer le COVID long, il n’existe pas de traitement spécifique ni de remède. À l’heure actuelle, chaque cas est traité séparément. En effet, les chercheurs tentent encore de déterminer les causes des symptômes persistants.

Un symposium réunissant des scientifiques du monde entier s’est tenu au début du mois à Santa Fe, au Nouveau-Mexique, où ils ont présenté leurs dernières découvertes sur le COVID long et discuté des traitements potentiels.

Maintenant qu’il existe un accord de base sur la manière de diagnostiquer la maladie, les chercheurs tentent de comprendre ses causes et les raisons pour lesquelles certaines personnes sont affectées et d’autres non.

Par exemple, une étude publiée le mois dernier dans Nature a identifié deux biomarqueurs sanguins protéiques qui pourraient être associés au brouillard cérébral dont beaucoup font état. Un autre groupe de scientifiques a trouvé un possible lien entre le COVID long et une version d’un seul gène appelé FOXP4.

La professeure Gili Regev-Yochay, directrice du Laboratoire de Recherches de Sheba sur les Pandémies et de l’Unité de prévention et de contrôle des infections au centre hospitalier Sheba. (Crédit : Hôpital Sheba)

Une étude de l’Université de Bar-Ilan a révélé une disparité dans la qualité de vie des survivants du COVID-19 appartenant à différents groupes ethniques en Israël. Les Arabes et les Druzes ont signalé plus de symptômes, notamment la douleur, l’inconfort, l’anxiété et la dépression, que les Juifs.

« Nos résultats révèlent que, si la qualité de vie des Juifs, des Arabes et des Druzes participant à notre étude était initialement comparable avant le COVID, 12 mois après l’infection, les participants arabes et druzes ont déclaré une qualité de vie inférieure de 11 % à celle de leurs homologues juifs », a déclaré le professeur Michael Edelstein, de la faculté de médecine de l’Université Azrieli.

Étant donné qu’il n’existe pas encore d’approche claire pour traiter le COVID long, les personnes présentant des symptômes courent souvent de spécialiste en spécialiste dans l’espoir d’obtenir un soulagement pour des aspects spécifiques du syndrome.

C’est ce qu’a fait Lidman, qui a contracté le COVID à deux reprises (une fois avant que les vaccins ne soient disponibles et une autre fois après avoir été vaccinée), tout en effectuant d’innombrables heures de recherche en ligne pour tenter de comprendre ce qui lui arrivait. Non seulement elle était extrêmement fatiguée, mais elle avait aussi des vertiges et un brouillard cérébral, elle a perdu le sens du goût et de l’odorat pendant 10 mois et elle n’arrêtait pas de tomber malade.

« Le problème, c’est que personne n’envisageait le problème de manière globale. Chaque médecin ne s’intéressait qu’aux symptômes qui l’intéressaient, mais personne ne prenait en compte l’ensemble de la situation », explique-t-elle.

Finalement, Lidman a pu obtenir un diagnostic confirmé au dispensaire de COVID long de l’hôpital Sheba en avril dernier. Toutefois, ces dispensaires ont depuis lors fermé leurs portes, et le diagnostic et la prise en charge de ces patients ont été confiés aux médecins traitants.

Lidman a fait remarquer que tous les Israéliens dans sa situation peuvent recevoir un traitement dans le cadre des programmes de rééducation diurne de toutes les caisses de santé du pays.

« Grâce à la rééducation de jour, je vois un physiothérapeute, un ergothérapeute et un psychologue. Ils se réunissent chaque semaine pour discuter et se tenir au courant de l’évolution de chaque patient. C’est vraiment la meilleure façon de résoudre ce problème », a-t-elle déclaré. « Il faut apprendre à se remettre en forme et le soutien psychologique est très important. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.