Le gouvernement néerlandais alloue 8,5 M $ à un musée de l’Holocauste
Rechercher

Le gouvernement néerlandais alloue 8,5 M $ à un musée de l’Holocauste

Le financement comprend la somme de 2,5 M $ pour la construction d’un mur qui portera les noms des ressortissants juifs qui ont été massacrés par les nazis. Ils étaient plus de 100 000

A Amsterdam, un mémorial de l'Holocauste a été érigé dans l'ancien théâtre où 80 000 Juifs néerlandais avaient été incarcérés avant d'être déportés dans des camps de transit nazis comme Westerbork, le 15 janvier 2017 (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
A Amsterdam, un mémorial de l'Holocauste a été érigé dans l'ancien théâtre où 80 000 Juifs néerlandais avaient été incarcérés avant d'être déportés dans des camps de transit nazis comme Westerbork, le 15 janvier 2017 (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

AMSTERDAM — Le gouvernement néerlandais a alloué la somme de 8,5 millions de dollars à l’établissement d’un musée de l’Holocauste à Amsterdam et la construction d’un mur de commémoration des victimes.

Le cabinet du Premier ministre Mark Rutte a annoncé la semaine dernière le financement – l’une des plus importantes dépenses jamais entreprises aux Pays-Bas pour la commémoration de l’Holocauste – d’un musée à hauteur de six millions de dollars, tandis que 2,5 millions de dollars seront consacrés à l’édification d’un mur qui portera les noms des Juifs hollandais assassinés pendant l’Holocauste.

Ils étaient plus de 100 000.

Le musée a ouvert ses portes l’année dernière grâce à une collecte de fonds lancée par le Quartier culturel juif, une plateforme représentant plusieurs institutions.

Permettant de découvrir des œuvres d’art et des vidéos, il a ouvert alors qu’il était encore en cours d’élaboration.

Le projet visait à enrichir dans un deuxième temps des expositions somme toute modestes pour parvenir à rivaliser avec certains des musées européens les plus établis consacrés à ce génocide.

Les nazis et leurs collaborateurs locaux sont responsables de l’assassinat de 75 % de la population juive néerlandaise d’avant l’Holocauste – elle était alors constituée de 140 000 personnes – ce qui est le plus fort taux de moralité de toute l’Europe occidentale occupée.

La maison où Anne Frank et sa famille se sont cachés à Amsterdam pendant la Shoah. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)
La maison où Anne Frank et sa famille se sont cachés à Amsterdam pendant la Shoah. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

La majorité des Juifs hollandais vivaient à Amsterdam, ville dans laquelle des monuments discrets de commémoration sont apparus.

Il y a une décennie, les militants de la communauté juive ont commencé à demander un monument plus remarquable qui, après quelques débats, sera érigé dans l’ancien quartier juif, à proximité du musée de l’Holocauste.

La municipalité a approuvé le projet l’année dernière, qui devrait coûter environ 7 millions de dollars au total.

C’est l’architecte Daniel Libeskind qui a créé le Mémorial des Noms, un mur construit dans un marbre noir aux multiples facettes avec un éclairage souterrain, sur lequel le nom des victimes connues sera gravé. Il devrait être dévoilé l’année prochaine.

« Le meurtre de 102 000 Juifs néerlandais, de Roms et de Sintis est difficile à saisir », a expliqué le Secrétaire d’état à la Santé, aux Affaires sociales et au Sports dans un déclaration portant sur le financement des deux projets.

« Il sera donc toujours de notre devoir de nous souvenir d’eux et de les commémorer ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...