Le fils du « Schindler japonais » trouve de faux visas aux archives lithuaniennes
Rechercher

Le fils du « Schindler japonais » trouve de faux visas aux archives lithuaniennes

Selon le fils de Chiune Sugihara, les cachets et les signatures sur les documents sont différents de ceux que son père a donnés aux Juifs en Lituanie fuyant la Shoah

Le diplomate japonais Sugihara Chiune, qui a aidé à sauver les vies de milliers de Juifs quand il était consul impérial de Lituanie pendant la Seconde guerre mondiale (Crédit :  domaine public via Wikimedia Commons)
Le diplomate japonais Sugihara Chiune, qui a aidé à sauver les vies de milliers de Juifs quand il était consul impérial de Lituanie pendant la Seconde guerre mondiale (Crédit : domaine public via Wikimedia Commons)

Les archives d’État de Lituanie contiennent des faux de visas accordés à des Juifs pendant la Shoah par le diplomate japonais décédé Chiune Sugihara, a déclaré son fils.

Nobuki Sugihara, qui a visité les archives à Vilnius la semaine dernière, a découvert que les cachets et les signatures sur certains visas qui ont été délivrés par son père diffèrent de ceux sur les documents officiels du consulat japonais, a annoncé l’agence de presse LETA la semaine dernière.

Certains des faux visas ont été délivrés après la fermeture du consulat japonais à Kaunas, ont précisé les archives. L’article n’expliquait pas qui aurait pu créer de faux visas, ni pourquoi ni quand.

Sugihara a vécu à Kaunas, la deuxième ville de Lituanie, entre 1939 et 1940. Il y a ouvert le consulat du Japon.

En 1940, il a accordé des visas de transit vers le Japon à des milliers de Juifs fuyant les Nazis. Les titulaires avaient des visas à destination de Curacao, une île colonie néerlandaise, qui leur avaient été fournis par Jan Zwartendijk, le consul honoraire des Pays-Bas à Kaunas.

Avec ces visas, les Juifs ont pu voyager à travers l’Union soviétique et fuir les nazis. Les deux hommes ont agi sans l’approbation, et parfois contre les instructions, de leurs supérieurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...