Le général Ofek Buchris passera en procès pour viol
Rechercher

Le général Ofek Buchris passera en procès pour viol

L'acte d'accusation contre l'officier fait suite à une enquête de plusieurs mois sur des allégations qu'il aurait agressé 2 subordonnées

Le parquet militaire a inculpé jeudi le général Ofek Buchris pour viol, sodomie et agression sexuelle contre deux subordonnées entre 2010 et 2012. Il nie les accusations.

L’acte d’accusation contre Buchris a été déposé suite à une longue enquête effectuée par le chef procureur militaire en chef Sharon Afek. Buchris a également été accusé de conduite indigne pour un officier de Tsahal.

L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué que, bien que la nouvelle de l’acte d’accusation ait été accueillie avec un « cœur lourd, » l’enquête en cours contre Buchris avait révélé « des allégations que l’officier en question avait commis un certain nombre d’infractions sexuelles graves contre une soldate et contre une femme officier subalterne qui avaient servi sous ses ordres quand il était le commandant de la Brigade Golani ».

En vertu de la loi israélienne, la sodomie désigne un acte oral ou anal lorsque l’auteur exploite son « autorité sur un lieu de travail ou dans le cadre du service [national]. »

Buchris, 47 ans, un officier très décoré qui était considéré pour être sur la voie rapide vers le sommet de l’armée israélienne, a nié avec véhémence les accusations portées par les deux femmes.

Il devait être nommé en mars chef de la Division des opérations de l’armée, mais le chef d’état-major de Tsahal le général Gadi Eisenkot a annulé la nomination en raison de l’enquête sur les allégations de viol.

Les avocats représentant l’une des victimes présumées, une femme officier subalterne qui n’a reconnu l’assaut qu’une fois qu’elle ait été interrogée par les enquêteurs, ont déclaré dans un communiqué que leur cliente espérait que le tribunal traiterait Buchris « de manière appropriée. »

« La femme officier n’a pas été impliquée dans cette affaire de sa propre initiative, et n’a jamais déposé une plainte contre le général Buchris, et elle était prête à poursuivre sa vie», dit le communiqué des avocats. « L’officier est convaincue que la justice va gérer l’affaire de façon appropriée. »

La nouvelle des allégations initiales en mars avait créé des ondes de choc qui avaient traversé Tsahal et le reste du pays, quand la bonne réputation de Buchris a été soudainement remise en question.

Selon les informations de l’époque, la première soldate à l’accuser a dit aux enquêteurs qu’elle connaissait une autre militaire, une officier de Golani, qui avait aussi été sexuellement agressée par Buchris. Quelques jours plus tard, la deuxième femme s’est présentée et a accusé Buchris.

Burchris a rejeté l’acte d’accusation, rompant son silence pour la première fois depuis que les allégations ont été portées contre lui.

« J’ai été choqué d’entendre l’acte d’accusation qui a été déposé, » a-t-il dit aux journalistes devant sa maison en Galilée. « Les allégations ne sont pas vraies, mais tout sera éclairci devant la cour. Toute personne qui examinera les dépositions verra que les accusations sont sans fondement. » Il a ajouté que le procès serait « le combat pour ma vie, et je le vais gagner.  »

Les avocats représentant Buchris ont dit que le dossier d’accusation contre le général comportait « de graves lacunes. »

« Nous regrettons la décision fondamentalement erronée du parquet militaire, » ont-ils dit jeudi dans un communiqué. « Nous sommes confiants que nous serons en mesure de continuer à nous battre et à prouver l’innocence du général Buchris devant le tribunal. »

Dans les semaines suivant les allégations, Buchris a subi au moins deux tests de détecteurs de mensonge, et les avocats ont contesté leurs résultats. Dans le premier fait à la demande de Buchris, il a été considéré disant la vérité. Le second test, effectué par les procureurs militaires, a eu des résultats « problématiques » pour le général, ont dit les enquêteurs aux avocats de la défense.

La Deuxième chaîne a publié jeudi une lettre écrite à Buchris par une de ses victimes présumées, dans laquelle elle lui expliquait le traumatisme profond qu’il lui avait causée.

Dans la lettre, l’ancienne soldate a dit qu’elle avait été « aveuglée par son autorité et son pouvoir », et que Buchris avait créé des situations intimes dans lesquelles elle s’était sentie obligée de dormir avec lui contre sa volonté.

« En pensant aux choses qui sont arrivées, je comprends que vous avez abusé de moi. Vous avez profité de ma loyauté, de mon innocence, du fait que je ne pouvais dire à personne ce qui était arrivé derrière des portes closes, vous avez profité de votre pouvoir et du fait que personne ne peut rien vous refuser », a-t-elle écrit. « Le but de cette lettre est d’abord de vous faire comprendre que vous avez laissé une grande cicatrice profonde dans mon âme. »

Selon la chaîne, elle a écrit la lettre Buchris après des années de soins psychologiques, et le général a détruit la missive après l’avoir reçue.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...