Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Le déficit budgétaire passe à 1 %, les recettes diminuent, les dépenses augmentent

Depuis le début de l'année, les dépenses publiques enregistrent une hausse de 6,8 %, face à une baisse de 4,3 % en glissement annuel de l'impôt foncier sur les recettes fiscales

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich dirigeant une réunion de sa faction d'extrême-droite Hatizonout HaDatit, le 10 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich dirigeant une réunion de sa faction d'extrême-droite Hatizonout HaDatit, le 10 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le déficit budgétaire d’Israël a atteint 1 % du PIB, soit 18,3 milliards de shekels, en juillet par rapport aux 12 mois précédents. Ceci est dû à la baisse soutenue des recettes fiscales de l’État, en raison de l’effondrement des recettes de l’impôt foncier et de l’impôt sur le revenu, alors que les dépenses du gouvernement ont augmenté, selon les premières données publiées par le ministère des Finances ce mardi.

Depuis plusieurs mois, les économistes avertissent que le pays aura du mal à atteindre l’objectif de déficit budgétaire d’environ 1,1 % fixé pour cette année, en raison des prévisions d’une baisse prolongée des recettes fiscales, compte tenu du ralentissement de l’économie mondiale et de la hausse des coûts d’emprunt qui réduit grandement le volume des transactions immobilières. À cela s’ajoute la crainte que le climat d’incertitude lié au projet de refonte du système judiciaire ne décourage les investissements étrangers et n’entrave l’activité économique locale.

En 2022, le gouvernement a publié le premier excédent budgétaire en 35 ans, représentant 0,6 % du PIB, les recettes de l’État ayant augmenté de 4,8 % pour atteindre 468,5 milliards de shekels, en raison d’une augmentation exceptionnellement importante de la collecte des recettes fiscales.

Les chiffres du mois de juillet montrent que les recettes de l’État s’élevaient à 39,2 milliards de shekels, contre 32,7 milliards de shekels en juin, soit une baisse de 20 % d’un mois sur l’autre. Depuis le début de l’année, les recettes de l’État sont en baisse de 4,1 % et les recettes fiscales de l’État sont en baisse de 4,3 % en glissement annuel.

Pendant ce temps, les dépenses de l’État ont bondi de plus de 16 milliards de shekels au cours des sept premiers mois de 2023, soit 6,8 % en glissement annuel, pour atteindre 263,4 milliards de shekels. Les dépenses de l’État se sont élevées à 39,7 milliards de shekels en juillet, contre 36 milliards de shekels pour le même mois de l’année précédente.

La collecte des recettes fiscales de l’État en juillet 2023 a totalisé 37,4 milliards de shekels, soit une baisse de 3,6 % en termes réels par rapport au mois correspondant de l’année dernière, selon les données publiées par l’Autorité fiscale israélienne. Depuis le début de l’année, les recettes fiscales ont diminué de 7 % en glissement annuel. Les impôts directs ont baissé de 4,3 % en juillet par rapport au même mois de 2022, et de 9,1 % au cours des sept premiers mois de cette année par rapport à la période correspondante de l’année dernière.

Construction de nouveaux immeubles résidentiels sur la rue Allenby à Tel Aviv, le 21 mai 2023. Illustration (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La baisse des recettes fiscales directes provient principalement d’une forte baisse des revenus provenant de l’impôt foncier, d’une baisse de l’impôt sur le revenu et d’une augmentation des remboursements fiscaux, a déclaré l’administration fiscale. Les recettes nettes de l’impôt foncier ont presque diminué de moitié pour atteindre 1,2 milliard de shekels (en juillet), contre 2,2 milliards de shekels collectés au cours du même mois en 2022. Le niveau le plus bas depuis le début de l’année 2021.

Les recettes fiscales sur les achats ont chuté de 49 % en juillet par rapport à l’année précédente, et les recettes fiscales sur la valorisation des biens immobiliers ont chuté de 48 % en juillet par rapport à l’année précédente.

Sur une base cumulative, les recettes de l’impôt foncier ont chuté de 43 % depuis le début de l’année.

Israël a publié des déficits de 4,4 % du PIB en 2021 et de 11,3 % en 2020, suite à l’introduction par le gouvernement d’un plan pluriannuel de dépenses d’aide économique de 196,3 milliards de shekels pour aider l’économie à faire face à la pandémie du coronavirus.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.