Rechercher

Le groupe UJA New York va allouer 2 millions de dollars de plus pour l’Ukraine

La subvention s’ajoute aux 3 millions de dollars annoncés le 24 février, pour fournir nourriture et médicaments, à l’intérieur comme à l’extérieur d'Ukraine

Le Président de l’UJA, Eric Goldstein, deuxième à partir de la droite, rencontre le personnel de Hillel Ukraine à Varsovie, en Pologne. Goldstein était en Pologne plus tôt ce mois-ci et s'est réuni avec les agences de coordination de secours pour les réfugiés juifs ukrainiens. (Courtoisie UJA-Federation / via JTA)
Le Président de l’UJA, Eric Goldstein, deuxième à partir de la droite, rencontre le personnel de Hillel Ukraine à Varsovie, en Pologne. Goldstein était en Pologne plus tôt ce mois-ci et s'est réuni avec les agences de coordination de secours pour les réfugiés juifs ukrainiens. (Courtoisie UJA-Federation / via JTA)

New York Jewish Week via JTA – L’UJA-Fédération de New York devrait approuver une nouvelle aide d’urgence à l’Ukraine d’un montant de deux millions de dollars, a-t-elle annoncé mardi lors d’un appel Zoom qui détaillait les actions de secours et sauvetage en cours sur le terrain.

Les deux millions de dollars s’ajoutent à un précédent financement d’urgence d’un montant de 3 millions de dollars, annoncé par le mécène à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février dernier.

Plusieurs organisations juives ont évoqué leurs actions en Ukraine et l’aide apportée aux réfugiés dans les pays limitrophes.

Mark Levin, PDG de la Coalition nationale de soutien à la communauté juive eurasienne, a invité les auditeurs de l’appel à contacter les membres du Congrès pour les exhorter à approuver un programme d’aide à l’Ukraine d’un montant de plusieurs milliards de dollars.

« C’est un projet de loi considérable qui comprend des vivres d’urgence et des fournitures médicales », a déclaré Levin. « Plus tôt ce projet de loi sera adopté, plus tôt l’aide humanitaire pourra parvenir à ceux qui en ont besoin de part et d’autre de la frontière. »

Le PDG de l’UJA, Eric Goldstein, a effectué un déplacement en Pologne de 36 heures, la semaine passée, pour analyser l’action humanitaire – y compris celle des deux principaux partenaires de l’UJA, l’Agence juive et l’American Jewish Joint Distribution Committee –. Il a déclaré que la guerre était « de mémoire d’homme, une crise humanitaire totalement inédite ».

« La catastrophe des personnes déplacées est tout simplement tragique », a déclaré Goldstein. « Le regard des gens lorsqu’ils traversent la frontière ou trouvent refuse dans les maisons fournies par la communauté juive, est absolument déchirant. »

Il a fondu en larmes en évoquant un hôtel près de l’aéroport Chopin de Varsovie, où l’Agence juive avait loué 140 chambres et prévoyait d’en louer 700 de plus pour des Juifs ukrainiens déplacés.

« Vous imaginez si nous avions eu un hôtel près de l’aéroport de Varsovie il y a 80 ans, à quel point le monde aurait été différent ? » a soufflé Goldstein.

Il a également évoqué sa rencontre, en 2014, alors que la Russie venait d’envahir la Crimée, avec une survivante de la Shoah qui avait dû s’enfuir durant la Seconde Guerre mondiale et pensait ne jamais plus devoir le faire.

A LIRE : Le cœur brisé, nombre de Juifs se résignent à quitter leur chère Odessa

« Aujourd’hui, des personnes quittent leur foyer et s’enfuient pour la troisième fois », a déclaré Goldstein.

Il a félicité le réseau des ONG juives pour leur capacité à se rassembler afin d’obtenir du soutien en temps de crise.

A LIRE : Au cœur de la stratégie juive face à la crise des réfugiés ukrainiens en Pologne

L’UJA fournira des subventions à 17 organisations sur le terrain dans la région et a créé une adresse email de gestion de la crise.

« La catastrophe nous réunit », a-t-il dit. « Avec toutes ces organisations qui conjuguent leurs efforts, on est certain que l’aide est bien coordonnée. »

Roman Polonsky, directeur général de l’Agence juive, a décrit la crise ukrainienne comme un « exode des femmes ».

« Nous voyons beaucoup de femmes avec leurs enfants, leurs bébés», a déclaré Polonsky. « Ce sont des femmes qui ont dû laisser leurs proches derrière elles. »

Il évoque l’histoire de 400 réfugiés entassés dans des trains conçus pour accueillir 40 personnes.

Les gens se précipitent vers le train alors qu’un officier fait passer les enfants et les femmes en premier devant un train d’évacuation à la gare centrale d’Odessa, le 7 mars 2022. (Crédit : BULENT KILIC / AFP)

« On imagine qu’ils étaient entassés les uns sur les autres », a déclaré Polonsky. « Cela me rappelle une photo de foules prenant d’assaut des trains à Kharkiv, en 1941. Aujourd’hui, des foules prennent d’assaut les trains, dans cette même gare en 2022. C’est presque la même chose. »

Ilya Bratman, directeur exécutif de Hillel au Baruch College de New York, a déclaré que de nombreux étudiants de CUNY étaient ukrainiens, avec des membres de leur famille et des amis incapables de quitter le pays.

Il a évoqué le cas d’une amie toujours en Ukraine, dont la fille a accouché dans le sous-sol d’un hôpital « sous un tir de roquettes et les bombardements russes ».

« Faute d’avoir pu partir quand les derniers bus et trains évacuaient des réfugiés vers l’Ouest, ils se terrent dans ces bunkers en essayant de survivre aussi longtemps que possible. »

Bratman a déclaré que les grands-parents d’un étudiant, tous deux âgés de quatre-vingt-dix ans, se cachaient également dans les bunkers.

« Quand [mon élève] leur parle, il leur dit :’ S’il vous plaît, pouvons-nous essayer de vous évacuer’ », a déclaré Bratman. « Et ils répondent : ‘Nous ne connaissons rien d’autre. Nous ne connaissons que l’Ukraine. Nous connaissons cet endroit. Nous y sommes nés, y avons grandi : toute notre vie est ici et c’est là que nous finirons. »

On estime à 40 000, au moins, le nombre de Juifs vivant en Ukraine avant l’invasion russe il y a 13 jours, ce qui en fait une des plus importantes populations juives d’Europe.

Près de deux millions de réfugiés ont déjà fui le pays et l’Union européenne estime que le nombre de réfugiés pourrait dépasser cinq millions, ce qui en ferait la plus grave crise de réfugiés en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le gouvernement israélien a déclaré se préparer à accueillir jusqu’à 10 000 réfugiés d’Ukraine dans les semaines à venir.

Goldstein a déclaré que cette crise n’en était qu’à « ses débuts », nous invitant à ne pas laisser retomber l’aide, à ne pas nous laisser engourdir par les gros titres.

« Nous devons continuer à être présents et agir pour la communauté », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...