Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Le frère du Bédouin otage depuis le 7 octobre déclare : « Libérez en priorité les femmes »

L'homme a fait ces déclarations à la ministre belge des Affaires Etrangères, en raison des violences sexuelles maintenant avérées imposées aux femmes prises en otage le 7 octobre

Salaam Alatrash, dont le frère Mohammad Alatrash a été enlevé par des terroristes du Hamas le 7 octobre, s’entretient avec la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib. (Crédit : Capture d’écran, utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)
Salaam Alatrash, dont le frère Mohammad Alatrash a été enlevé par des terroristes du Hamas le 7 octobre, s’entretient avec la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib. (Crédit : Capture d’écran, utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Le frère de Mohammad Alatrash, 40 ans, kidnappé par des terroristes lors du massacre du Hamas le 7 octobre, a déclaré à la ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, que les femmes otages des groupes terroristes de Gaza devaient être libérées en priorité dans le cadre d’un accord.

« Il faut faire pression sur eux pour qu’ils libèrent tout le monde, mais les femmes en premier », a déclaré Salaam Alatrash. « Ce qui se passe là-bas, pour elle, est révoltant. »

Selon les informations de Ynet, Mohammad Alatrash, originaire du village bédouin de Sawa, dans le Neguev, a deux épouses et 13 enfants, dont un bébé âgé d’à peine un mois lorsque son père a été enlevé le 7 octobre.

Les propos de son frère ont été repris par la chaîne Kan quelques jours après que le New York Times a publié une interview dans laquelle l’ex-otage Amit Soussana, 40 ans, confiait avoir été violée et agressée par son garde du Hamas lors de sa captivité à Gaza.

Un rapport de l’ONU publié ce mois-ci a également confirmé l’existence de viols – parfois collectifs – lors de l’attaque du Hamas du 7 octobre contre le sud d’Israël, ajoutant que des preuves « claires et convaincantes » attestaient que des otages avaient été violés en détention, et que les otages encore à Gaza faisaient face à de telles violences.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.