Rechercher

Le général Amir Baram nommé au poste d’adjoint du chef d’État-major

Le chef du Commandement du nord a été choisi par le ministre de la Défense suite aux recommandations faites par le prochain chef d'État-major et par son prédécesseur

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le général de division Amir Baram, commandant du corps nord de l'armée et chef des collèges militaires de Tsahal, sur une photo non datée. (Tsahal)
Le général de division Amir Baram, commandant du corps nord de l'armée et chef des collèges militaires de Tsahal, sur une photo non datée. (Tsahal)

Le général Amir Baram, ancien dirigeant du Commandement du nord de Tsahal, a été nommé lundi au poste de futur numéro deux de l’armée israélienne.

Baram prendra ses fonctions quand son prédécesseur au poste, le général Herzi Halevi, deviendra lui-même chef d’État-major, succédant à Aviv Kohavi, en date du 17 janvier.

La décision de nommer Baram a été prise par le ministre de la Défense Benny Gantz suite aux recommandations faites par Halevi et par par Kohavi.

La cabinet a voté officiellement la confirmation du général Herzi Halevi au poste de chef d’État-major de l’armée israélienne, dimanche, ce qui lui permettra de prendre son nouveau poste au début de l’année prochaine.

Gantz a rencontré Baram lundi matin pour lui faire part de sa décision.

« Le général Baram, que je connais depuis des décennies, est un officier de haut-rang qui possède une expérience opérationnelle approfondie. Ces dernières années, il a réalisé des opérations majeures et réussies dans le nord du pays et il possède toutes les qualités nécessaires pour mener sa mission en tant que chef d’État-major adjoint et pour assurer ce service », a déclaré Gantz, des propos rendus publics par son bureau.

Le ministre de la Défense Benny Gantz rencontre le prochain chef d’État-major adjoint, Amir Baram, le 24 octobre 2022. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Baram, 53 ans, a terminé son mandat à la tête du Commandement du nord le mois dernier. Il avait, dans le passé, dirigé la Brigade des parachutistes, l’unité dans laquelle il avait été intégré dès son arrivée dans l’armée, en 1988.

La décision d’approuver Halevi dans sa nouvelle fonction a été prise même si elle s’est concrétisée dix jours seulement avant les élections générales du 1er novembre.

Alors qu’il y avait trois candidats en lice, c’est Halevi, 54 ans, qui était considéré comme favori pour le poste. Il avait rejoint l’armée israélienne en 1985 dans une unité de parachutistes avant d’être promu à la « Sayeret Matkal », une unité d’élite, dont il avait assuré la direction.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...