Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Le descendant d’un hassidique enseigne la « Torah fondamentale »

Dans sa vingtaine, Zvi Ish-Shalom a subi une transformation spirituelle ; son nouveau livre offre un "changement de conscience expérimental" pour les Juifs comme pour les non-Juifs

Zvi Ish-Shalom s'adressant à une classe sur "La voie de la Lumière Fondamentale", sur une photo non datée. (Autorisation)
Zvi Ish-Shalom s'adressant à une classe sur "La voie de la Lumière Fondamentale", sur une photo non datée. (Autorisation)

L’érudit et professeur de Kabbale Zvi Ish-Shalom, aujourd’hui âgé de 47 ans, avait une vingtaine d’années lorsqu’il a commencé à expérimenter des pratiques kabbalistiques ésotériques et s’est soudainement retrouvé à vivre une période de « profond bouleversement énergétique et psychique ».

« Tout est amusant et ludique jusqu’à ce que vous perdiez un ‘I' », a déclaré Ish-Shalom de manière ludique, lors d’une récente interview avec le Times of Israel. « Et là, ça devient assez terrifiant. »

La totalité de cette expérience, qui incluait des changements dans sa façon de percevoir la réalité, allait le conduire à un « changement cataclysmique » dans sa relation à Dieu, à la Torah et à sa lignée juive.

« De la même manière que l’on peut faire l’expérience d’une intimité profonde avec l’autre, et se sentir fondre avec l’autre, j’ai fait cette expérience avec la lumière divine », a déclaré Ish-Shalom. « Et j’en ai fait l’expérience d’une manière qui, à mes sens, était absolument 100 % réelle. »

Cette période déterminante de sa vie l’a mis sur la voie de la découverte de soi, mais aussi sur une voie professionnelle qui le mènerait finalement là où il est aujourd’hui : enseigner aux autres comment accéder à des types d’expériences d’introspection similaires, à travers des ateliers, des retraites et des livres qu’il propose.

Il appelle ces enseignements « Kedumah », ou « la voie de la lumière fondamentale ».

Né en Israël dans une lignée rabbinique hassidique et portant le nom de son arrière-grand-père, le rabbin Zvi Hirsch Friedman, auteur du Zvi Hemed, Ish-Shalom a grandi dans un foyer juif orthodoxe moderne de Brooklyn et a étudié dans des écoles religieuses.

« Je me souviens qu’adolescent, je me plongeais profondément dans un sujet talmudique et une nouvelle idée se révélait. Dans ces moments-là, je ressentais un sentiment de sacré, une irruption du divin. C’était, pour moi, une source de connexion spirituelle, bien avant que je ne connaisse la Kabbale, la Hassidout et le mysticisme », se souvient-il, en utilisant le mot hébreu pour le hassidisme.

Mais c’est la pratique du mysticisme juif – ou la Kabbale – qui l’a guidé vers ce qu’il décrit comme des expériences directes du divin et de son esprit bienveillant.

« Je me suis ouvert à un mode d’expérience humaine radicalement différent, pour lequel je n’avais aucun cadre, et il n’y avait personne à l’époque à qui je pouvais en parler. Je me suis donc tourné vers ma tradition », a-t-il déclaré.

Zvi Ish-Shalom s’adressant à une classe sur « La voie de la Lumière Fondamentale », sur une photo non datée. (Autorisation)

Zvi Ish-Shalom n’entre pas dans les détails de la façon dont sa réalité a changé. Mais il a expliqué certaines des pratiques qu’il a expérimentées, notamment des méthodes contemplatives telles que la méditation, la visualisation des noms divins et le dialogue direct avec Dieu.

Il a admis qu’il craignait parfois de devenir fou, ce dont les textes kabbalistiques mettent en garde les adeptes.

« Je me sens très chanceux d’avoir été élevé d’une manière qui m’a donné accès à la tradition afin que je puisse aller étudier ces textes [kabbalistiques] », a-t-il déclaré. « Cela m’a énormément aidé à comprendre mes expériences, ainsi qu’à comprendre comment il est possible de simplifier les mécanismes de ces expériences de manière à ce qu’elles puissent être partagées et reproduites par d’autres. Les enseignements de Kedumah ne sont que cela : une expression des anciennes techniques d’éveil reformatées pour qu’une personne contemporaine puisse avoir une expérience directe de la lumière fondamentale. »

Zvi Ish-Shalom donnant une conférence sur « La voie de la Lumière Fondamentale », sur une photo non datée. (Autorisation)

Déjà formé en lettres classiques à l’université McGill, Ish-Shalom s’est inscrit à un programme d’études supérieures en Kabbale à l’université Brandeïs afin d’approfondir ses connaissances. Simultanément, il a étudié avec le défunt rabbin Tosher de Broisbriand, au Québec, dans la lignée hassidique de son arrière-grand-père. Bien qu’il ait finalement reçu l’ordination rabbinique, Ish-Shalom affirme que ce n’était pas son intention lorsqu’il a commencé ses études. Il cherchait plutôt à mieux comprendre la transformation spirituelle qu’il vivait.

« Ma vie entière est devenue une question d’intégration », a-t-il dit.

Il faudra, en réalité, de nombreuses années d’intégration de ses expériences avant qu’Ish-Shalom ne se sente prêt à partager avec le monde extérieur ce qui lui est arrivé pendant sa vingtaine. En 2004, il s’est installé dans le Colorado sur les conseils de son mentor et ami, le regretté rabbin Zalman Schachter-Shalomi (l’un des fondateurs du Jewish Renewal – ou Mouvement du Renouveau juif) qui était à l’époque titulaire de la chaire de sagesse mondiale à l’université Naropa.

« Ma vie entière est devenue une question d’intégration »

Les deux hommes se sont rencontrés un été, de nombreuses années auparavant, au premier centre de spiritualité juive Elat Hayim, alors situé dans les Catskills. Ish-Shalom était un stagiaire âgé de 20 ans. Schahcter-Shalomi était là pour enseigner. Ish-Shalom se souvient qu’ils se sont rencontrés et ont tissé des liens à partir d’un passif similaire : ils sont tous deux nés et ont grandi dans des familles orthodoxes, mais ils se sont aventurés en dehors de ce paradigme pour s’intéresser à d’autres expressions du judaïsme.

Le leader du Mouvement du Renouveau juif, le rabbin Zalman Schachter-Shalomi, en 2005. (Crédit : IZAK/Wikipedia CC BY-SA 3.0)

Ils sont restés en contact au cours des années qui ont suivi, et c’est Schachter-Shalomi qui a mis Ish-Shalom en contact avec une congrégation de Fort Collins, dans le Colorado, qui avait besoin d’un rabbin, et qui, quelques années plus tard, après sa retraite de Naropa, a encouragé Ish-Shalom à postuler pour le poste de professeur qu’il laissait vacant.

C’est en enseignant à plein temps à Naropa qu’Ish-Shalom a commencé à « ressentir un appel » à partager un ensemble d’enseignements qui lui étaient venus au fil des ans pendant qu’il méditait, et lors de contemplations informelles.

« La réalité révèle des choses », a-t-il dit. « Les mises à jour viennent à travers cet espace [méditatif]. C’est dans ces espaces contemplatifs que ces enseignements m’ont été révélés. »

En 2014, il a invité des étudiants et des amis locaux à se réunir de manière informelle avec l’intention de partager les nouveaux enseignements avec quiconque était intéressé ou simplement curieux. Les réunions étaient décontractées, et Ish-Shalom se présentait sans ordre du jour ni programme officiel. Les 11 rassemblements qui allaient suivre ont été enregistrés et finalement retranscrits en 2017 sous la forme d’un ouvrage de près de 400 pages intitulé The Kedumah Experience : The Primordial Torah (« L’Experience Kedumah : La Torah fondamentale »).

Publié cinq ans plus tard, en 2022, le livre de 145 pages The Path of Primordial Light : Ancient Wisdom for the Here Now (« La voie de la Lumière Fondamentale : La sagesse ancienne pour l’ici et maintenant ») est beaucoup plus court, une transmission condensée des informations et des pratiques transmises pour la première fois en 2014, avec un accent sur les conseils pratiques pour ceux qui cherchent un « changement de conscience expérimental ».

« La lumière qui anime la réalité est généralement cachée »

Il existe un ancien texte en hébreu qui parle d’une « Torah Kedumah », un « Enseignement fondamental », écrit Ish-Shalom, qui existait avant la création du monde. « Il ne s’agit pas de la Torah telle qu’elle est connue en termes conventionnels : c’est quelque chose de beaucoup plus mystérieux – quelque chose de pré-existant et de pré-création. »

Mystiquement parlant, explique Ish-Shalom, le terme fait référence à la source cosmique de la création, la lumière cachée qui illumine toute la réalité. C’est cette lumière qui est au cœur de ses enseignements.

« The Path of Primordial Light : Ancient Wisdom for the Here Now » de Zvi Ish-Shalom. (Autorisation)

« Comme il est dit dans le livre des Proverbes, la Torah est lumière », explique-t-il. « D’après mon expérience, il existe une lumière qui anime la réalité et qui est généralement cachée, voilée par rapport à notre perception ordinaire. Avec la pratique, par la grâce, il est possible de lever ces voiles et de percevoir directement la lumière cachée de la création. »

Le livre La voie de la Lumière Fondamentale vise à offrir des pratiques faciles à suivre pour les personnes de tous les horizons – qu’elles s’identifient comme juives ou non – qui recherchent des états de conscience profonds et incarnés de cette lumière, ou simplement un sentiment intérieur de liberté ou de guérison.

La voie spirituelle Kedumah s’inspire des pratiques juives traditionnelles, ainsi que de la Kabbale, mais Ish-Shalom a souligné qu’il n’y a « aucune exigence de tribu, de foi ou d’allégeance au judaïsme ou à toute autre religion pour participer ».

« On ne peut pas appeler ça du judaïsme », a-t-il dit. « Les pratiques ne s’orientent pas à partir du même ensemble d’hypothèses que le judaïsme. Il n’y a pas d’exigences rituelles. Elles offrent cependant une orientation au judaïsme qui peut être potentiellement riche et satisfaisante pour quelqu’un qui est enclin à un éveil spirituel et à une profondeur dans sa pratique juive. »

Judaïsme ou pas, The Kedumah Experience est clairement le travail d’un universitaire. Le livre comprend plus de 70 pages de notes et d’ouvrages cités, notamment des références au Talmud, au Zohar et à des commentaires kabbalistiques modernes. The Path of Primordial Light fait souvent référence à des mots en hébreu et à des récits de la Torah, guidant le lecteur de manière expérimentale avec des pratiques telles que la respiration, le chant et l’imagerie guidée.

« Les pratiques ne s’orientent pas à partir du même ensemble d’hypothèses que le judaïsme »

Il est certain que les livres et les enseignements s’adressent aux personnes intéressées par le développement personnel, la psychologie transpersonnelle – ou l’éveil spirituel. Cependant, Ish-Shalom prend soin de préciser qu’il ne considère pas The Kedumah Experience comme une version romancée de la spiritualité. Le parcours peut parfois être assez inconfortable, dit-il.

« Kedumah est une tentative de distiller les principes fondamentaux de l’éveil et de la profondeur spirituels qui sont intrinsèques à la voie spirituelle juive et de les rendre accessibles à toute personne dans le monde qui résonne avec les fréquences que cette lignée véhicule », a déclaré Ish-Shalom.

Je partage ces enseignements sous forme d’art

« Je partage ces enseignements sous forme d’art. Cela touchera peut-être certaines personnes et les inspirera », a-t-il déclaré. « [George] Gurdjieff parle de la différence entre l’art subjectif et l’art objectif. Avec l’art objectif, l’idée est de partager tout courant d’inspiration que l’on ressent à travers soi. L’art est une expression de ce flux, de ce courant. »

« Si quelqu’un entre en résonance avec cet art, ce courant », a-t-il ajouté en parlant de la Kedumah, « alors c’est utile ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.