Rechercher

Le film « French Dispatch » est le film le plus juif de Wes Anderson à ce jour

Le film, dont le héros est incarné par Timothée Chalamet, comporte des chapitres consacrés à des protagonistes juifs et des personnages inspirés de journalistes juifs du New Yorker

  • Steve Park, de gauche à droite, Mathieu Amalric, Adrien Brody, Timothee Chalamet, Lyna Khoudri, le réalisateur Wes Anderson, Tilda Swinton, Bill Murray, Benicio Del Toro et Alexandre Desplat posent pour les photographes lors du photo call pour le film "The French Dispatch" au 74e festival international du film de Cannes, dans le sud de la France, le 13 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Brynn Anderson)
    Steve Park, de gauche à droite, Mathieu Amalric, Adrien Brody, Timothee Chalamet, Lyna Khoudri, le réalisateur Wes Anderson, Tilda Swinton, Bill Murray, Benicio Del Toro et Alexandre Desplat posent pour les photographes lors du photo call pour le film "The French Dispatch" au 74e festival international du film de Cannes, dans le sud de la France, le 13 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Brynn Anderson)

JTA – La judéité a été en marge de plusieurs films de Wes Anderson, mais le célèbre réalisateur n’a jamais eu de personnage principal explicitement juif – jusqu’à présent.

Dans « Rushmore », l’une des œuvres marquantes du réalisateur non juif, le rôle principal est interprété par l’acteur juif Jason Schwartzman, tandis que les Tenenbaum de « The Royal Tenenbaums » sont fortement inspirés des membres (probablement) juifs de la famille Glass, qui apparaissent dans les histoires de l’auteur juif J.D. Salinger.

Bien que les Whitman, un autre clan new-yorkais riche et mécontent qui apparaît dans « The Darjeeling Limited », ne soient pas juifs, deux des frères Whitman sont joués par des acteurs juifs – Schwartzman et Adrien Brody. Puis il y a eu « The Grand Budapest Hotel », qui était basé sur les écrits de Stefan Zweig, le célèbre romancier juif qui a fui l’Europe pendant la Shoah.

Le dernier film d’Anderson, « The French Dispatch » – qui est sorti en salles la semaine dernière en France et en Israël, plus d’un an après la date de sortie initialement prévue en raison de la pandémie – est son œuvre la plus juive à ce jour.

Le film, ouvertement inspiré par l’amour de presque toute une vie d’Anderson pour le magazine The New Yorker, concerne l’avant-poste européen d’un journal fictif basé au Kansas, dont les rédacteurs américains expatriés canalisent la sensibilité intello du New Yorker (souvent de manière très humoristique). Le film est divisé en quatre parties, chacune suivant un rédacteur différent à la poursuite d’une histoire différente pour La Dépêche française du Liberty, Kansas Evening Sun.

L’un des chapitres est consacré à un personnage explicitement juif. Un autre met en scène un protagoniste vaguement inspiré d’un étudiant juif qui a contribué à diriger les vastes manifestations de mai 1968 en France, Daniel Cohn Bendit, dit Dany le rouge. Et certains des journalistes imaginés par Anderson tout au long du film sont basés, au moins en partie, sur de vrais journalistes juifs qui ont écrit pour le New Yorker.

Dans l’ensemble, la judéité et l’histoire intellectuelle juive sont tissées de manière complexe dans le film, qui n’est plus en marge.

Le fils d’un éleveur de chevaux mexicain juif

La première des trois grandes parties du film raconte l’histoire de Moses Rosenthaler, un génie artistique incarcéré, joué par Benicio del Toro. Son histoire est racontée par la rédactrice de la Dépêche française J.K.L. Berensen (Tilda Swinton), un personnage dont Anderson a dit au vrai New Yorker le mois dernier qu’il était la voix du véritable dramaturge et journaliste juif SN Behrman.

Alors qu’elle narre une présentation sur la vie et l’œuvre de Rosenthaler, Berensen explique à un public que l’artiste est le fils d’un éleveur de chevaux juif mexicain, mais ne va pas beaucoup plus loin. Pourtant, Rosenthaler pourrait être le premier personnage juif clairement énoncé par Anderson. De son passé, Berensen sait que sa famille était riche et qu’il était très instable psychologiquement – sur ce point, elle explique le meurtre macabre qui le conduit en prison. Ceux qui sont attentifs aux politiques de représentation à l’écran et au débat sur le « visage juif » remarqueront que le jeune Rosenthaler est joué par Tony Revolori, célèbre dans « Grand Budapest Hotel », qui est guatémaltèque. Del Toro est portoricain. Aucun des deux n’est juif – mais la judéité ne joue pas un rôle clé dans le personnage ou l’histoire de Rosenthaler. L’intrigue du chapitre sur Rosenthaler se concentre sur la relation de l’artiste avec l’un des gardiens de la prison, qui devient son modèle, son inspiration et sa muse.

Les talents de Rosenthaler avec un pinceau sont remarqués par son codétenu Julien Cadazio, un marchand d’art intrigant joué par l’un des favoris d’Anderson, Adrien Brody. Lorsque Cadazio termine sa peine de prison, il réussit à vendre une des œuvres de Rosenthaler au monde de l’art, suscitant ainsi un intérêt international pour le peintre emprisonné – et, du moins à ses propres yeux, contribuant à inaugurer ce qui semble être le genre d’art abstrait du XXe siècle, à l’époque de Picasso.

Anderson s’est inspiré de Cadazio d’après l’influent marchand d’art Joseph Duveen, qui a grandi en Angleterre, fils d’un père juif néerlandais, et qui a fait l’objet d’une série en six parties écrite par Behrman en 1951.

Et pour tisser encore davantage la toile des personnages juifs de l’histoire, Duveen a travaillé avec un historien de l’art nommé Bernard Berenson (ce nom vous dit quelque chose ?), un Juif d’origine lituanienne, pour authentifier nombre des œuvres qu’il vendait. Duveen a suscité la controverse à son époque en tentant de falsifier des œuvres – mais l’implication et les motivations de Berenson étaient moins claires, comme l’a écrit la biographe Rachel Cohen dans le New Yorker en 2012.

Une autre anecdote juive amusante tirée du chapitre sur Rosenthaler : les acteurs juifs Bob Balaban et Henry Winkler jouent deux des oncles de Cadazio, de manière impassible.

Le réalisateur Wes Anderson pose pour les photographes lors de la séance de photos pour le film « The French Dispatch » au 74e festival international du film de Cannes, dans le sud de la France, le mardi 13 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Vadim Ghirda)

La révolution

Le deuxième chapitre principal du film est basé sur les troubles de mai 1968 en France, un mois célèbre d’émeutes et de grèves anticapitalistes qui ont secoué la majeure partie de la société française et mis à l’arrêt une grande partie de l’économie du pays.

Les manifestations étaient en grande partie le fait d’étudiants, et l’un des leaders étudiants du mouvement était Daniel Cohn-Bendit, dont les parents juifs avaient fui l’Allemagne pour la France dans les années 1930.

Dans le film d’Anderson, la star juive Timothée Chalamet joue le rôle d’un leader étudiant clairement inspiré par Cohn-Bendit, bien qu’il porte le nom de Zeffirelli, un nom à consonance italienne non juive. Le personnage et son groupe d’amis philosophes, tout comme Cohn-Bendit, revendiquent une plus grande liberté sexuelle – comme le droit de visiter les dortoirs des filles la nuit – entre autres choses, qui ne sont pas très claires (vers la fin du chapitre, l’intérêt amoureux de Zeffirelli critique son manifeste écrit pour le mouvement parce qu’il est trop vague).

Si le nom italien n’indique pas assez clairement que Zeffirelli est une sorte d’outsider parmi les étudiants français, Anderson utilise une autre technique pour faire passer le message : Chalamet dit son texte en anglais, alors que la plupart des autres étudiants français parlent en français. Mais même si Zeffirelli est mis à part de cette manière littérale, les étudiants se comprennent tous dans le monde du film, et l’incendiaire devient également un nom connu dans sa ville natale d’Ennui (oui, Ennui).

Cohn-Bendit, avec ses ancêtres allemands, était aussi un étranger par le sang, et les autorités françaises et d’autres critiques des étudiants protestataires ont essayé d’exploiter cela, le qualifiant d' »étranger subversif ». La réponse à ces attaques a été une démonstration de solidarité qui a marqué un tournant dans l’histoire du judaïsme français. Lors de manifestations dans toute la France, les partisans de Cohn-Bendit ont scandé « Nous sommes tous des Juifs allemands », ou « We are all German Jews ».

C’est un appel qui a été reformulé à la suite des fusillades de Charlie Hebdo et du supermarché Hyper Cacher à Paris en 2015. Des milliers de personnes à travers la France ont défilé en solidarité avec les victimes, en défendant les slogans « Je suis Charlie » et « Je suis Juif ».

Timothée Chalamet dans le rôle du leader étudiant Zeffirelli et Frances McDormand dans celui de la journaliste Lucinda Krementz dans « La Dépêche française ». (Crédit : Searchlight Pictures via JTA)

Une double dose d’inspiration d’AJ Liebling

Dans le dernier chapitre, Roebuck Wright, le suave rédacteur du Dispatch, raconte la folle histoire qui se cache derrière l’un de ses articles – qui implique un chef cuisinant des repas gastronomiques pour le chef de la police de la ville, et un caprice d’enlèvement divertissant.

Le sang-froid et l’intelligence de Wright sont tellement hors normes qu’on en rit : il peut littéralement réciter par cœur n’importe lequel de ses articles, même ceux qui comptent des milliers de mots. Anderson décrit Wright comme étant à la fois James Baldwin – en plus d’avoir une façon enviable de manier les mots, le personnage est à la fois noir et gay – et le rôle d’AJ Liebling.

Liebling, un journaliste respecté qui a écrit pour le New Yorker pendant des décennies, est né de parents juifs à New York. Son père, d’origine autrichienne, a détaché la famille de ses racines juives, s’efforçant de s’assimiler à la société américaine plus large du début du XXe siècle.

Steve Park, de gauche à droite, Mathieu Amalric, Adrien Brody, Timothee Chalamet, Lyna Khoudri, le réalisateur Wes Anderson, Tilda Swinton, Bill Murray, Benicio Del Toro et Alexandre Desplat posent pour les photographes lors du photo call pour le film « The French Dispatch » au 74e festival international du film de Cannes, dans le sud de la France, le 13 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Brynn Anderson)

« Ce n’est pas seulement que les mots de Baldwin sont si spectaculairement éloquents et perspicaces. C’est aussi lui, sa voix, sa personnalité. Donc : nous avons réfléchi à sa façon de parler, et nous avons également réfléchi à la façon dont Tennessee Williams parlait, et à la façon dont Gore Vidal parlait. Nous avons mélangé des aspects de ces écrivains, aussi. Plus Liebling. Pourquoi ? Je n’en ai aucune idée. Ils ont uni leurs forces », a déclaré Anderson au New Yorker à propos du personnage de Wright.

Un dernier fait amusant : Anderson a aussi partiellement basé sur Liebling le rédacteur en chef de The French Dispatch, un Américain nommé Arthur Howitzer, qui est joué par Bill Murray.

« À l’origine, nous appelions le rédacteur en chef Liebling, et non Howitzer, parce que le visage que j’ai toujours imaginé était celui d’AJ Liebling. Nous avons essayé de faire en sorte que Bill Murray lui ressemble, je pense », a déclaré Anderson.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...