Le Hamas affirme que l’Arabie saoudite a arrêté son ex-agent de liaison à Ryad
Rechercher

Le Hamas affirme que l’Arabie saoudite a arrêté son ex-agent de liaison à Ryad

Le groupe terroriste prétend que ses interlocuteurs ne sont pas parvenus à faire libérer Mohammed al-Khoudari, clamant que d'autres Palestiniens avaient aussi été arrêtés

Les dirigeants du Hamas, Ismail Haniyeh et Yahya Sinwar dans la bande de Gaza, le 26 juin 2019. (Crédit : Hassan Jedi/Flash90)
Les dirigeants du Hamas, Ismail Haniyeh et Yahya Sinwar dans la bande de Gaza, le 26 juin 2019. (Crédit : Hassan Jedi/Flash90)

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a déclaré lundi que l’Arabie saoudite avait arrêté, plus tôt dans l’année, un Palestinien anciennement chargé de la gestion de ses relations avec Ryad.

Le Hamas a affirmé dans un communiqué que l’Arabie saoudite, au cours d’une « initiative étrange et inacceptable », avait placé en détention, le 4 avril denier, Mohammed al-Khoudari, âgé de 81 ans, qui a occupé des postes à forte responsabilité, selon l’organisation.

Le groupe terroriste, qui a juré de détruire Israël, a rarement critiqué publiquement et explicitement l’Arabie saoudite.

Ce dernier a également clamé que Koudari qui, selon lui, vivait à Djeddah depuis une trentaine d’années, souffrait d’une maladie incurable. Il a ajouté que Ryad avait aussi, « sans justification », appréhendé son fils Hani ainsi que d’autres Palestiniens résidant dans le royaume du Golfe.

Le communiqué du Hamas ne précise pas si Hani et les autres Palestiniens arrêtés appartenaient à ses rangs.

Une vue de la ville saoudienne de Ryad, en Arabie saoudite, le 9 février 2011 (Crédit : AP Photo/Hassan Ammar)

« Le Hamas a gardé le silence pendant plus de cinq mois pour permettre aux interlocuteurs de se livrer à des efforts [visant à faire libérer les Palestiniens], mais ils n’ont donné aucun résultat pour le moment », a fait valoir le groupe terroriste.

« Et le mouvement se trouve donc dans l’obligation de faire une annonce en demandant la libération de Khoudari, de son fils et de tous les autres détenus palestiniens par les autorités saoudiennes », a-t-il ajouté.

Le Hamas est soutenu par l’Iran que les officiels saoudiens, tout comme le gouvernement israélien, considèrent comme un ennemi régional.

Depuis 2015, l’Arabie saoudite est en guerre contre les Houthis au Yémen, qui bénéficient, à l’instar du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, du soutien de Téhéran.

En 2017, le ministre saoudien des Affaires étrangères de l’époque, Adel al-Jubeir, avait déclaré aux journalistes en France que le Qatar devait cesser de soutenir le Hamas, lequel critiqua ultérieurement ses propos.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...