Le gouverneur de Rio compare les narcotrafiquants au Hezbollah
Rechercher

Le gouverneur de Rio compare les narcotrafiquants au Hezbollah

Wilson Witzel, aligné avec la politique sécuritaire du président brésilien Jair Bolsonaro, promet une lutte sans merci contre les "terroristes"

Wilson Witzel est nommé gouverneur de Rio de Janeiro, le 2 janvier 2019. (Capture d'écran : YouTube)
Wilson Witzel est nommé gouverneur de Rio de Janeiro, le 2 janvier 2019. (Capture d'écran : YouTube)

Le gouverneur de Rio de Janeiro Wilson Witzel, aligné avec la politique sécuritaire du président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro, a comparé les narcotrafiquants à des membres du Hezbollah, promettant une lutte sans merci contre les « terroristes ».

Depuis sa prise de fonctions en janvier, le nombre de personnes tuées par la police a augmenté considérablement par rapport aux années précédentes.

Régulièrement pointé du doigt par des organisations de défense des droit de l’homme, il a tenté de justifier sa ligne dure lors d’une rencontre avec des journalistes étrangers mardi soir.

Pour le gouverneur, les narcotrafiquants qui opèrent dans les favelas, quartiers pauvres où vit un près d’un quart de la population de Rio, « violent des enfants, tuent des innocents et utilisent les gens comme bouclier humain pour vendre de la drogue ».

« En quoi sont-ils différents du Hezbollah ? En rien », a affirmé M. Witzel, un ancien juge ouvertement pro-Israël, en référence au mouvement chiite libanais qui est en conflit avec l’Etat hébreu depuis des décennies.

« Doit-on être tolérant avec le Hezbollah quand ils utilisent des bombes et des missiles contre la population d’Israël ? Non. Ce qui est fait en Israël sera fait à Rio », a-t-il déclaré.

« On ne peut pas être conciliant avec des gens qui sont dans la rue avec des fusils d’assaut. Le message est clair : tu ne veux pas mourir ? Ne sors pas avec un fusil d’assaut dans la rue », a résumé le gouverneur.

Une favela à Rio de Janeiro, au Brésil. (Wikipedia / Leon Petrosyan / CC BY-SA)

Lors des cinq premiers mois de son mandat, 731 personnes sont mortes lors d’interventions des forces de l’ordre, une augmentation de 19,1 % par rapport à la même période en 2018, d’après les derniers chiffres officiels.

M. Witzel avait déjà défrayé la chronique peu après son élection en annonçant qu’il aurait recours à des tireurs d’élite pour abattre à distance tout suspect armé.

En mai, une vidéo de lui à bord d’un hélicoptère de police pendant que des agents tiraient en direction d’une favela a fait scandale.

Mais le gouverneur accuse les médias de ne montrer qu’une vision biaisée des opérations policières, sans montrer ce que font « les terroristes ».

« C’est comme si on parlait de la Seconde Guerre mondiale en ignorant ce qu’ont fait les nazis et en montrant juste les Britanniques bombarder Dresde et Berlin », a conclu celui qui se rêve président du Brésil un jour.

« Ce n’est qu’une question de temps », a-t-il lancé en souriant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...