Rechercher

Le fils de Ronen Hanania, tué dans la fusillade de Kiryat Arba, raconte l’horreur

Le défunt sera inhumé dimanche après-midi à Jérusalem ; son fils exprime "sa chance d’avoir été à ses côtés pour ses derniers instants"

Ronen Hanania, tué dans une fusillade terroriste près de l'implantation de Kiryat Arba, dans le sud de la Cisjordanie, le 29 octobre 2022. (Autorisation)
Ronen Hanania, tué dans une fusillade terroriste près de l'implantation de Kiryat Arba, dans le sud de la Cisjordanie, le 29 octobre 2022. (Autorisation)

L’homme abattu dans un attentat terroriste, samedi soir, près de Kiryat Arba, a été identifié dimanche matin. Il s’agit de Ronen Hanania, habitant de l’implantation de Cisjordanie.

Le fils de Hanania, blessé dans l’attaque, a expliqué que son père et lui avaient garé leur véhicule pour aller faire des achats dans une petite épicerie située entre Kiryat Arba et Hébron.

Alors qu’ils étaient sur le point de repartir, un terroriste « nous a tirés dessus par la gauche », explique-t-il, dimanche matin.

Le fils entend alors son père crier. Il se retourne et découvre qu’il présente une grave blessure à la tête.

« La balle était entrée par le haut de son crâne, qui s’est fracturé. Il est mort sous mes yeux. »

Le fils du défunt, dont le nom n’a pas été révélé, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il avait attendu 15 minutes l’arrivée des services d’urgence, avant de se réfugier à l’intérieur de l’épicerie.

À l’intérieur du magasin, il précise que « des Arabes ont soigné ma main. L’un d’eux a pris un pull et m’a fait un garrot. À un moment, ils nous ont dit que tout allait bien et que les secouristes étaient arrivés. »

Mais alors qu’ils tentent de sortir du magasin, le tireur ouvre à nouveau le feu sur eux. Ils se réfugient de nouveau à l’intérieur du magasin.

« Le terroriste a tiré sur les vitrines, et comme on le voit dans les images, ils [les forces de l’ordre] l’ont tué en le renversant et en lui tirant dessus. »

L’auteur palestinien d’une fusillade terroriste près de Kiryat Arba en Cisjordanie, sur les images d’une caméra embarquée, quelques instants avant d’être percuté par la voiture d’un agent de sécurité et abattu par un soldat en permission, le 29 octobre 2022. (Capture d’écran utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

À propos de son père blessé, le fils confie : « Il respirait, avait un pouls, mais son cerveau était touché… Il n’y avait aucune chance qu’il survive. J’ai vu mon père mourir, j’ai eu la chance d’assister à ses derniers instants. »

Le terroriste a lui aussi été identifié : il s’agit de Muhammed Kamel al-Jabari, semble-t-il membre du Hamas.

Après avoir tiré sur Hanania et son fils, Jabari a également ouvert le feu sur les secouristes et les gardes de sécurité de l’implantation, venus sur les lieux prêter main forte aux victimes.

En tout, Jabari a blessé trois personnes, dont une grièvement, un secouriste. Un Palestinien figure également parmi les blessés.

Le chef de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, s’est rendu sur les lieux de l’attentat, dimanche matin, dans le cadre de l’enquête préliminaire. Il a également procédé à une évaluation de la situation avec les commandants locaux.

Le chef de Tsahal Aviv Kohavi (au centre) sur les lieux d’un attentat terroriste près de Kiryat Arba en Cisjordanie, le 30 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Avant le lever du soleil, dimanche matin, les soldats israéliens ont cartographié la maison d’al-Jabari à Hébron, en vue d’une possible démolition.

L’armée israélienne a indiqué avoir procédé à l’arrestation du frère d’al-Jabari, soupçonné d’avoir pris part à l’attentat.

Il n’est pas rare qu’Israël démolisse la maison des terroristes palestiniens.

L’efficacité de cette politique est sujette à caution, même au sein de des forces de l’ordre israéliennes, et les ONG protectrices des droits de l’homme dénoncent une pratique qui s’apparente, selon elles, à une punition collective injuste.

Al-Jabari était marié et père de trois enfants.

L’autre frère d’Al-Jabari, Waal, purgeait une peine à vie dans une prison israélienne avant d’être libéré et expulsé vers la bande de Gaza, dans le cadre de l’accord d’échange de prisonniers pour le soldat Gilad Shalit en 2011.

Hanania sera inhumé au cimetière Har Hamenuhot de Jérusalem à 16 heures, ce dimanche.

Emanuel Fabian a contribué à la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...