Rechercher

Le Dôme de fer abat un drone du Hamas lancé en mer

Ce serait la deuxième fois que le système de défense aérienne est utilisé pour abattre des drones ennemis

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les traces d'un missile d'interception Iron Dome sont visibles dans le ciel du sud d'Israël le 8 novembre 2021. (Oshri Tzimmer/courtesy)
Les traces d'un missile d'interception Iron Dome sont visibles dans le ciel du sud d'Israël le 8 novembre 2021. (Oshri Tzimmer/courtesy)

Le système de défense antimissile Dôme de fer a abattu lundi un drone du Hamas qui avait été envoyé en mer depuis la bande de Gaza, a déclaré l’armée israélienne.

Ce serait la deuxième fois que le Dôme de fer abat un engin aérien sans pilote ennemi, suite aux améliorations apportées au système de défense aérienne, qui était initialement conçu uniquement pour contrer les roquettes de courte portée.

Selon Tsahal, le dispositif « a été surveillé pendant toute la durée de l’incident » par le contrôle au sol de l’armée de l’air.

Le Dôme de fer a été utilisé pour la première fois de manière opérationnelle pour intercepter un drone du Hamas en mai, lors d’un conflit de 11 jours avec les groupes terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, connu en Israël sous le nom d’opération « Gardien des murs ». Au cours de ce conflit, le système a également abattu par erreur un drone israélien.

Le lancement du drone depuis la bande de Gaza est intervenu alors que le Hamas tirait un certain nombre de roquettes en mer, apparemment dans le but de tester ses capacités. Israël n’intervient généralement pas lorsque le Hamas procède à des tirs d’essai, mais il abat généralement les drones qui sortent de la bande de Gaza.

L’Etat hébreu a déjà abattu des drones à ses frontières avec le Liban et la Syrie, mais abat plus rarement, hors temps de guerre, des drones du Hamas dans la bande de Gaza.

En mai dernier, lors de la dernière guerre de Gaza, l’armée israélienne avait abattu trois engins sans pilote. Comme ces engins sont petits et volent à basse altitude, ils sont difficiles à intercepter, estiment les militaires.

Au cours de cette même guerre, Israël avait effectué 6 000 heures opérationnelles de vol de drone au dessus de l’enclave palestinienne, a indiqué un haut responsable de l’aviation israélienne sous le couvert de l’anonymat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...