Le grand rabbin séfarade interpelle les chefs religieux sur le terrorisme
Rechercher

Le grand rabbin séfarade interpelle les chefs religieux sur le terrorisme

S'exprimant depuis un sommet interconfessionnel international au Kazakhstan, Yitzhak Yosef a déclaré que ceux qui se taisent après des attentats terroristes les "cautionnent"

Le grand rabbin israélien Yitzhak Yosef  s'exprime lors d'un discours du Congrès des leaders des religions traditionnelles du monde à Astana, au Kazakhstan, le 10 octobre 2018 (Crédit : Grand rabbinat d'Israël)
Le grand rabbin israélien Yitzhak Yosef s'exprime lors d'un discours du Congrès des leaders des religions traditionnelles du monde à Astana, au Kazakhstan, le 10 octobre 2018 (Crédit : Grand rabbinat d'Israël)

Lors d’un discours féroce, le grand rabbin séfarade d’Israël Yitzkak Yosef s’est opposé aux chefs religieux du monde entier mercredi. Il a mis en cause ceux qui ne condamnent pas les attentats terroristes, affirmant que garder le silence après de tels actes revenait à les cautionner.

Yosef s’exprimait à l’occasion du sixième congrès des leaders des religions traditionnelles et du monde à Astana, au Kazakhstan, organisé par le président du pays, Nursultan Nazarbayev.

« Dans le cas d’un incident de type terroriste, notre voix, en tant que chefs spirituels, doit être clairement et fortement entendue », a-t-il dit à l’assistance, qui comprenait des douzaines de chefs religieux venus de pays très divers et notamment des Etats-Unis, d’Europe, d’Iran, de Corée du sud et d’Arabie saoudite.

« Nous ne devons pas garder le silence. Le silence est assimilable à un cautionnement effectif du terrorisme », a ajouté Yosef.

Les chefs religieux du monde, notamment le grand rabbin israélien Yitzhak Yosef, au premier rang, au centre, dans une photo de groupe du Congrès des leaders des religions traditionnelles du monde à Astana, au Kazakhstan, le 10 octobre 2018 (Crédit : Grand rabbinat d’Israël)

« J’appelle les leaders de tous les pays à condamner toutes les attaques terroristes dans le monde », a-t-il ajouté.

Yosef a terminé son discours avec la traditionnelle bénédiction juive : « Que celui qui fait la paix dans les cieux nous accorde la paix ainsi qu’à tout Israël. Amen ». Il a alors ajouté la phrase « Inchallah », l’expression arabe pour « si Dieu le veut ».

Le grand rabbinat a fait savoir que cette allocution avait été très applaudie et que les chefs religieux sont venus le voir et l’ont remercié.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...