Le Hamas apporte son soutien aux détenus de Ketziot après de violentes émeutes
Rechercher

Le Hamas apporte son soutien aux détenus de Ketziot après de violentes émeutes

Le groupe terroriste prévient Israël de cesser "la répression," appelle les Palestiniens à soutenir les détenus "jusqu'à leur libération" sans évoquer le tir de roquette sur Israël

Des soldats israéliens évacuent un gardien blessé des Services pénitentiaires d'Israël vers l'hôpital Soroka de Beer Sheva, le 24 mars 2019. (Crédit : Meir Even Haim/Flash90)
Des soldats israéliens évacuent un gardien blessé des Services pénitentiaires d'Israël vers l'hôpital Soroka de Beer Sheva, le 24 mars 2019. (Crédit : Meir Even Haim/Flash90)

Le Hamas a sommé Israël, lundi, de mettre un terme « à sa politique systématique de répression » contre les détenus de la prison de Ketziot dans le Néguev, quelques heures après que certains prisonniers membres du groupe terroriste ont poignardé deux gardiens et déclenché une émeute.

« Notre peuple palestinien en lutte, ses forces et sa résistance soutiennent [les détenus] et n’abandonneront pas leur devoir de les défendre et de les soutenir jusqu’à ce qu’ils soient libérés, » a fait savoir le groupe terroriste par voie de communiqué sur son site internet officiel.

« Le mouvement appelle notre peuple, ses factions et les élites à apporter immédiatement leur soutien [à nos prisonniers] de façon considérable avec tous les moyens et outils possibles et d’agir rapidement auprès de toutes les parties et institutions pour être protégés, » ajoute le communiqué.

Celui-ci survient après le tir d’une roquette depuis la bande de Gaza dans le centre d’Israël, lequel a fait sept blessés ; il ne mentionnait pas le projectile.

Des soldats israéliens évacuent un gardien blessé des Services pénitentiaires d’Israël vers l’hôpital Soroka de Beer Sheva, le 24 mars 2019. (Crédit : Meir Even Haim/Flash90 )

Des prisonniers membres du Hamas ont poignardé deux gardiens de la prison de Ketziot dans le sud d’Israël dimanche soir, en blessant un gravement, d’après les services pénitentiaires. L’agression a déclenché une émeute au cours de laquelle 11 détenus auraient été blessés.

Le gardien gravement touché a été poignardé au cou, tandis que le second a été légèrement blessé à la main. Ils ont été transportés en hélicoptère vers le centre médical voisin de Soroka à Beer Sheva.

L’hôpital a fait savoir par la suite que le gardien était dans un état stable et modéré.

Selon les informations de médias en hébreu, les gardiens ont été attaqués avec des couteaux improvisés. L’émeute a éclaté alors que des détenus sécuritaires étaient changés de cellules et qu’une opération de restriction de l’utilisation de téléphones portables par les prisonniers était en cours, notamment l’installation de systèmes de brouillage.

Onze individus ont été blessés et hospitalisés après que les forces de sécurité ont intervenu pour dissiper l’émeute. Sept d’entre eux ont également été transportés par voie aérienne à l’hôpital. Leur état n’est pas encore bien déterminé, les Services pénitentiaires ayant indiqué qu’ils se trouvaient « dans des états variés. »

Le centre de détention a fait savoir que la situation était sous contrôle, sans préciser comment l’émeute avait été dissipée.

Cet incident survient une semaine après que des détenus membres du Hamas incarcérés à la prison de Ramon ont mis le feu à 14 livres, déclenchant un incendie dans l’aile de la prison.

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, s’exprime lors d’une conférence de presse pour les médias étrangers, à Bnei Brak, le 3 février 2019. (Flash90)

Celui-ci a été rapidement éteint, et aucun blessé n’a été signalé. Lors de cet incident également, les détenus ont protesté contre les restrictions sur les téléphones portables.

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan a déclaré que l’attaque « était très grave et prouve une nouvelle fois que les services pénitentiaires sont en première ligne dans la guerre contre le terrorisme. »

Gilad Erdan a promis que les systèmes de brouillage continueraient à opérer, indiquant qu’empêcher les prisonniers d’utiliser des téléphones portables était une mesure importante pour contrecarrer « la mise au point d’attaque terroriste contre des civils israéliens depuis les prisons. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...