Le frère de Moanes Dabour défend ce dernier suite à un post polémique
Rechercher

Le frère de Moanes Dabour défend ce dernier suite à un post polémique

Le joueur arabe israélien de l'équipe nationale de football a été hué samedi par les supporters - après un post controversé sur les les troubles du mois de mai, à Jérusalem

Munas Dabour, à gauche, et l'écossais Liam Cooper pendant un match de barrage de l'Euro 2020 entre l'Écosse et Israël au stade  Hampden stadium de Glasgow, en Écosse, le 8 octobre 2020. (Crédit : AP Photo/Scott Heppell)
Munas Dabour, à gauche, et l'écossais Liam Cooper pendant un match de barrage de l'Euro 2020 entre l'Écosse et Israël au stade Hampden stadium de Glasgow, en Écosse, le 8 octobre 2020. (Crédit : AP Photo/Scott Heppell)

Le frère d’un joueur arabe israélien de l’équipe national de football a pris sa défense suite au tollé provoqué par des propos tenus il y a quelques mois dans un post, sur les réseaux sociaux, concernant les relations entre Arabes et Juifs pendant les troubles qui ont eu lieu à Jérusalem au mois de mai.

Moanes Dabour, qui joue dans l’équipe israélienne, a été hué et insulté par les supporters au cours du match de qualification à la Coupe du monde contre l’Autriche. Cette dernière s’est inclinée, 5 à 2, face à l’État juif – notamment grâce à un but marqué par Dabour.

Farnas, son frère, a confié à la chaîne de télévision Sport 5 TV, dimanche, que Dabour « n’avait pas eu l’intention de blesser qui que ce soit » concernant un post écrit sur Facebook au mois de mai dans lequel il avait mis en cause les Israéliens « injustes » à Jérusalem au cours des troubles qui ont eu lieu dans la ville.

« Moanes n’a pas voulu blesser qui que ce soit et il ne blesserait jamais volontairement qui que ce soit », a continué Farnas. « Je ne vais pas entrer dans le détail mais il y a une chose de certaine – c’est que son post a été mal compris. »

Dabour a été âprement critiqué par les supporters juifs de l’équipe en raison de cette publication sur Facebook, parue juste avant le début du conflit de onze jours qui a opposé Israël à Gaza et avant les violences intenses entre Juifs et Arabes dans les villes mixtes du pays.

Ces violences avaient été précédées par des affrontements répétés à Jérusalem entre Arabes musulmans et les forces de sécurité israéliennes, particulièrement autour du mont du Temple et de la mosquée Al-Aqsa. Elles avaient été attisées par la détermination des Juifs de droite à fêter la journée de Jérusalem en organisant la marche annuelle des drapeaux, un événement qui traverse la Vieille Ville et qui est considéré par de nombreux Arabes comme une provocation.

Le milieu de terrain Krystian Bielik, à droite, et l’avant israélien Moanes Dabour au cours d’un match de qualification du groupe G pour l’EURO 2020 entre Israël et la Pologne au stade Teddy de Jérusalem, le 16 novembre 2019. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)

Le 8 mai, deux jours avant que le Hamas ne lance des roquettes en direction de Jérusalem – ce qui a entraîné une escalade majeure du conflit – et suite à des heurts sur le mont du Temple pendant la fête musulmane de Laylat al-Qadr, Dabour avait écrit son post qui ferait par la suite controverse. La publication était composée d’une image du Dôme du rocher, le monument islamique le plus reconnaissable, avec son toit doré, à proximité de la mosquée al-Aqsa, ajoutant une citation du Coran : « N’imaginez pas qu’Allah ignore ce que font les injustes. Il ne leur offre qu’un répit jusqu’au jour où leurs yeux s’écarquilleront d’horreur. »

Le mot « injuste » peut aussi se traduire par « oppresseur ». Et c’est ainsi que les propos du footballeur ont été rapportés très largement dans les médias. Certains Juifs israéliens ont ainsi estimé que Dabour considérait Israël comme « oppresseur » – un grand nombre fustigeant le sportif qui, selon eux, sapait volontairement la nation qu’il représentait.

Dabour avait expliqué ultérieurement que son post « faisait part de ma douleur et n’avait rien à voir avec la politique ». Il a ajouté qu’il avait voulu « exprimer mon désaccord et ma colère face à l’usage de la force à l’égard des femmes et des personnes âgées qui étaient simplement venues prier le jour le plus saint de notre calendrier. Parmi eux, il y avait un membre de ma famille qui est parti prier et qui est revenu blessé ».

Il a précisé qu’il avait des amis juifs – ils sont « mes frères », avait-il poursuivi – et qu’il rêvait « d’une société où tout le monde se respecterait ».

Toutefois, certains avaient refusé d’accepter les explications du joueur, estimant que sa publication n’avait servi qu’à enflammer davantage la situation à Jérusalem, alors que les tensions y étaient déjà fortes.

Suite à ce scandale, Dabour est resté à l’écart des activités de l’équipe nationale pendant plusieurs mois. Il l’a réintégrée au mois d’août.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...