Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Le fils de Khamenei en tête des prétendants au poste de Guide suprême

Le président était en tête de liste jusqu'au crash fatal, propulsant Mojtaba Khamenei en tête de liste ; l'opposition de son père au népotisme pourrait bloquer cette possibilité

Mojtaba, fils du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, au centre, assiste au rassemblement annuel de Quds, ou Journée de Jérusalem, à Téhéran, en Iran, le 31 mai 2019. (Crédit : AP/Vahid Salemi)
Mojtaba, fils du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, au centre, assiste au rassemblement annuel de Quds, ou Journée de Jérusalem, à Téhéran, en Iran, le 31 mai 2019. (Crédit : AP/Vahid Salemi)

DUBAI, Émirats arabes unis (Reuters) – Le décès du président iranien Ebrahim Raïssi dans un accident d’hélicoptère a bouleversé les plans des partisans de la ligne dure qui souhaitaient qu’il succède au Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. Il risque en outre d’attiser les rivalités au sein de leur camp pour savoir qui prendra les rênes de la République islamique à la mort de ce dernier.

Protégé de Khamenei qui a gravi les échelons de la théocratie iranienne, Raïssi, 63 ans, était largement pressenti comme l’un des principaux candidats à la succession du Guide suprême, âgé de 85 ans, même si cela était loin d’être gagné d’avance dans la politique opaque de l’Iran.

Son accession à la présidence s’inscrit dans le cadre d’une consolidation du pouvoir entre les mains des partisans de la ligne dure, qui s’efforcent de consolider les piliers de la République islamique face aux risques posés par la dissidence à l’intérieur du pays et par des ennemis puissants dans une région agitée.

Raïssi a bénéficié du soutien indéfectible de Khamenei, qui a lui-même occupé le poste de Président avant de devenir le Guide suprême en 1989, après la mort du fondateur de la République islamique, l’ayatollah Rouhollah Khomeini.

Le Guide suprême détient le pouvoir suprême en Iran. Il agit en tant que commandant en chef des forces armées et décide de l’orientation de la politique étrangère, définie en grande partie par la confrontation avec les États-Unis et Israël.

Bien que Khamenei n’ait pas désigné de successeur, les observateurs de l’Iran affirment que Raïssi était l’un des deux noms les plus souvent mentionnés, le second étant le deuxième fils de Khamenei, Mojtaba, dont l’influence en coulisse serait notoire.

Soutenu par un groupe qui souhaitait le voir devenir Guide suprême, Raïssi aspirait clairement à ce titre, a expliqué Vali Nasr, professeur d’études sur le Moyen-Orient et d’affaires internationales à la John Hopkins School of Advanced International Studies.

Sur cette photo publiée par le site officiel du bureau du Guide suprême iranien, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, s’exprime lors d’une réunion avec un groupe de familles de membres des gardiens de la révolution à Téhéran, en Iran, le dimanche 19 mai 2024. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien via AP)

« À présent, ils n’ont plus de candidat, ce qui ouvre la porte à d’autres factions ou à d’autres personnalités qui pourraient apparaître comme des prétendants sérieux « , a-t-il déclaré.

Pour Raïssi, un religieux chiite de rang moyen, la présidence était un moyen d’accéder au pouvoir suprême. « Il n’y a pas d’autre candidat à l’heure actuelle qui dispose d’une telle plateforme et c’est pourquoi les élections présidentielles en Iran, quel que soit leur déroulement, seront les premières à décider de la suite des événements », a expliqué Nasr.

Les opinions de Raïssi font écho à celles de Khamenei sur tous les sujets importants et il a mis en œuvre les politiques du dirigeant visant à consolider le pouvoir clérical, à réprimer les opposants et à adopter une ligne dure sur les questions de politique étrangère, telles que les négociations nucléaires avec Washington, ont affirmé deux personnes au fait de la situation en Iran.

Les partisans de la ligne dure ont maintenu leur emprise sur les élections législatives qui se sont tenues en mars, mais le taux de participation a atteint son niveau le plus bas depuis la Révolution.

Les critiques y ont vu le reflet d’une crise de légitimité de l’élite religieuse, due à une aggravation de la situation économique et à des dissensions parmi les Iraniens qui s’indignent des restrictions sociales et politiques qui ont conduit à des mois de manifestations déclenchées par la mort d’une jeune femme arrêtée par la police des mœurs en 2022.

Une photo fournie par la présidence iranienne montre le président Ebrahim Raissi s’exprimer avant de monter dans un avion en partance de l’aéroport international Mehrabad, à Téhéran, et à destination de l’Arabie saoudite pour assister à un sommet, le 11 novembre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Bien que son nom ait souvent été mentionné, la candidature éventuelle de Mojtaba, 55 ans, un religieux de rang moyen qui enseigne la théologie dans un séminaire religieux de la ville sainte chiite de Qom, a été remise en question.

Selon une source iranienne proche du bureau de Khamenei, ce dernier s’opposerait à la candidature de son fils parce qu’il ne veut pas d’un retour à un système de gouvernement héréditaire dans un pays où la monarchie soutenue par les États-Unis a été renversée en 1979.

Une source régionale au fait du raisonnement de Téhéran a indiqué que l’opposition de Khamenei au régime héréditaire éliminerait à la fois Mojtaba et Ali Khomeini, petit-fils du fondateur de la République islamique basé à Najaf, en Irak.

Selon un ancien responsable iranien, des acteurs puissants, notamment les gardiens de la révolution et des religieux influents à Qom, devraient désormais redoubler d’efforts pour influencer le processus de sélection du prochain chef suprême.

« La mort de Raïssi est un coup dur pour l’establishment qui n’a désormais plus d’autre candidat », a souligné ce responsable, ajoutant que si l’on pensait que Raïssi avait été préparé pour succéder à Khamenei, personne ne connaît avec certitude les intentions de Khamenei.

Des personnes assistent à une cérémonie de deuil pour le président iranien Ebrahim Raïssi, représenté sur les affiches, sur la place Vali-e-Asr dans le centre-ville de Téhéran, en Iran, le lundi 20 mai 2024. (Crédit : Vahid Salemi/AP)

En 1989, Khamenei n’était pas le grand favori pour ce poste et n’est apparu qu’à la suite de tractations en coulisses au sein de l’élite cléricale.

En vertu de la constitution iranienne, le Guide suprême est nommé par l’Assemblée des experts, un organe clérical de 88 membres qui supervise le Guide suprême et peut théoriquement le limoger.

Alors que l’Assemblée est élue, un autre organe de surveillance de la ligne dure, composé de clercs et de juristes alignés sur Khamenei, a le pouvoir d’opposer son veto aux lois et de décider qui peut se présenter aux élections.

Deux sources au fait de la question ont indiqué que l’Assemblée des experts avait retiré Raïssi de la liste des successeurs potentiels il y a environ six mois en raison de sa baisse de popularité, due aux difficultés économiques causées par les sanctions américaines et à sa mauvaise gestion du pays.

L’une des sources a précisé que des religieux influents, favorables à Raïssi, avaient entrepris un lobbying intensif pour que son nom soit remis sur la liste.

Des Iraniens protestant contre la mort de Mahsa Amini, 22 ans, après son arrestation par la police des mœurs, à Téhéran, le 27 octobre 2022. (Crédit : Middle East Images/AP Photo/Dossier)

Pour Ali Vaez, directeur de projet de l’Iran à l’International Crisis Group, « personne, à l’exception de quelques dirigeants, ne sait dans quelle mesure la théorie de ‘Raïssi-héritier’ était fondée ».

« Mais si c’était effectivement le plan, la mort de Raïssi apporte une grande incertitude à la succession », a-t-il ajouté.

Alex Vatanka, directeur du programme sur l’Iran au Middle East Institute à Washington, a expliqué que de nombreuses personnes considéraient la promotion de Raïssi par Khamenei comme un signe qu’il voulait en faire son successeur.

Sa mort « pourrait conduire à des luttes intestines au sein du régime comme nous n’en avons pas vu depuis le début des années 1980 », a-t-il affirmé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.